INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

TEXTES OFFICIELS
Autisme et scolarisation
Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page118.htm

è Une liste de tous les textes officiels présentés dans le site se trouve à la page : Présentation générale des textes officiels


SCOLARISATION DES ENFANTS ET ADOLESCENTS AUTISTES

annexe de la circulaire

Circulaire interministérielle n°2005-124 du 8-3-2005

M François Fillon
Ministre de l'Education
nationale
Politique de prise en charge des personnes atteintes d’autisme et de troubles envahissants du développement (TED)
Circulaire interministérielle Santé /
Éducation nationale - B.O. n° 15 du 14 avril 2005 - Encart

On trouve cette circulaire sur le site :
http://www.education.gouv.fr/bo/2005/15/SANA0530104C.htm

è commentaire de la circulaire page : Présentation de la circulaire du 08 mars 05

Annexe

DÉFINITIONS, CLASSIFICATIONS, DONNÉES DE PRÉVALENCE ET DE PRISE EN CHARGE

Extraits

Définitions et classifications

Les troubles envahissants du développement sont décrits, dans l’actuelle classification internationale des maladies (CIM 10), comme suit :
“Groupe de troubles caractérisés par des altérations qualitatives des interactions sociales réciproques et des modalités de communication, ainsi que par un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif. Ces anomalies qualitatives, bien que variables dans leur intensité, infiltrent l’ensemble du fonctionnement du sujet, quelles que soient les situations. Dans la plupart des cas, le fonctionnement est anormal dès la toute petite enfance et, à quelques exceptions près, ces états pathologiques sont manifestes dès les cinq premières années. Habituellement, mais non constamment, il existe un certain degré de déficit cognitif général, mais en fait ces troubles sont définis en termes de comportement, déviant par rapport à l’âge mental de l’individu (que celui-ci présente ou non un retard mental)...
Dans certains cas, les troubles sont associés - et probablement dus - à des affections médicales (le plus souvent à des spasmes infantiles, une rubéole congénitale, une sclérose tubéreuse, une lipidose cérébrale, ou un syndrome du chromosome X fragile). Cependant, le diagnostic de ces troubles doit être posé à partir des caractéristiques comportementales, indépendamment de la présence ou de l’absence d’une quelconque affection médicale associée. Les affections médicales associées doivent être notées séparément. Le retard mental n’est pas une caractéristique constante des troubles envahissants du développement ; quand il est associé à l’un de ces troubles, il doit être noté séparément.”
Selon la CIM 10, qui indique cependant qu’il persiste des désaccords quant à la subdivision de l’ensemble du groupe, les troubles envahissants du développement comportent les catégories suivantes :
- autisme infantile ;
- autisme atypique ;
- syndrome de Rett ;
- autre trouble désintégratif de l’enfance ;
- hyperactivité associée à un retard mental et à des mouvements stéréotypés ;
- syndrome d’Asperger ;
- autres troubles envahissants du développement.
La classification française des troubles mentaux de l’enfant et de l’adolescent (CFTMEA) propose un chapitre intitulé “Psychoses précoces (troubles envahissants du développement)”, qui comporte des catégories mises en correspondance avec la CIM10 ; les définitions sont similaires en ce qui concerne l’autisme infantile, les autres formes de l’autisme, les troubles désintégratifs de l’enfance et le syndrome d’Asperger ; la CFTMEA distingue en outre la psychose précoce et les dysharmonies psychotiques qui correspondraient, dans la CIM 10, à des “autres troubles envahissants du développement”.
Le “Diagnostic and statistical manuel of mental disorders” (classification de l’association américaine de psychiatrie) dans sa version actuelle (DSM IV), utilisé au plan international comme la CIM10, propose également un chapitre “troubles envahissants du développement” qui comporte le trouble autistique (correspondant à l’autisme infantile de la CIM), le syndrome de Rett, le trouble désintégratif de l’enfance, le syndrome d’Asperger, et les troubles envahissants du développement non spécifiés (y compris l’autisme atypique).
Dans leur ensemble, ces classifications convergent sur la notion de troubles envahissants du développement, groupe de syndromes dont la nosologie est plus ou moins bien définie, comportant l’autisme, dans ses diverses formes, les troubles désintégratifs de l’enfance, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett.
La CIM10, déjà utilisée pour la quasi totalité des statistiques en France, permet de partager un langage commun, au plan national et international.
Cependant, l’approche nosographique ne suffit pas à rendre compte de la situation de chaque personne, de ses difficultés dans la vie quotidienne et des aides qui lui seraient nécessaires. Une approche du handicap, telle que la propose la classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, est à ce titre un complément indispensable, permettant de mettre en évidence les différents plans de l’altération des fonctions, des limitations d’activité et restrictions de participation sociale vécues par la personne, en interaction avec différents facteurs de son environnement familial et social.

Il faut enfin noter que ces classifications sont en constante évolution (...).

Prévalence

Dans son expertise collective sur le dépistage et la prévention des troubles mentaux chez l’enfant et l’adolescent (2001), l’INSERM propose en résumé l’estimation suivante :
“Un taux de 9/10 000 pour la prévalence de l’autisme peut être retenu. En se fondant sur ce taux, on peut estimer que la prévalence du syndrome d’Asperger est voisine de 3/10 000 et que la prévalence des autres troubles du développement, proches de l’autisme, mais n’en remplissant pas formellement tous les critères, est de 15,3/10 000. Au total, on peut donc retenir que la prévalence de toutes les formes de troubles envahissants du développement avoisine 27,3/10 000.”
Il faut indiquer cependant que des études récentes rapportent des taux de prévalence plus élevés, de l’ordre de 17/10 000 pour l’autisme et de 60/10 000 pour l’ensemble du spectre autistique.
Il est généralement reconnu que l’augmentation apparente de la prévalence de l’autisme dans les études serait liée à l’utilisation de l’évolution des définitions, de critères diagnostiques plus larges et à une meilleure détection des cas en population générale.
Enfants et adultes autistes accueillis dans les établissements et services médico-sociaux
Enfants
Au total, 4 199 enfants ont été déclarés avec autisme ou syndrome apparenté dans les établissements pour enfants handicapés (...).
Adultes
Au total, 4 399 adultes ont été déclarés avec autisme ou syndrome apparenté dans les établissements pour adultes handicapés (...).
Par ailleurs, 975 adultes autistes ou avec syndrome apparenté ont été déclarés en centre d’aide par le travail (1,1%)

 

Dernière mise à jour :
22/04/05

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE