INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE

Une question ?
nous écrire

nous téléphoner
05 46 34 38 41


 
a q
L'INTÉGRATION INDIVIDUELLE
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page280.htm


L'ACCOMPAGNEMENT DES ENSEIGNANTS

QUI SCOLARISENT DES ÉLEVES HANDICAPÉS
   
Conseillers ASH - Professeurs ressources - Enseignants itinérants ...
     
   
Note à l'attention des parents
Il nous paraît utile d’attirer l’attention des parents sur le dispositif des conseillers ash, qui existe dans quelques départements (parfois sous d'autres noms). On ne sait pas toujours qu'il est parfois possible, en cas de difficulté, de faire appel à eux.
 
  Dans cette page :
Page suivante :
1. L'exemple de la Seine Saint Denis
2. Autres départements

1. L'exemple de la Seine Saint Denis : profils de quelques postes
 
Nous donnerons d'abord l'exemple de la Seine Saint Denis. La Seine Saint Denis est un département important, qui a pu mettre en place un réseau d'aides diverses à la scolarisation des élèves handicapés.
  Voir la liste de ces postes d'aides sur les sites des IEN-ASH de la Seine Saint Denis
http://www.dsden93.ac-creteil.fr/annu-ia/annu.php?structure=ASH

Le contexte

En 2014-2015, la Seine Saint Denis comptait, dans le 1er degré (public) 185 597 élèves et 10 505 enseignants (répartis entre maternelle 2886, élémentaire 4539 et autres 3080 ; ces "autres" recouvrant les remplacements, des besoins éducatifs particuliers et des actions diverses) ; et dans le 2d degré 116 320 élèves.
  Dans ""Repères et références statistiques" éd. 2015, pages 3.2, 4.2, 9.5 et 9.8.
http://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html
On notera que le nombre des enseignants du premier degré classés dans la catégorie "autres", c'est à dire non titulaires d'une classe, est important. Il représente 30 % des enseignants alors que la moyenne nationale est de 24 %.
L'Inspection académique de la Seine Saint Denis s'inscrit aussi dans le dispositif "Plus de maîtres que de classes" qui a pour but "de renforcer la prévention et la prise en charge de la difficulté scolaire au sein de la classe", sans être spécialement centré sur les élèves handicapés.
http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/spip.php?article6123
Voici donc, à titre d'exemple, les profils de quelques postes d'enseignants de la Seine Saint Denis.
  Le document départemental du mouvement des enseignants de la Seine Saint Denis, rentrée de 2016, trace les profils d'un certain nombre de ces postes d'aide..
http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/IMG/pdf/Fiches_postes_specifiques_2016-2017-V2.pdf
 
Des postes de Conseiller d'Aide à la Scolarisation des Élevés en situation de Handicap- CAS-EH
Ces conseillers sont membres des équipes de circonscription des IEN (inspecteurs de l'éducation nationale). Ils apportent aide et conseil aux enseignants accueillant des élèves en situation de handicap : observation et évaluation des besoins des élèves, aide à l'élaboration de projets de scolarisation adaptés, aide à la mise en place du binôme enseignant/AVS.
Le conseiller peut accompagner les équipes et les familles dans l'élaboration d'un dossier de compensation du handicap. Il se doit d'instaurer un lien de confiance avec les différents partenaires et acteurs du projet de l'enfant.
La pratique du CAS-EH prend appui sur le référentiel de compétences énoncé dans la circulaire N° 2004-026 du10/02/2004.
Note ISP

On lit sur le site de l'ARS qu'il existerait du côté de l'Education nationale trente-trois conseillers d’aide à la scolarisation des élèves handicapés, qui travaillent en binôme avec les enseignants référents (16 avril 2015).
http://www.dect-idf.com/wp-content/uploads/2015/06/CR-scolarisation-93s%C3%A9ance2.pdf
Le DECT est une démarche régionale initiée par l'ARS 93, pour la mise en oeuvre du 3ème plan autisme
A propos de l'origine de ces postes, voir ci-dessous : origine
 
Témoignage d'une Conseillère CAS-EH : le travail avec les enseignants
Barbara Nivet

Conseillère CAS-EH

(93)



25-02-16
Depuis quatre ans, j'occupe un poste de conseillère d'aide à la scolarisation des élèves handicapés. Une plongée au coeur de l'inclusion scolaire tant du côté des enfants que du côté des adultes.
Je travaille sur 24 écoles (maternelles et élémentaires), soit environ une centaine d'enfants concernés et tout autant d'enseignants et AVS le cas échéant.
Chaque jour, en classe, j'observe l'élève , son enseignant et le groupe. J'analyse la situation en dégageant les points d'appuis et les difficultés des enfants face aux apprentissages et au vivre ensemble. J'essaie de dégager des besoins. C'est ma formation CAPASH E et D qui m'aide à avoir ce regard.
La deuxième partie de ce travail concerne le travail avec les adultes. Comment accompagner enseignants, AVS pour que la scolarisation soit bénéfique ? Cela consiste à construire avec l'enseignant, l'écouter pour comprendre de quoi il a besoin, et quelles sont ses préoccupations. Comprendre la vision que l'enseignant a du handicap, de l'altérité de l'enfant, m'aide à m'organiser.
Certains ont déjà mis en place un tas d'aménagements. Avec d'autres, il faut y aller à petits pas. Certains font de la résistance, d'autres ont peur. Il faut rassurer, apaiser et donner l'envie à chacun de faire, de s'autoriser à "faire autrement". Le plus souvent le fait de travailler à deux conduit à enrichir les pratiques de chacun.
Après la visite de classe nous avons un premier temps d'échange. J'informe sur le handicap et les conséquences possibles sur les apprentissages; Je fais parfois des propositions d'aménagements pédagogiques, nous les discutons pour que cela soit réalisable dans le contexte réel de la classe. On se fixe de petits objectifs à atteindre. Parfois, il s'agit de conseils très précis pouvant ressembler à des préconisations: " agrandir la police, utiliser arial ou une police simple, mettre des interlignes doubles, décomposer les exercices, placer l'enfant face au tableau ..." .
Dans d'autres situations, c'est plus complexe, cela prend plus de temps. Il m'arrive alors de venir en classe en co-intervention pour affiner mes observations et tester plusieurs stratégies: structurer l'environnement, mettre en place des aides visuelles. Il est compliqué de faire prendre conscience aux enseignants que tout ne va pas fonctionner de suite comme on le voudrait, qu'il n'y a pas de "baguette magique".  Pourtant eux sont dans une urgence à laquelle il faut apporter des solutions. Il s'agit le plus souvent des situations concernant la scolarisation d'enfants autistes avec des troubles du comportement. C'est presque devenu une priorité car au vu du nombre de situations à suivre chaque année, nous devons faire des choix.
Ceci dit, je reste disponible et les collègues font appel à moi au besoin. On trouve toujours à s'arranger. La relation avec les adultes se tisse, se construit. La confiance se gagne petit à petit.
Le dialogue se poursuit au fil des ans. On diversifie nos actions, le travail hors temps scolaire est conséquent (échanges avec les collègues, compte rendus d'observations, mise à jour des connaissances, formations spécifiques). C'est ce que j'appelle  le "travail invisible" mais nécessaire.
Quand cela est possible, je travaille en lien avec le psychologues scolaire, les partenaires de soins et la famille. La cohérence apportée renforce l'efficacité. Certains enseignants me demandent de l'aide pour remplir le GEVA-SCO. C'est un temps d'échange très précieux. Dès que le dossier MDPH est notifié, je travaille aussi  avec l'enseignant référent.
Question ISP

25-02-16
Quand vous parlez d'observation en classe, est-ce à la demande de l'enseignant ou êtes-vous envoyée par votre Inspectrice ?
Barbara
Pour ma part, j'ai privilégié la demande faite par l'enseignant. Je pense qu'il est nécessaire qu'il s'implique dans cette relation d'aide, de conseil et d'accompagnement. Nous n'avons pas de statut "hiérarchique" par rapport aux enseignants. Nous ne pouvons rien imposer, juste co-construire et accompagner les adultes et les enfants.
Pour les nouveaux élèves n'ayant pas encore de PPS, j'ai mis en place une feuille de demande de visite nous aidant lui et moi à mieux comprendre et organiser la situation. Le plus souvent, le psychologue scolaire a vu l'enfant et m'éclaire sur les demandes.
Je peux aussi, parfois, être interpellée par un directeur, le psychologue ou l'inspectrice ou un conseiller. Je me mets alors en relation avec l'enseignant.
Pour les élèves ayant déjà un dossier MDPH avec PPS, je vois tous les enseignants (ou presque) avant la Toussaint pour leur présenter mes missions et leur dire de me contacter en cas de besoin. Normalement, ils ont une pochette de suivi, que j'ai constituée avec les enseignants précédents. Elle contient un cahier de liaison AVS/enseignant/Conseiller, une fiche sur les missions de l'AVS, des protocoles d'aménagements mis en place ou souhaitables.
ISP Êtes-vous spécialisée pour un handicap ?
Barbara Les conseillers sont amenés à travailler sur tout le champ du handicap. Nous sommes titulaires d'un CAPASH ABCD ou E C'est pour cela qu'il faut poursuivre et enrichir notre formation... Des priorités sont fixées par l'IEN ASH et l'IEN de circonscription. Nous intervenons plus particulièrement sur les premières demandes en maternelle et au CP.
ISP Pouvez-vous être amenée à participer à des réunions des Équipes Éducatives ou des ESS (Equipe de Suivi de la Scolarité) ?
Barbara

Je participe aux ESS quand mon emploi du temps me le permet, à la demande de l'enseignant référent, de la famille ou des partenaires ou à ma demande si je pense avoir vraiment quelque chose à dire. Ou tout simplement en soutien quand la situation est délicate.
L'un des problèmes du 93, c'est que les PPS produits par la MDPH ne sont souvent que des cadres assez vides, sans contenu pédagogique.
En fait notre travail s'inscrit dans des propositions d'aménagements pédagogiques et de leur mise en place dans la classe. Personnellement je laisse des comptes rendus écrits à l'enseignant et aussi dans un dossier à l'IEN. Ces comptes-rendus peuvent être utilisés pour remplir le GEVASCO.

ISP A propos des PPS produits par les MDPH, il faut bien voir que le PPS est un processus qui se construit par étapes, et par allers-retours MDPH / équipes pédagogiques ou équipes de suivi.
Voyez par exemple : "Les étapes du PPS"
 
  Témoignage d'une mère
Jeanne (93)

09-03-16
Mon fils de 10 ans et demi (diagnostiqué autiste Asperger en 2011) a été scolarisé dans une école privée pour enfant à fort potentiel à partir de sa dernière année de maternelle (à l'époque le diagnostic n'avait pas été posé et son enseignante se sentait dépassée). Durant son année de CP/CE1, il a manifesté l'envie d'intégrer son école de secteur (son petit frère ayant fait sa rentrée en maternelle). Son maintien dans l'école privée m’apparaissant de moins en moins justifié (l'absence de cadre ne faisant que renforcer ses troubles autistiques) et financièrement impossible puisque je ne recevais aucune aide, il a donc réintégré le public.
Le directeur de l'école a organisé une réunion à laquelle a notamment participé la Conseillère d'aide à la scolarisation. Afin de bien comprendre la spécificité de mon fils et de préparer au mieux son intégration dans l'école de secteur, cette dernière est allée rencontrer l'équipe pédagogique de l'école spécialisée et observer le comportement de mon fils pendant la classe. Cette démarche a été extrêmement porteuse, permettant à mon fils d'avoir un adulte référent sur qui s'appuyer pour la transition et à l'équipe pédagogique de mieux comprendre les enjeux de son accueil.
L'intégration de mon fils dans son école a, de fait, été une réelle réussite. Il est aujourd'hui en CM2, avec une AVS 15 heures par semaine et n'a jamais été aussi heureux d'aller à l'école. La conseillère d'aide à la scolarisation continue de le suivre, faisant des propositions toujours pertinentes et adaptées. C'est un acteur clé dans les prises en charge spécifiques et pour les parents une aide extrêmement précieuse.        
C., Enseignante Référente (93)

13-03-16
Témoignage de l'Enseignante référente

Les Cas-eh et les référents travaillent en étroite collaboration et leurs actions sont complémentaires. L'observation et l'analyse du Cas-eh va permettre aux membres de l'équipe de cerner plus précisément les besoins de l'enfant en situation de handicap.
Le caseh connaît bien l'enfant et sa problématique, c'est pour cela que le référent a besoin de son éclairage avant d'animer la réunion de l'ESS. Le travail du cas-eh est fondamental et indispensable pour que l'inclusion  soit positive, il apporte aux enseignants et aux partenaires une aide précieuse."

ISP

Merci pour ces témoignages positifs qui confirment l'intérêt du rôle de la Conseillère.
 
Témoignage d'un Conseiller CAS-EH
Alain Vallée

Conseiller CAS-EH

(93)



28-03-16
J'exerce cette fonction depuis 2000 sur ma circonscription. (...)  Aujourd'hui, je peux faire un bilan :
Les points positifs:
-Une prise en charge efficace, tant en termes de procédures que de contenus, qui passe par la possibilité de travailler avec des psychologues et un médecin scolaire.
-Le partenariat avec une commune (petite enfance,  centres de loisirs,) qui permet d'envisager le parcours des enfants d'une manière globale et cohérente. (…)
Les manques:
- En termes de formation initiale et continue des enseignants
- le "flottement" de notre cadre de travail incite nos IEN à reporter sur ce poste des charges de travail dévolues, en principe, à d'autres postes.
- et surtout, de manière de plus en plus aigue, la saturation, en termes de places, des établissements avec lesquels nous pourrions trouver des passerelles et des solutions innovantes.
Ce dernier point conduit à une situation inacceptable :  les enfants scolarisés pour la première fois à l'école maternelle, notamment, et de manière importante porteurs de TED, progressent considérablement pendant leur années de maternelle. Mais à leur sortie, aucune solution répondant à leurs besoins n'est actuellement possible.
Les solutions proposées par l'éducation nationale (ULIS ecole, voire scolarisation très partielle en CP) sont inadaptées aux besoins de ces enfants.
La MDPH, lorsque, inévitablement, la scolarisation devient de ce fait source de souffrance des élèves et des équipes, propose maintenant de manière de plus en plus systématique sur le département  une augmentation de l'allocation permettant aux familles de payer une éventuelle aide à domicile.
Un autre retour d'expérience : j’ai mis en place (grâce à l'aide de Terres de France) une mise à disposition de tablettes numériques auprès de dix élèves TED, accompagnée de logiciels adaptés. Ce matériel apporte une aide significative aux élèves  et aux enseignants
Question ISP

30-03-16
Intervenez-vous à la demande de l'enseignant ? à la demande des parents ?
Alain Vallée
04-04-16

L'observation en classe est faite à partir d'une demande de l'école filtrée par le médecin scolaire ou les psychologues scolaires. Jamais d'intervention directe.

 
Note ISP
Un document de la CNSA confirme le manque de place en ESMS, notamment en Seine Saint Denis.
Voir : Dispositif "situations critiques" Bilan 2015
http://www.cnsa.fr/actualites-agenda/actualites/le-rapport-annuel-2014-de-la-cnsa-est-paru
Note ISP

24-05-16
Lors de la 4ème Conférence Nationale du Handeicap, je jeudi 19 mai, le Président de la République a annoncé quel 180 millions d'euros seront débloqués sur 5 ans à destination des instituts médico-éducatifs (IME).
Voir : http://www.rtl.fr/actu/politique/conference-nationale-du-handicap-les-annonces-de-francois-hollande-7783302643
e
Les conseillers, les parents et les associations...
Question ISP

30-03-16
Rencontrez-vous souvent les parents ? et leurs associatrions ?
Alain Vallée

04-04-16
Je rencontre souvent les parents hors et dans les réunions institutionnelles. Je les informe du travail mené et nous voyons ensemble si certains des axes de travail (ex: aide à la communication) pourraient leur être utiles. On discute également souvent des possibilités et difficultés du parcours scolaire.
Je suis les réunions des équipes éducatives des élèves à l'évaluation desquels j'ai participé, lorsqu'il y a une possibilité que l'enfant soit recensé dans le champ du handicap. Et, bien entendu, également les réunions des ESS.
Nous travaillons en partenariat avec les structures petite enfance de la ville, ce qui permet d'anticiper sur l'arrivée à l'école et donc de prévoir un accueil adapté (horaires, aide humaine, aménagement matériel)
En ce qui concerne les associations, aucun contact par rapport aux élèves suivis. Aucun des parents rencontrés n'a fait mention d'une quelconque adhésion à une association. J'ai pour ma part donné ce genre de contacts à des familles, je n'ai pas de retour, à ce jour.
Des contacts sont pris dans le cadre de formations et de séminaires proposés par ces associations et dans des partenariat sur des formations auprès des enseignants, TSA93 (Tous Solidaires Autisme 93) ou Satedi (Spectre Autistique troubles envahissants du développement. International), par exemple.
Barbara Nivet



04-02-16
Oui il m'arrive de travailler avec des associations en partenariat. Par exemple pour un élève myopathe avec l'AFM. La première rencontre s'est faite en ESS puis par échanges de mail. Nous avons travaillé sur les questions de sensibilisation, l'arrivée du fauteuil dans l'école, etc.

J'ai aussi travaillé avec une association s'occupant d'enfants avec dyspraxie ( le cartable fantastique). Et dans le cadre de mes missions, je me rends parfois à certaines réunions du groupe "handicap" de la ville et c'est ici aussi l'occasion de rencontrer de nombreuses associations, de manière plus informelle.

Note ISP

09-03-16
Les parents et leurs associations ne savent pas toujours vers qui se tourner du côté de l'éducation nationale. Il me paraît tout à fait opportun de faire connaître l'éducation nationale aux associations et de faire connaître les associations à l'éducation nationale.
Et je remercie les deux conseillers pédagogiques, Barbara et Alain, d'avoir pris la peine de nous donner toutes ces informations.
  Note à popos de l'investissement personnel des acteurs
Note ISP
J'ajouterai qu'un certain nombre de ces activités, notamment la participation aux réunions du groupe handicap relèvent de l'investissement personnel, voire du bénévolat, des acteurs locaux.
Dans les études sur la réalisation de partenariats entre Éducation nationale et établissements spécialisés, l’importance des engagements personnels a déjà été soulignée, voir par exemple l'énquête du CNSA sur les Unités d'Enseignement externalisées de mars 2015 (1) ou l'article de Catherine Dorison qui observe que "ces engagements personnels (...) donnent aux expériences de partenariat un caractère militant alors même qu’elles sont le fait de professionnels".
  (1) Une enquête qualitative UNSA / Ministère de l'EN (page 11)
  (2) Catherine Dorison "Le partenariat entre l'Education nationale et les établissements spécialkisés" juin 2015
Les relations entre l'Education nationale et les associations paraissent être du même ordre !
   
Dissonances : le témoignage d'un enseignant
Xavier accueille dans sa classe de CP un enfant dont le diagnostic serait un trouble autistique. La MDPH lui a accordé 18h avec une AESH sur le temps scolaire, les 6h restantes l'enfant est en prise en charge extérieure.
Xavier a publié son témoignage sur le site du SE-Unsa. (Syndicat des Enseignants - Union Nationale des Syndicats Autonomes). (UNSA
http://notremetier.se-unsa.org/accueillir-un-eleve-autiste-en-cp-xavier-temoigne
Xavier L.
Professeur des écoles (93)



26-01-16
1. Comment s'est passée l'arrivée de ton élève en situation de handicap ?
Les élèves le connaissent de la maternelle, ils sont gentils et bienveillants. Il n'est pas stigmatisé. Il est, cependant, assez solitaire, il ne va pas vers les autres. Il n'est ni violent, ni perturbateur.
Dans la cour, il ne participe pas aux jeux collectifs. Cela vient de son trouble, il a des difficultés à entrer en communication avec les autres, à être en relation duelle. Il n'y a pas de réels échanges entre les élèves.
Il a 2 AESH réparties sur 18h. Elles aident à le canaliser dans les apprentissages. Il sait des choses mais a des difficultés à les utiliser à bon escient. Il n'a pas un énorme retard par rapport aux autres élèves pour le moment. Pour moi, le temps sans l'AESH est difficile, c'est un élève qui a besoin de la présence permanente de l'adulte sinon il se disperse, il se lève, se lave les mains plusieurs fois dans le point d'eau de la classe...
2. As-tu bénéficié d’une aide, d’une formation ou d’information pour l’accueillir ?
Je n’ai bénéficié d’aucune aide et encore moins d’information. Nous sommes obligés de chercher par nous-même. Quand je dis nous je parle des AESH et moi.
3. Y a-t-il une prise en charge autre que celle de la classe ?
Nous n’avons aucune information sur la ou les prises en charge extérieures. Je ne sais pas qui s’occupe de lui en dehors de l’école.
Je suis dans une classe avec un effectif idéal. Nous sommes dans un secteur géographique où nous devons faire face à des problèmes économiques, sociaux. Nous avons beaucoup d’élèves en difficulté sans être dans le champ du handicap. J’ai été formé pour ces élèves en difficulté mais pas pour ceux en situation d’handicap.
  Premières réflexions à propos de ces témoignages. Il reste à faire !
Note ISP



02-03-16
Assurément il y a là quelque chose qui ne fonctionne pas ! On est conduit à se poser quelques questions.
Dans un premier temps, on est étonné que cet enseignant paraisse n’avoir jamais entendu parlé des conseillers ASH et des aides possibles, alors que l’enfant a déjà été suivi en maternelle.  L’aide apportée par les conseillers est-elle si peu lisible ? Le directeur ne transmet-il pas les informations ? L’AVS n’a-t-elle pas été mise au courant lors des réunions d’AVS ? 
Et certes, si l’enseignant attend que les informations viennent à lui et si de son côté la conseillère attend la demande de l’enseignant, les attentes peuvent effectivement durer longtemps.
   
D'où une première conclusion, à l'intention des parents
Les témoignages ci-dessus montrent que lorsqu'il y a une aide possible à l'enseignant, deux situations peuvent se présenter : cette aide fonctionne, au bénéfice de l'enfant, ou elle ne fonctionne pas. Et dans ce second cas, que peuvent faire des parents qui pensent que pourtant qu'une aide serait nécessaire pour améliorer les conditions de la scolarité de leur enfant ?
Les parents s'informeront d'abord de l'existence éventuelle de ces aides,
- auprès de l'enseignant de la classe, auprès du directeur de l'école, auprès de l'enseignant référent,
- ou auprès de l'IEN de la circonscription de l'école,
- ou auprès de l'IEN ASH du département
  Ils pourront demander les coordonnées des IEN au directeur de l'école,
ils les trouveront aussi, le plus souvent, dans ce site. Voir : quelques adresses > département.
Souvent aussi ils trouveront la liste des conseillers ASH sur les sites des IEN
Puis ils pourront demander l'intervention du conseiller, soit à l'IEN dont il dépend soit au conseiller lui-même.
Barbara

Oui, les familles peuvent joindre directement un conseiller via le tel de l'inspection. Cela arrive le plus souvent en cas de souci avec une AVS, ou un problème direct avec un enseignant qu'ils n'arrivent pas à régler avec la directrice de l'école. Ensuite, avec certains parents, c'est pour des détails du dossier et là ça se fait par tel ou par mail.

Note ISP Il est toutefois regrettable que les sites des IEN ASH soient souvent difficilement accessibles.
Note ISP
L'IEN ASH 93 indique sur son site que "l’équipe des conseillers départementaux de la circonscription de Bobigny 2 ASH Pôle handicap peut intervenir sur sollicitation (...) auprès des élèves qui présentent un handicap (...) en classe banale, avec ou sans AVS, ou en ULIS..." mais sans préciser sur sollicitation de qui : l'enseignant ? les parents ?
   
A propos des conseillers ASH et du témoignage de Xavier : comment "aider" les enseignants ?
Note ISP



10-03-16
On peut aussi s’interroger, dans un second temps, sur l’attitude de l’enseignant qui paraît ne pas vouloir jouer le jeu. N’exprimerait-elle pas une certaine méfiance ou une certaine lassitude des enseignants vis-à-vis des contraintes qui leur sont imposées ? Méfiance et lassitude qui pourraient avoir plusieurs raisons.
Premièrement, du point de vue de l'enseignant, cela vaut-il la peine de faire beaucoup d'efforts pour se former à la scolarisation d'un enfant autiste, sachant que c'est peut-être le seul qu'il verra dans sa carrière d'enseignant (1) et considérant qu'une véritable compétence demanderait sans doute plusieurs années de travail auprès d'enfants autistes ? Ne serait-il pas plus motivant et plus rentable de regrouper quelques-uns de ces enfants dans la même école, éventuellement un ou deux par classe, en assurant ainsi une certaine continuité d'une année sur l'autre ? Et après tout, même en Seine Saint Denis, quand des parents souhaitent que leur enfant bénéficient d’une pédagogie renforcée dans les domaines de la danse, de la musique, du sport, du théâtre, l’éducation nationale dote certaines écoles de ces spécialités et les parents n’hésitent pas à y envoyer leur enfant, même si ce n’est pas l’école « la plus proche du domicile » ! (2). Pourquoi ne pas procéder de même pour certains handicaps ? (On le fait, d’ailleurs, avec les PASS, pour les troubles auditifs).
Des postes de conseillers rattachés à quelques écoles ainsi désignées, et auprès des enseignants concernés, seraient sans doute mieux enracinés sur le terrain.
(1) Données de l’éducation nationale : environ un 1 élève autiste sur 2000 (élèves ayant un PPS). Voir statistiques de l'autisme
(2) Voir : Classes à horaires aménagés musique, danse et théâtre, sections sportives…
 http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/spip.php?article3953

Et secondement, on peut aussi s’interroger sur la nature des actions de formation. La formation à la pratique exige la participation active de l’intéressé.

La conseillère ASH nous avertit qu'elle n'a pas en poche des recettes toutes faites, mais qu'il faut trouver ensemble; avec l'enseignant, des solutions pédagogiques. Elle a suivi les leçons de Christian Alin (3) qui préconise que le conseiller pédagogique passe de la posture d’enseignant-expert à celle de formateur, facilitateur, passeur, médiateur…
(3) sur le site de Christian Alin, « Analyse des pratiques : Le travail et l’activité du conseiller pédagogique ». Christian Alin est l’auteur de « La geste formation »
http://christian-alin.fr/formation-de-formateur-lyon/
http://christian-alin.fr/wp-content/uploads/2015/04/Confe%CC%81rence-8-avril-2015-.pdf
Comment donc mettre les enseignants à aider dans le coup ? Peut-être par l’animation de petits groupes d’échanges  entre eux  plutôt qu’en leur rendant des visites d’expert ?
 
Origine et histoire des postes de conseillers ASH en Seine Saint Denis
On se posera la question de savoir comment ces postes sont apparus, comment ils se développent, pourquoi il semble y avoir de très grandes différences d'un département à un autre. On verra qu'en fait ils ne correspondent pas à des directives ou des orientations nationales mais plutôt à des réactions et des initiatives locales.
Pascal Sillou

15-03-16
En 1995 M François Bayrou, alors Ministre de l’EN, avait préconisé qu’on tienne compte de la, présence des élèves handicapés pour déterminer les effectifs d’une classe ("Nouveau contrat pour l'école" décision 19). Devant les difficultés d’application de cette mesure – diminuer les effectifs d’une classe c’est augmenter ceux des c lasses voisines – l’Inspection académique de la Seine Saint Denis avait choisi de créer un poste supplémentaire par circonscription.
Barbara

15-03-06
Auparavant, les conseillers étaient des "MAI" Maîtres d'aide à l'intégration, création suite au rapport Assante… Personnellement j'ai travaillé avec une MAI plusieurs années et j'en ai de très bons souvenirs. Elle venait dans ma classe deux fois par semaine.
Ce poste spécifique n'existe pas dans les autres départements de l'académie.
Pascal Sillou Au départ ces enseignants n'étaient pas spécialisés. Des classes avaient ainsi sur certains horaires deux enseignants. Ultérieurement l’inspection d'Académique, en accord avec les syndicats, a transformé ces postes en postes spécialisés.
Agnès Duguet

15-03-06
Si ma mémoire est bonne, ces postes ont été mis en place par Mme Marie Christine Duffourg Lecam, IEN ASH dans le 93 ; et quand elle est arrivée sur Paris, elle a fait la même chose ...
Pascal Sillou Je ne sais pas si c'est le seul département concerné, mais les différents Inspecteurs d'Académie qui se sont succédés ensuite ont exprimé le fait qu'ils n'avaient pas connu ailleurs un tel dispositif.

Barbara
Eh oui, nous avons été reçus encore l'an passé par le DASEN du 93 qui ne connaissait pas ce poste. Il avait l'air vraiment très intéressé. Le problème de la DSDEN c'est qu'on n'entre pas dans les cases et du coup la ligne budgétaire de rattachement pose souci... on menace chaque année nos indemnités. Là en ce moment , il y a un manque de référent et ils ne peuvent pas créer de nouveaux postes donc on va sans doute piocher sur les conseillers...
Pascal Sillou Agnès, c'est effectivement Madame Lecam qui nous avait annoncé la création de ce dispositif, avec 6 postes créés chaque année jusqu'à ce que la trentaine de circonscriptions soient couvertes.
Agnès Duguet Il y a des dispositifs qui ressemblent dans d'autres départements, par exemple :
http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/correze/brive/2013/05/02/reussir-le-pari-de-linclusion-scolaire-avec-les-edeis_1536391.html
http://snuipp.fr/Une-equipe-en-soutien-aux
 
D'autres postes d'aide à l'inclusion scolaire en Seine Saint Denis
La Seine Saint Denis propose d'autres postes d'aides à l'inclusion scolaire, indépendamment de ces postes de conseillers AHS. .
  Une cellule départementale d’information au service des familles d’enfants handicapés
Un enseignant "chargé de mission" auprès du pôle ressource handicap est à l'écoute des parents des enfants handicapés qui souhaitent obtenir des informations relatives à sa scolarisation. Il accompagne les parents dans leurs démarches.
http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/spip.php?article214
(Cette cellule gère par ailleurs le prêt des moyens matériels et technologiques accompagnant la scolarité des élèves en situation de handicap).
Note IPS

Ce poste permet sans doute de décharger d'autant les enseignants référents dont la mission essentielle est de veiller à la bonne mise en oeuvre du PPS.
  Un poste d'ulis-école éclatée
L'enseignant affecté sur ce poste exercera dans le cadre d'un dispositif expérimental accueillant des élèves de la MS au CE1 présentant des troubles du spectre autistique, scolarisés en milieu ordinaire (dix élèves maximum).
Le rôle de l'enseignant consiste à mettre en place des adaptations pédagogiques et éducatives auprès des enseignants des classes de référence des élèves permettant une réponse personnalisée à leurs besoins pédagogiques et éducatifs et à travailler en lien avec l'ensemble des partenaires du dispositif (classes de référence des élèves, l'AVS co dédiée, les AVSi des élèves, personnels du service de soin (SESSAD) qui accompagne le dispositif, etc.).
  Des postes de Conseillers pédagogiques départementaux ASH - enseignants itinérants
Le conseiller pédagogique départemental est un enseignant maître formateur qui exerce ses activités sous la responsabilité de l’Inspecteur de l’Education nationale dont il est le collaborateur direct.
Sa mission est d’assurer un rôle d’accompagnement professionnel des enseignants et des équipes pédagogiques de la circonscription et notamment les débutants. Il participe activement à l'animation pédagogique de la circonscription.
Les conseillers pédagogiques départementaux sont titulaires du CAFIPEMF (Certificat d'Aptitude aux Fonctions d'Instituteur ou de Professeur des Ecoles Maître Formateur).
Conseillers pédagogiques départementaux ASH et enseignants itinérants
L'équipe de l'IEN ASH peut comprendre aussi, outre les conseillers ash présentés ci-dessus, des postes d’enseignants itinérants pour l’aide à l’intégration scolaires des enfants handicapés. Dans le 93, ces postes sont les suivants (en 2015-2016) :
- un poste troubles spécifiques du langage en lien avec le centre du langage d'Avicenne
- un poste troubles des fonctions auditives
- un poste troubles envahissants du développement
- un poste troubles des fonctions motrices
- un un poste troubles des fonctions visuelles
- un poste troubles spécifiques du langage TSL
 
Et dans les autres départements ? Voir page suivante

Mise à jour : 10/03/16

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE