INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT

 

 
RETARD MENTAL ET SCOLARISATION
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page27.htm

Un groupe IMP à la maternelle Kennedy

de l'IMP de Port-Neuf à l'école maternelle John Kennedy

à La Rochelle - 17

 

Présentation
Ecole maternelle John Kennedy
5 bis avenue Kennedy
17000 LA ROCHELLE
05 46 42 67 75
e-kennedy-larochelle@ac-poitiers.fr
Directrice : Laurence Ory
IMP de Port-Neuf
Allée Mal de Lattre de Tassigny
17000 LA ROCHELLE
05 46 43 32 97
imp.lr@wanadoo.fr
Chef de service : M. Franck Richet
La première demande pour installer un groupe de six enfants de l'IMP de Port-Neuf dans l'école Kennedy est venue de l'IMP. L'école disposait de quelques locaux, une opportunité à saisir. L'IMP souhaitait rapprocher de l'école des enfants encore jeunes et assez lourdement handicapés au point d'avoir pu paraître difficilement scolarisables. Et de fait, ces enfants doivent être accompagnés en permanence, on ne saurait les laisser seuls dans un grand groupe.
Le taux d'encadrement assuré par l'IMP est d'un adulte pour deux enfants. Quand ils ne sont pas à l'école Kennedy, les enfants sont à l'IMP
.
POINTS DE VUE DES ACTEURS
     
La Directrice de l'école

Origine du groupe.

Suite à loi concernant la scolarisation des enfants handicapés et souhaitant réitérer l'expérience très positive du groupe éducatif de la maternelle Gaston Balande, l'ADAPEI 17 a contacté l'école maternelle Kennedy pour accueillir des élèves de 4 à 7 ans, présentant une déficience intellectuelle de l'ordre du retard mental moyen/léger.
L'école connaissait déjà l'existence de groupes SESSAD par l'accueil d'enfants dépendant de ces services et par la halte d'éveil Méli-Mélo. Les premiers contacts ont donc été facilités.
Enseignantes, ATSEM, parents se montraient favorables au projet. Les effectifs le permettaient : l'école est en ZEP. Une convention a été passée entre la ville de La Rochelle et l'ADAPEI 17 pour l'utilisation des locaux. Une autre convention pour l'accueil du groupe éducatif, à la rentrée 2006, a été conclue entre l'ADAPEI et l'Education Nationale (les enfants sont inscrits à l'école, même s'ils ne dépendent pas du secteur géographique de l'école).
Une mise en œuvre très progressive.
Les élèves de l'ADAPEI sont sous la responsabilité d'une éducatrice, aidée de deux autres adultes.
Un groupe de 6 enfants est présent pour l'instant 3 demi-journées par semaine. Il dispose de deux salles dans l'école et il peut utiliser une des salles de jeux (lors des interventions de la psychomotricienne).
Au départ, afin de respecter le rythme de chacun, les enfants ont d'abord partagé les temps de récréation puis les temps de cantine avec les Grandes Sections. Ils sont aussi invités lors d'évènements ponctuels de l'école (fêtes diverses, goûter, spectacles..).
Des projets individualisés pour chaque enfant ont ensuite été mis en place. Ils permettent l'accueil d'un ou deux enfants dans les classes de Toute Petite Section et Petite Section, en présence de l'éducatrice ou de l'auxiliaire médico-pédagogique. Les enfants peuvent ainsi participer à des temps de chansons, lecture d'histoires, activité physique et sportive ou activités plastiques.
De plus, une intervention d'une éducatrice auprès du personnel de l'école et auprès des élèves de Moyenne et Grande Section est prévue pour expliquer la particularité de ces enfants.
Une collaboration et une implication pour l'école.
Des relations se sont tissées entre les différents adultes de l'école. Les occasions de se rencontrer et d'échanger ne sont pas encore nombreuses mais elles permettent de mieux se connaître.
Des réunions pour l'accueil du groupe éducatif ont déjà eu lieu. D'autres ont été et seront mises en place pour les projets d'accueil dans les classes.
La présence de ce dispositif induit un autre regard dans et sur l'école : c'est ce qui nous semblait intéressant.
Laurence Ory, Directrice
mars 07

Note ISP
Face aux enfants de l'IMP, les institutrices ont pu se sentir quelque peu démunies. Ce n'est pas leur public habituel. On ne sait pas toujours comment entrer en contact avec eux. Comment s'y prendre, par exemple, avec des enfants qui ne vont pas spontanément vers les autres ? Certains sont très agités, les autres au contraire ont besoin d'être stimulés. Les enseignantes heureusement peuvent compter sur la présence et sur l'aide des personnels du sessad.
L'éducation nationale, de son côté, a permis à chacune des quatre institutrices de l'école de passer une heure trente dans les locaux du sessad. Formation minimale !
 
L'éducatrice spécialisée


Présentation
ISP
Mme Tougne est chargée de coordonner au sein de l'IMP de Port Neuf les actions de scolarisation. C'est à ce titre qu'elle a participé à la scolarisation d'un petit groupe d'enfants handicapés de l'IMP de Port-Neuf à l'école maternelle Kennedy et qu'elle veille au bon fonctionnement de cette petite unité.
Précisons que Mme Tougne a occupé dans le passé plusieurs postes d'éducatrice en sessad qui l'ont amenée à travailler dans les classes ou en tout cas très proche des enseignants, par exemple avec le groupe éducatif de la maternelle Gaston Balande. Elle connaît bien les rouages de la scolarisation.

Faire connaître, tisser des liens…

Au départ, il faut rencontrer des personnes, les enseignants, les parents, il faut tisser des liens, parler, expliquer, se faire connaître pour rassurer, pour faire tomber les peurs. L'étape suivante sera de formaliser d'institutionnaliser si l'on ose dire, les rencontres informelles : régulièrement Mme Tougne participe aux récréations, elle va déjeuner avec les équipes éducatives…

En début d'année, elle a participé au conseil d'école afin d'expliquer aux différents partenaires(enseignants, personnels Mairie, parents d'élèves …)l'importance pour les enfants handicapés d'être scolarisés avec leurs pairs.

Elle doit intervenir dans les classes de Moyenne et Grande Section pour répondre aux questions des enfants concernant les enfants de l'IMP et profiter de ce moment d'échange pour les informer sur le handicap

Les enfants

Les enfants de l'IMP qui fréquentent l'école souffrent d'une déficience intellectuelle légère ou moyenne. Ils ont besoin d'un accompagnement éducatif important et continu, plus soutenu que celui que pourrait assurer un SESSAD.Aucun des enfants du groupe n'est encore prêt à passer des journées entières à l'école sans accompagnement spécialisé.

A l'IMP les enfants sont accueillis sur un groupe de six. Le nombre plus important d'enfants à l'école peut parfois être inquiétant pour eux. Ils n'ont pas spontanément un comportement d'écoliers. Leurs réactions peuvent surprendre ils peuvent se montrer agités, manquant d'attention et ayant des difficultés à suivre une consigne. Leur peur des autres, du bruit, de l'agitation, peut engendrer des comportements déroutants voire dérangeants pour certain. Il faut donc créer pour chacun d'eux le sentiment de sécurité qui l'aidera à accéder à la scolarité. C'est l'un des rôles des éducatrices. Certains symptômes disparaîtront grâce à l'accompagnement.
Educatrices et enseignantes.
Ce faisant, les éducatrices aident les enseignantes à mieux connaître les enfants et à mieux se situer par rapport à eux. Mme Tougne et les éducatrices partagent avec les enseignantes leurs regards sur chacun des enfants. Avec un double objectif, qui est de l'ordre de la socialisation et de l'ordre des apprentissages.
Aspects organisationnels.
Tous les enfants qui fréquentent l'école y sont inscrits.
Le projet personnalisé de scolarisation(PPS) doit définir le temps et les modalités de scolarisation de chaque enfant. Certains enfants bénéficient d'intégration individuelle dans des classes accompagnés par une éducatrice dans un premier temps, pour des activités adaptées à leur projet individualisé.
Les enfants peuvent fréquenter la maternelle Kennedy en principe jusqu'à 7ans,mais le développement physique des enfants est aussi pris en compte, certain ayant l'apparence d'enfants beaucoup plus jeunes que leur âge réel.
On notera aussi que l'IMP reçoit aussi les enfants pendant les vacances scolaires sur des temps qui correspondent à peu près à la moitié de ces vacances. Cela permet d'assurer une continuité dans la prise en charge des enfants.
Réactions
Les parents paraissent majoritairement satisfaits de cette formule. Pour eux la présence de leur enfant à l'école est quelque chose de très important toutefois certain parent ont pu s'interroger et se demander si leur enfant n'était pas mieux protégé à l'IMP.

Les éducatrices ont vite été convaincues de l'intérêt de cette scolarisation et souhaitent la développer progressivement en articulant un travail au sein de l'IMPet au sein de l'école. Mais l'IMP reste indispensable comme lieu de prise en charge spécialisé. Il permet la flexibilité pour que chaque enfant ait un projet qui prenne en compte ses possibilités et ses difficultés

Propos recueillis auprès de Claudie Tougne, éducatrice spécialisée, coordinatrice de la scolarisation
mars 07

Mise à jour : 25/09/07

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE