INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

 
TEXTES OFFICIELS
troubles du langage et scolarisation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page102.htm

LES TROUBLES DU LANGAGE

DANS LE GUIDE-BARÈME

On trouvera une brève présentation du Guide-barème page : Guide-barème
La page ci-dessous du guide-barème est reprise dans le code de l'Action Sociale et des Familles
Voir Légifrance > code de l'action sociale et des familles > Annexe 2-4 > chapitre IV "Déficiences du langage et de la parole"
Cette partie du guide-barème a fait l'objet d'une circulaire d'application : Circulaire DESCO et DGAS-3C n° 2004-157 du 29 mars 2004

Nous reproduisons les parties I et II du chapitre IV du Guide-barème consacrées aux "Déficiences du langage et de la parole"
(La partie III est consacrée aux déficiences vocales)
 

L'appréciation peut être délicate et fera l'objet, en tant que de besoin, d'un bilan portant sur le langage oral et/ou écrit.

I. - Déficiences acquises du langage et de la parole
(en tant qu'outil de communication)
chez l'enfant, chez l'adulte après l'acquisition de l'écriture et de la lecture.

Le praticien compétent décrira la pathologie du langage oral et la pathologie du langage écrit. L'appréciation de la déficience portera sur le caractère informatif du langage et la spontanéité du discours lors de conversations et d'épreuves diverses (dénomination, désignation, répétition, narration, construction de phrase, copie, dictée, lecture...)

1. DÉFICIENCE LÉGÈRE DU LANGAGE ET DE LA PAROLE (taux : O à 15 p. 1OO).

Les symptômes sont peu gênants, l'examen est normal ou subnormal.

Exemples
- dysorthographie et/ou dyslexie résiduelle et/ou dyscalculie, dysarthrie mineure, retard simple du langage.

2. DÉFICIENCE MOYENNE DU LANGAGE ET DE LA PAROLE ENTRAVANT LA COMMUNICATION MAIS PERMETTANT LE MAINTIEN DE L'AUTONOMIE DANS LA VIE QUOTIDIENNE (taux : 20 à 45 p. 100).

Exemples
- troubles de la mélodie, de la prosodie et des gestes accompagnant l'expression orale : (taux : 5 à 20 p. 100) ;
- association à des troubles du calcul et de la syntaxe : (taux : 10 à 40 p. 100)

3. DÉFICIENCE IMPORTANTE DU LANGAGE ET DE LA PAROLE (taux : 50 â 75 p. 100)

Les troubles de l'expression orale et/ou écrite, sont importants avec conservation relative de la compréhension.

Exemples
- dysarthries neurologiques : ces dysarthries, bien que n'atteignant que l'expression du langage, sans en altérer le contenu, peuvent rendre la parole parfois très difficilement compréhensible ;
- langage réduit à des stéréotypies ; séquelles d'anarthrie sévère.

4. DÉFICIENCE SÉVÈRE DU LANGAGE ET DE LA PAROLE (taux: 80 à 95 p. 1 OO).

Les troubles de l'expression orale et/ou écrite sont sévères la rendant incompréhensible ou absente avec conservation imitée ou nulle de la compréhension.

Exemples
- aphasie globale;
- déficits sensoriels spécifiques retentissant sur le langage écrit et/ou oral (surdité corticale, alexie pure) ;
- en cas d'aphasie sévère et globale le taux est de 95 p. 100

II. - Troubles du langage et de la parole congénitaux ou acquis
avant ou pendant l'acquisition de l'écriture et de la lecture.

On jugera la gravité sur la spontanéité, le caractère informatif du langage par des épreuves diverses explorant la phonologie, la compréhension et l'expression orale et/ou écrite, la rétention, le vocabulaire, la lecture, l'orthographe, la dénomination, la désignation, la répétition, la narration d'histoires connues.

1. DÉFICIENCE LÉGÈRE

Des déficiences telles qu'une dysarthrie mineure sans autre trouble portants neurologique. ou un retard simple du langage seront appréciées à un taux inférieur à 15 p. 100.

2. DÉFICIENCE MOYENNE (taux : 20 à 45 p. 100)

Déficiences du langage écrit ou oral perturbant notablement les
Exemples
- alexie, dyslexie, dysorthographie, acalculie, dyscalculie entraînant une thérapeutique régulière (d'autant plus efficace que plus précoce) ;
- réduction et imprécision du stock lexical sans perturbation du langage conversationnel ;
- dyscalculie isolée ou associée à des troubles globaux des stratégiesavec efficience intellectuelle normale: conséquences comparables à celles des dyslexies ;
- apraxie verbale.

3. DÉFICIENCE IMPORTANTE (taux : 50 d 75 p. 100) Troubles importants de l'acquisition du langage oral et écrit perturbant

Troubles importants de l'acquisition du langage oral et écrit perturbant notablement les apprentissages et retentissant sur la socialisation.

4. DÉFICIENCE SÉVÈRE (taux : 80 à 95 p. 100)

Troubles sévères et définitifs de l'acquisition du langage oral et écrit rendant celui-ci incompréhensible ou absent.

( "Guide-barème pour l'évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées" CTNERHI, pp 63-67)

 
Mise à jour : 18/11/07

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE