INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE

nous écrire
( 05 46 34 38 41


PETITE ENFANCE ET PÉRISCOLAIRE
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page24.htm

A L E P A  8 6

Activités et Loisirs Educatifs
pour Personnes avec Autisme

   
   
Avertissement : la présentation ci-dessous date de 2010
   
  Pour se tenir au courant du devenir et du développement de l'ALEPA, on se reportera au site de l'association :
http://www.alepa.fr/
 
et à sa lettre d'information : l'ALEPApagueur
http://alepa.fr/wp-content/uploads/ALEPA-lettre-dinfos-%C3%A9t%C3%A9-2018FILEminimizer.pdf


 
Une présentation de l'ALEPA en 2010
       
L'association ALEPA propose aux jeunes autistes du département de la Vienne des loisirs variés tout au long de l'année. Les activités sont encadrées par des étudiants bénévoles. L'ALEPA est un accueil de loisirs spécialisé, mais qui veut être en même temps un point de départ pour aller vers le milieu ordinaire
 
Le terme d'"accueil de loisirs" a remplacé, en juillet 2006, le "centre de loisirs sans hébergement".
Des accueils de loisirs pour personnes autistes largement animés par des bénévoles, il en existe quelques-uns en France, notamment dans le nord ou à Paris. Beaucoup ont une vie éphémère. L'ALEPA tient - et s'est développée - depuis 1997.

ALEPA 86
Activités et Loisirs Educatifs
pour Personnes Autistes


35 bis route de Ligugé
86280 SAINT-BENOIT
09 50 14 96 22
et 06 76 36 65 68
alepa86@gmail.com

Directrice : Elsa Bouteloup

http://alepa86.jimdo.com/


Histoire
C'est suite à la rencontre - en 1997 - entre des parents de l'association Autisme-Vienne et une professeur de la faculté des sports de Vienne, que les parents ont sollicité les étudiants de sa faculté en vue d'organiser le samedi après-midi des loisirs sportifs à l'intention des enfants et des jeunes autistes. Il n'existait pas alors d'accueil possible dans les structures de loisirs classiques.
Ces premiers étudiants sont rejoints assez rapidement par des étudiants en psychologie de la faculté des sciences humaines. Les uns et les autres, outre le service rendu, pouvaient trouver un intérêt professionnel dans le travail auprès des personnes handicapées. Au départ, ils assurent deux ou trois heures chaque samedi : sport, loisirs, carnaval... Et pour être autonomes, ils décident de créer leur association, l'ALEPA (Activités et Loisirs Educatifs pour Personnes avec Autisme).
  En 2001
En 2001, Mme Elsa Bouteloup, professeur d'EPS en IME, titulaire d'une licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) option APA (Activités Physiques Adaptées) entre à l'ALEPA. Elle en deviendra la Présidente (bénévole) l'année suivante.
En 2001-2002 l'ALEPA compte jusqu'à 36 bénévoles et elle accueille régulièrement 14 jeunes autistes. La ville met un gymnase à sa disposition. Mme Bouteloup veille à ce que les activités proposées aux jeunes soient soigneusement préparées. Elle-même suit une formation à l'autisme organisée par EDI-Formation.
Les activités d'ALEPA se développent. En 2004-2005, il y a 45 bénévoles qui interviennent auprès de 25 personnes autistes.
  En 2005-2006

En 2005, la directrice, chargée de mission pour pérenniser l'ALEPA, dépose un dossier au Fonds social Européen. Elle recevra 23 000 Euros. Elle-même devient salariée de l'Association. L'ALEPA devient officiellement "accueil de loisirs" (pour les moins de 20 ans) ce qui peut faciliter les financements. Il faut parmi les animateurs au moins un titulaire du BAFA pour 10 enfants.

  En 2007
En 2007 il y aura jusqu'à 72 bénévoles et l'association travaillera auprès de 32 familles.
L'association obtient l'aide de la région dans le cadre du dispositif des "emplois tremplins".
 
L'objectif des dispositifs "Emplois Tremplins" mis en place par les régions est à la fois d'accompagner les structures dans le développement ou la création d'activités d'utilité sociale porteuses du développement économique des territoires et de contribuer à l'insertion des publics les plus en difficulté.
Voir http://www.poitou-charentes.fr/services-en-ligne/guide-aides/-/aides/detail/74
La subvention "emplois-tremplins" est accordée pour trois ans. Elle permet de rémunérer jusqu'en 2010 un poste de directeur (10 000 Euros par an) et un demi-poste d'animateur (5 143 Euros).
  En 2009  
La commune de St Benoit, dans la banlieue de Poitiers, a mis à la disposition de l'ALEPA une partie des locaux vacants d'une école maternelle : l'équivalent de trois grandes salles de classe et les locaux annexes (cuisine, sanitaires...). Le montant du loyer est de 5 400 Euros par an. Ces nouveaux locaux améliorent considérablement les conditions de travail.
En 2008-2009, 53 personnes autistes, dont 13 adultes, participaient aux activités de l'ALEPA, encadrées par 45 bénévoles.
 
Activités
  "Eclats de bulle" : l'accueil de loisirs et les vacances
Actuellement, l'ALEPA propose aux familles durant l'année scolaire un accueil de loisirs tous les samedis et des séjours du week-end (pour le répit des familles et parce que pour certains jeunes il peut être opportun de commencer par des absences qui n'excèdent pas 48 heures) ; et durant les vacances elle propose un accueil de loisirs de la journée, repas compris, des séjours et des camps de plusieurs jours, parfois en commun avec des jeunes non handicapés.

Les activités
de l'accueil de loisirs


- animations le samedi
- animations vacances scolaires
- week-ends Vienne et Région
- séjours courts et longs

 
Ces années passées, l'association a ainsi organisé 8 week-ends et 3 à 5 séjours d'une semaine par an.
L'ALEPA s'efforce de recevoir tous les jeunes autistes, quel que soit le degré de handicap. Les seules restrictions concernent certains stages de ski nautique ou certains stages de neige. Problème des jeunes qui ne sont pas propres : on ne peut guère changer une couche en haut d'une piste...
L'ALEPA a aussi un secteur adultes, pour des activités de loisirs du mercredi et des séjours à l'extérieur.
  Sports et autisme : osons l'intégration !
Le secteur "Sports et autisme" a essentiellement pour projet l'accompagnement individuel en structures de loisirs ordinaires. Au début les parents ne pensaient pas que le milieu ordinaire était possible ; et de fait, il ne l'est pas sans une préparation et un accompagnement.
Les associations qui accueillent les jeunes en projet d’intégration :
- La gym volontaire des Couronneries
-
Le Stade Poitevin Gymnastique 86
-
L'Océane Cycle Poitevin
-
Le Théâtre EXABUL à l’école du Planty
-
Le club d’escalade, l’ALMA à Migné Auxances
- L' Association Iteuillaise de Randonneurs (AIR)
- Le centre de loisirs BAOBAB de la Blaiserie
 
-
ALSH du centre Beaulieu
-
Le Cirque Octave Singulier
- R.E.C Danse à Jaunay Clan
-
L'ASPTT de Poitiers section Gym
-
La section danse de salon de la MJC Aliénor d'Aquitaine
-
Le CEP gymnastique artistique 86
Quand l'accueil d'un jeune de l'accueil de loisirs dans un club ou dans un groupe sportif paraît envisageable, c'est d'abord l'animateur de l'ALEPA qui prend contact avec ce club. Il faut préparer les encadrants de ce groupe, les sensibiliser à l'autisme, réfléchir ensemble à ce que peut être une prise en charge adaptée.
Somme toute, et ceci est fondamental, l'accompagnateur de l'ALEPA n'est pas l'accompagnateur de l'enfant mais l'accompagnateur du groupe qui accueille l'enfant. Il joue un peu le rôle d'un traducteur pour un enfant qui ne parlerait pas la même langue.
Et l'accompagnateur ne sera pas toujours là. Mais on voit des enfants qui deviennent très vite relativement autonomes dans leur club. El l'accompagnateur peut alors travailler avec des enfants plus handicapés, consacrer plus de temps par exemple à un enfant qui ne parle pas.
En cette fin d'année 2009, ce sont ainsi 12 enfants qui sont accueillis dans les clubs "ordinaires". Et ce nombre ira en augmentant.
 
Préparation et réflexion

Chaque animation est soigneusement préparée : les activités de chaque enfant sont programmées avant chaque séance (supports visuels), les matériaux qu'il utilisera sont en place. Les animateurs fabriquent eux-mêmes ou adaptent des outils pédagogiques et éducatifs.

Parallèlement, l'ALEPA mène un intense travail de réflexion. Ses projets et sa déontologie sont publiés dans des documents qu'on peut se procurer sur son site internet. Voir par exemple
  http://alepa86.jimdo.com/eclat-de-bulles/ > projet pédagogique
http://alepa86.jimdo.com/eclat-de-bulles/
> projet éducatif
Et l'association a produit deux livrets :
 
http://alepa86.jimdo.com/loisirs-et-adaptation/ > Quelles adaptations pour les loisirs des jeunes avec autisme ?
et http://alepa86.jimdo.com/sejours-et-w-e/ > Livret de sensibilisation à l'accueil des personnes avec autisme

Ce second livret est plus spécialement destiné aux animateurs des structures "ordinaires" qui reçoivent des jeunes autistes.

Fonctionnement
  L'ALEPA sur la Région
L'ALEPA intervient principalement dans le département de la Vienne. Depuis deux ans elle a cherché à organiser aussi des week-ends dans les autres départements de la région, à la demande des familles.
Mais ces actions ont été menées avec des bénévoles de la Vienne et l'ALEPA a le sentiment de n'être pas assez proche des familles. Souvent au départ les familles sont inquiètes, elles hésitent à confier leur enfant pour un week-end ou plus à des gens qu'elle ne connaît pas. Il faudrait travailler de façon moins ponctuelle, plus régulière, avec si possible des bénévoles locaux. Il faudrait une antenne sur place. On a sollicité des masters 1 de psycho, mais peu de réponses pour l'instant...
  A propos des partenaires
L'ALEPA travaille avec plusieurs clubs sportifs. Elle a passé aussi une convention avec le sessad autisme de la Vienne (sessad ted 86) : des enfants accompagnés par le sessad, le plus souvent en intégration scolaire avec une AVS ou scolarisés en clis ou en upi, participent aux ateliers ou aux stages de l'ALEPA Les échanges avec le sessad sont faciles, on travaille sur la base du PIA de l'enfant.
Le PIA (Projet individualisé d'accompagnement) a été instauré par la circulaire du 9 avril 2009. C'est le projet global d'accompagnement d'un enfant handicapé élaboré par un établissement ou un service du secteur médico-éducatif. Il intègre le PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation).

La collaboration avec les IME reste exceptionnelle et pourrait sans doute être développée. Les modes d'approche du handicap des uns et des autres sont très différents.

  A propos des parents
L'ALEPA se propose de libérer les parents d'un peu de leurs charges et de leurs soucis, elle ne cherche donc pas à les impliquer directement dans ses activités. Mais l'association entretient de bons rapports avec Autisme-Vienne : participation aux journées de l'association, organisation des journées de l'autisme à Poitiers, etc. Et nombreux rapports personnels....
 
Financement
Le budget de 2009 est d'environ 130 000 Euros.
  Participation des familles
On s'efforce d'éviter toute discrimination par l'argent. Le tarif de l'accueil de loisirs est celui d'un centre ordinaire, entre 2 et 6 Euros, en fonction du quotient familial.
Le repas des animateurs bénévoles leur est payé. Il faut entre 8 et 10 animateurs pour 12 enfants.
Les recettes
La directrice et les bénévoles organisent un certain nombre de manifestations pour rapporter de l'argent : bals, concerts, vente de tee-shirts, emballage de cadeaux. Pour cela, ils ne font pas appel aux parents, l'une des raisons d'être de l'association est de soulager les familles.
Par ailleurs, outre les cotisations des parents, l'association reçoit des subventions de la CAF du département de la Vienne (la PSU : Prestation de service universelle, versée à tous les centres de loisirs : 2 500 Euros), du Conseil général de la Vienne (10 000 Euros), de la ville de Poitiers et de Jeunesse et Sport.
L'ALEPA sollicite aussi toutes les communes dont au moins un enfant fréquente le centre de loisirs ; 5 communes, sur les 35 sollicitées, ont répondu à son appel, les dons variant de 50 à 500 Euros.
  Coût et financement des séjours.
Exemple : un séjour d'été de 6 jours, pour 12 jeunes avec autisme, peut revenir à 5 000 Euros : 1 500 Euros de la CAF et 3 500 de la participation des familles, soit environ 300 Euros par famille. Mais les familles peuvent recevoir une aide de la MDPH et une aide de l'association de parents Autisme-Vienne.
 
Le séjour un peu particulier à la neige pour 15 enfants, à la Plagne, était revenu à environ 20 000 Euros : l'ALEPA avait donné 10 000 Euros, la CAF 2 000 Euros et les familles 8 000 Euros. Chaque famille avait donc dû verser 600 Euros, mais les familles avaient reçu des aides directes : 200 Euros d'Autisme-Vienne et 150 Euros de la MDPH (dossier PCH : compensation du surcout lié au handicap). Parfois les familles obtiennent aussi une aide de leur entreprise.
Notes prises auprès d'Elsa Bouteloup, Directrice de l'ALEPA
Pierre Baligand - décembre 2009
 
Quelques réflexions à propos des bénévoles
Commentaire



ISP
On est heureusement surpris du grand nombre des bénévoles qui s'engagent dans les activités de l'ALEPA auprès des personnes autistes. La directrice a su maintenir la dynamique originelle. Et c'est assez remarquable ! Tellement remarquable qu'on se demande si ce modèle peut être facilement duplicable ailleurs.
Les bénévoles sont pour la plupart, on l'a vu, des étudiants de la faculté des sports de Vienne ou des étudiants en psychologie ou en sociologie de la faculté des sciences humaines. Quelques-uns y trouvent certes l'occasion d'un thème de mémoire et d'autres préparent le diplôme de l'IRTS (Institut Régional du Travail Social). Mais cet intérêt professionnel ne suffit sans doute pas à expliquer leur engagement.
 On constate d'ailleurs qu'il n'y a pas d'étudiants de l'IRTS parmi les bénévoles : on serait curieux de connaître le point de vue des travailleurs sociaux sur le bénévolat ?

La directrice s'attache à laisse aux bénévoles une grande marge d'initiative et de responsabilité dans les activités qu'ils organisent et qu'ils animent. C'est sans doute un facteur de motivation. Si d'ailleurs les bénévoles ont constitué une association, c'est notamment pour être suffisamment autonomes et pour ne pas dépendre d'une association de parents qui leur donnerait ses consignes ou de parents qui s'ingéreraient dans leurs activités ! Et les relations des uns et des autres n'en sont que meilleures.

Il reste que l'animation des équipes de bénévoles dont le maintien et le renouvellement ne sont jamais acquis une fois pour toutes constitue la préoccupation majeure de la directrice. P.B.
Note ISP
Note au 15 décembre 2013
 
 
Points de vue de parents

Cathy
17

06-01-10

Une équipe dynamique, compétente, et heureuse...

Nous avons connu l’existence de l’ALEPA en 2007 grâce à un article dans un journal local. J’ai donc appelé l’association qui m’a dit qu’un prochain week-end était prévu dans notre département et quelques semaines après, nous avons conduit notre fils à la Rochelle rejoindre quelques jeunes enfants avec TED et nous avons fait connaissance d’Elsa, Virginie, Nicolas, Sabrina, et quelques autres jeunes de l’ALEPA, notre premier contact a été plutôt rassurant, nous avons immédiatement vu que nous avions à faire à une équipe très à l’aise avec les enfants TED. Le week-end avait été bien rempli (piscine, roller, pêche etc.) et très positif pour Steven.

Après cette première expérience, l’ALEPA a proposé d’accueillir quelques enfants avec TED de notre département à Smarves  pour 5 jours durant les vacances scolaires ; les journées étaient ponctuées d’activités avec les jeunes TED de Poitiers et ils dinaient et dormaient dans un centre, toujours encadrés par leur référent. Durant ce séjour, la jeune référente de notre fils nous avait dit que celui-ci avait parfois manifesté de l’angoisse (principalement le soir)  mais il avait pris beaucoup de plaisir dans les activités avec les autres enfants. Notre fils de 13 ans à l’époque n’avait pas participé à des vacances collectives avec des enfants depuis 6 ans, depuis l’école maternelle !
Nous, parents, même si on ne se défait pas d'une petite appréhension, nous avons eu un vrai moment de détente, pour la première fois également depuis 6 ans.
Depuis l’ALEPA a organisé plusieurs week-ends en Charente-Maritime, mais notre fils a pu participer aussi à de longs séjours d’une semaine organisés dans la région durant l’été, et l’hiver dernier il est allé une semaine à la Plagne, une grande première pour lui !
Au fil du temps, Steven s’est habitué à ses nouveaux camarades et aux animateurs dont il nous parle souvent, ou bien de ce qu’il a fait. Il attend toujours ces moments de retrouvailles avec un grand enthousiasme, et à l’annonce d’une prochaine rencontre avec l’ALEPA, ses yeux s’illuminent de joie.
Les jeunes, pour la plupart étudiants et bénévoles, sont formés pour accompagner les enfants avec TED, ils utilisent des supports adaptés, les séjours sont programmés méticuleusement. C’est à chaque fois un réel bonheur de rencontrer une équipe si dynamique, compétente, et heureuse de donner du bonheur aux jeunes autistes et un peu de répit aux parents.
Un grand Merci à tous les jeunes de l’ALEPA.
Cathy, maman de Steven, 15 ans, janvier 2010
 

Gaëlle
86

29-01-10

L'impression que rien n'est un problème pour l'équipe !

Marcel va à l'ALEPA depuis ses 4 ans ; une section petite enfance avait été créée pour le besoin à ce moment. Il a toujours été content d'y aller. Le départ en séjour lui fait quand même verser une larme et aux parents aussi, car 3 jours, c'est long pour un tout-petit.
Ce qui nous a toujours frappés, c'est la bonne humeur qui règne, et l'impression que rien n'est un problème pour l'équipe.
Cette insouciance n'empêche pas une excellente prise en charge, et nous avons toujours confiance, malgré les activités à risques parfois. L'encadrement est toujours sécurisé. Les accidents ? Un pipi dans le pantalon parfois !
Tout est adapté pour les TED, dans les locaux et à l'extérieur : des locaux très lisibles pour ce handicap, des activités très organisées, avec un emploi du temps pour les jeunes, des pictos...
Les journées d'accueil et les séjours nous permettent de faire pendant ce temps des choses qui ennuient Marcel, ou qui lui sont difficilement accessible et demandent de l'énergie, en particulier avec les frères et soeurs : je vais à la bibliothèque avec Marinette , je peux aussi faire les boutiques...
Avec l'accompagnement d'ALEPA, Marcel fait du sport en intégration dans des clubs ordinaires (gym et cirque). Il adore ces activités sportives, qui lui permettent de se dépenser et se débrouille à peu prés dans le sport proprement dit. Il est avec le groupe, les autres enfants le connaissent bien. Mais il ne peut pas y rester seul : il ne comprend pas les consignes de groupe. Le bénévole l'aide à ce niveau. Il s'implique beaucoup, puisqu'il prend en charge l'enfant de façon régulière tout au long de l'année.
Marcel a récemment profité d'une séance de cinéma adapté. Il a beaucoup crié pendant le film (de joie) tout en le regardant avec intérêt. Les bénévoles l'ont pris en charge et c'est parce que ce comportement était prévu qu'il a été possible d'essayer le cinéma (ciné ma différence, au Dietrich). Deux jours plus tard, il a été avec son école au cinéma aussi : il a été sage et n'a pas crié cette fois ! Nous retournerons aux autres séances.
CinémaDIFFÉRENCE
une association ayant pour objet de favoriser l’accès aux loisirs et à la culture des personnes en situation de handicap, par le biais du cinéma
Dernière nouveauté : un coin parents vient d'être aménagé pour nous permettre de discuter assis autour d'un café lorsque nous amenons notre enfant, car nous avions pris l'habitude d'échanger longuement entre familles à ce moment là.
A l'ALEPA, les bénévoles et les permanents sont très actifs et donnent beaucoup de leur temps. Il y a en permanence de nouvelles idées, qui s'adaptent au contexte, font évoluer les possibilités de loisirs pour nos enfants. Je me sens souvent redevable sans trop pouvoir l'exprimer, ou apporter quelque chose.
 
Gaëlle, maman de Marcel, 5 ans, janvier 2010
 

Mise à jour : 08/01/10

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE