INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

 
LES ÉTABLISSEMENTS ET LA SCOLARISATION
réalisations

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page59.htm

De l'IME de St Ouen (17) au collège de Marans

une classe délocalisée

 

  Un transfert d'une classe d'un IMPRO dans un collège (déficients légers/moyens) réalisé comme allant presque de soi ? N'oublions pas toutefois
d'une part que ce transfert a été facilité par des contingences favorables, la bonne entente de responsables ayant déjà une expérience antérieure en ce domaine ou en tout cas auprès d'enfants handicapés,
et d'autre part la qualité du travail préparatoire entrepris auprès des personnels concernés et qui apparaît comme une des clés de la réussite.
voir page suivante : le projet de scolarisation
 
LE TÉMOIGNAGE DES ACTEURS
 
Le Chef de service de l'IME

IME Le Breuil
géré par l'ADAPEI
rue Bichonne
17230 SAINT OUEN D'AUNIS
05 46 37 04 13
imestouen@adapei17.fr

Directeur : Jean-Pierre Slosse
Chef de service : William Dufour
La délocalisation d'une classe de l'IME Le Breuil de ST Ouen au collège Maurice Calmel de Marans s'inscrit dans une continuité. L'ADAPEI de Charente-Maritime, en effet, a une expérience déjà riche en ce domaine, aux niveaux de la crèche-garderie, de l'école maternelle, de l'école élémentaire et du lycée.
Il s'agit de jeunes présentant un retard mental moyen. L'initiative est partie du collège mais elle a reçu d'emblée un excellent accueil de la part de l'IMPro. La classe fonctionne depuis la rentrée de novembre 2007.
  Le principe et l'organisation
Le but est de favoriser la socialisation des jeunes de l'IME, par la mixité et les échanges avec les élèves ordinaires et par des activités communes (récréations, cantine…).
Dans le collège, un local de classe est réservée aux jeunes de l'IME. Toilettes et sanitaires sont à proximité, de façon que les jeunes n'aient pas à traverser tout le collège.
La classer de l'IME fonctionne dans le collège durant 80 % du temps scolaire, elle est prise en charge par une institutrice spécialisée et par deux éducatrices spécialisées, l'une d'elle étant davantage chargée de la coordination  avec les autres personnels du collège. Durant les 20 % du temps restant, les jeunes sont pris en charge à l'IME.
Six jeunes fréquentent le collège à temps plein, six autres à temps partiel. Ils ne sont jamais plus de dix à la fois dans la classe. Leur présence ne peut être que par demi-journées complètes à cause des problèmes de transport.
Cette délocalisation entraîne pour l'IME un surcoût des frais de transport, l'IME doit mettre deux véhicules à la disposition du groupe pour les allées et venues entre l'IME et le collège
Le statut.
Ce groupe classe n'est pas une UPI, les jeunes ne sont pas inscrits au collège : c'est l'IME qui fonctionne au collège.
Les PPS (Projets personnalisés de scolarisation) seront mis en forme comme tels. Actuellement il y a des projets individuels, éducatifs et pédagogiques.
Les parents
On peut dire que les parents sont plus que satisfaits. Ce ne sont pas eux qui ont demandé cette délocalisation au départ, mais quand le projet leur a été présenté, à la fin de l'année dernière, ils y ont immédiatement adhéré, surtout ceux dont les enfants avaient déjà connu en primaire une expérience du même ordre.
La réunion de début d'année au collège et l'accueil chaleureux du Principal les ont convaincus que le projet était bien engagé.
Plusieurs parents se sont portés candidats pour le Conseil de Vie Sociale de l'IME.
Le fonctionnement
La rencontre des deux équipes, communauté éducative et services généraux d'un collège d'une part, équipe de l'IME au complet, y compris le psychiatre, d'autre part  et des visites des deux établissements, en juillet et début septembre, ont permis de faire connaissance, d'apaiser les craintes et de cadrer le projet.
Et déjà des professeurs se montrent prêts à accueillir les élèves de l'IME : deux projets de sorties avec une classe du collège sont proposés,  le professeur d'EPS est prêt à recevoir deux jeunes, bientôt la chorale…
Conclusion provisoire
L'expérience est récente, mais jusqu'ici elle ne déçoit pas les attentes. On commence à connaître les interactions… Jusqu'à présent, seuls les six élèves à temps plein fréquentent le collège. Le groupe sera complet en janvier
L'éducatrice qui est dans la cour durant les récréations explique pourquoi untel a besoin de toucher pour dire bonjour, constate que telle autre a déjà des copines, répond aux camarades du collège qui s'inquiètent d'une absence. A la cantine (4 déjeunes par semaine) les collégiens invitent parfois à leur table un élève de l'IME.
A l'IME, toutefois, on s'inquiète du risque de ne garder que les jeunes les plus en difficulté…
Note sur la différence UPI/classe délocalisée
Il s'agit d'élèves déficients moyens dont la scolarisation en collège n'est pas évidente ! L'un des jeunes, d'ailleurs, scolarisé en UPI l'an passé s'y est trouvé en échec, le temps plein sans doute ne lui convenait pas.
Cette formule donne une grande souplesse, concernant les horaires, les sorties, le temps partiel, le partenariat… Et si un jour l'état d'un élève ne lui permet pas de fréquenter le collège, il peut rester à l'IME…

Propos recueillis auprès de M William Dufour, Chef de service de l'IME de St Ouen
Décembre 2007

Le Principal du collège
Collège Maurice Calmel
rue Bel Air
17230 MARANS
05 46 01 12 48
Principal : Christian MACHETEAU
Une demande de l'IME
Au cours de l’année 2006/2007, Jean-Pierre Slosse, Directeur de l’IME « Le Breuil » et responsable du pôle enfance à l’ADAPEI, a proposé que le Collège « Maurice Calmel » accueille à la rentrée scolaire 2007/2008 des adolescents ayant un retard mental moyen.
Cet accueil devait comprendre l’effectif d’une classe de dix élèves au plus et s’accompagner du transfert total des moyens nécessaires à cette transplantation.
Jean-Pierre Slosse souhaitait depuis longtemps qu’un tel projet puisse se réaliser et savait que mon arrivée lui permettrait d’avoir un allié pour cette opération. Nous nous connaissons depuis de nombreuses années, depuis l’époque où j’étais délégué régional de l’Association Nationale des communautés éducatives.
Démarches préparatoires
Au sein de l’établissement, nous avions vérifié que nous bénéficions de locaux adaptés à cet accueil. Nous avons ensuite étudié cette proposition en conseil pédagogique élargi. Nous avons bien sûr obtenu l’accord du conseil d’administration à ce sujet.
Nous avons organisé plusieurs réunions avec les responsables de l’IME et les personnes principalement impliquées dans ce projet, parmi lesquelles Mme l'IEN-ASH de La Rochelle..
Enfin, Monsieur l’Inspecteur d’Académie a donné son accord pour cette classe transplantée.
Tout au long de l’année, nous avons échangé avec les professeurs et l’ensemble de la communauté éducative sur l’ensemble des thèmes relatifs au handicap : définition, type de handicap, prise en charge, relations avec les familles, loi du 11 février 2005… Les parents des élèves handicapés ont été accueillis au collège et les enseignants à l’IME. Par ailleurs, avec M. Dufour (Chef de service de l’IME) et Mme Tougne (éducative chargée de la scolarisation dans le cadre du pôle enfance de l’ADAPEI), nous avons pris le temps d’échanger avec les élèves de chaque classe du Collège.
Les élèves sont arrivés au mois de Novembre. Au sein du groupe de 10 adolescents, 6 sont accueillis à temps plein.
Bilan du lundi 31 mars 08

Nous avons fait un bilan sur cette classe le lundi 31 mars 2008. L’éducatrice et l’enseignante spécialisée ont tenu à revenir sur l’année qui a précédé la transplantation de cette classe. Elles pensent que cette longue préparation conjointe IME-Collège a été la clé principale de la réussite de ce projet, et que les problèmes qui auraient pu se poser ont été réglés au cours de cette période. Elles se félicitent de l’accueil qui leur est réservé, au niveau des élèves et des adultes.

Certains élèves participent déjà aux activités du CDI, du club média, aux activités sportives (notamment en expression corporelle avec le professeur Mme Ruffieux), du foyer Socio Educatif, à des sorties communes comme « Chizé » avec les classes de 6ème, à des projets communs :
 

1. Rallye citoyen
2. Archéologie
3. Châteaux forts et marais salants
4. Piscine avec les élèves de 6ème
5. Collège et cinéma
6. Techno (fabrication d‘une voiture miniature)
7. Théâtre (monter un spectacle commun avec ½ classe de 6ème)

  Le sentiment unanimement partagé est que toutes ces activités communes ont pu être mises en place plus tôt que nous le pensions au départ.

Sur le plan des apprentissages, l’enseignante spécialisée ne constate pas de progrès très significatifs. En revanche, elle note une évolution très importante des comportements, une volonté de ces élèves d’être normalisés, valorisés, une plus grande importante accordée au regard de l’autre, des soins plus importants concernant la tenue vestimentaire, une volonté de communiquer plus grande et enfin une dynamique de classe qui n’existait pas auparavant à l’IME.

Ce bilan est extrêmement encourageant et ne peut que nous donner des forces supplémentaires pour faire mieux encore dans l’avenir.
 
Christian MACHETEAU, Principal du collège Maurice Calmel
1er avril 2008
 
Mise à jour : 07/04/08

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE