INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT

 

 
TROUBLES DU LANGAGE ET SCOLARISATION
bonnes pratiques

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page409.htm


DES DISPOSITIFS DE SCOLARISATION POUR ENFANTS DYSPHASIQUES

Exemples

 

Cette page fait suite à la page intitulée "des alternatives à la clis ?" en présentant des exemples de dispositifs destinés aux enfants dysphasiques. Elle est prolongée par un projet d'écolee "pôle-ressources" pour enfants dysphasiques".
Voir aussi : une classe externalisée pour jeunes dysphasiques à Toulouse
 
De la nécessité de dispositifs spécifiques, clis et ulis
Edwige
AAD 77


10/10/12
L'exemple d'une ULIS TSL
En l’absence de CLIS TSL/TSA sur notre département, plusieurs enfants dysphasiques ont été orientés en CLIS 1 et malheureusement d’autres le seront encore....Lorsque les familles ont connaissance de l’asso, nous pouvons assister aux équipes et déconseiller fortement la Clis 1 en indiquant que l’enfant n’a pas de déficience intellectuelle. La dysphasie est certes un trouble cognitif mais il est spécifique !!!
Le retour des familles sur cette intégration est assez négatif car la CLIS 1 est une CLIS “fourre-tout”... (voir le rapport sur les CLIS de l’Inspection Générale de l’Education Nationale paru en sept 2011, rapport 2011-104).
Pour illustrer avec un cas concret, même si celui-ci concerne l’intégration en ULIS, voici du vécu perso :
Notre fille a intégré une ULIS TSL en 6ème, située à 45 km de la maison. Cette ULIS, seule sur le département, était une ULIS pilote dédiée aux TSL. “L’essai” s’est malheureusement arrêté l’année dernière et l’ULIS a été requalifiée ULIS TFC (Troubles des fonctions cognitives)...
Devant notre “levée de boucliers” l’IA a précisé que cette ULIS resterait fléchée “dys” mais bien sûr cela n’a duré que l’année dernière... Cette année l’ULIS accueille un élève “non dys” en 6ème qui ne sait ni lire, ni écrire et par conséquent ne peut être intégré dans la plupart des cours. Il est donc “scolarisé” en ULIS et monopolise l’enseignante coordonnatrice.
Au final tous les élèves de l’ULIS sont pénalisés, lui compris ! Il est en quelque sorte stigmatisé au sein de l’ULIS....
Puisqu’il reste une place (12 élèves/ULIS), l’IA vient d’annoncer l’arrivée d’un autre élève “non dys” en 3ème prochainement .... L’enseignante coordonnatrice va certainement demander sa mutation.... une perte énorme pour les élèves “dys” , et les professeurs du collège ! un investissement important fichu !
Donc même si la CLIS TSL est un peu plus loin, je vous conseillerai fortement ce choix plutôt que la CLIS 1....vous avez raison de visiter cette CLIS néanmoins car on peut vous reprocher de porter un jugement sans connaitre (là aussi beaucoup de témoignages de familles !)
   
Dans la Somme (80) : deux dispositifs TSL
Note ISP

06-11-13
Dans la Somme : deux dispositifs TSL répartis sur 6 collèges.
http://ash.ia80.ac-amiens.fr/ash/index.php/la-scolarisation-des-eleves/lm-dispositifsparticuliers/lm-dtls
Dans ces dispositifs, les enseignants sont formés sur les troubles du langage écrit donc mettent en place des adaptations pédagogiques et ensuite un enseignant coordinateur spécialisé intervient auprès des élèves et des équipes pour favoriser une méthodologie spécifique et revoir des notions non comprises en classe. Cet enseignant peut également accompagner en classe les élèves, et soutenir les équipes dans les aides pédagogiques.
1: collèges E.Lucas, Conty, Longueau
2 : collèges A.Janvier, JM.Laurent, Villers Bretonneaux
   
Un "dispositif TSL" à Nogent-sur-Oise (60)
Note ISP

25-08-09
Un "dispositif TSL" à Nogent-sur-Oise (60) : une école "pôle-ressources" ? (groupe scolaire des Coteaux)
Dans la même perspective, j'ai relevé avec intérêt, dans la dernière parution de "Parole, Paroles...", le journal d'Avenir-Dysphasie, (n° 40, été 2009, page 16), l'annonce de l'ouverture d'un "dispositif scolaire TSL" à Nogent-sur-Oise à la rentrée de septembre :
Il est prévu d'accueillir (dans le groupe scolaire des Coteaux) des enfants ayant un trouble spécifique du langage, reconnu par la MDPH de l'Oise. Ces enfants seront intégrés dans des classes ordinaires, mais seront suivis également une partie de la semaine par une enseignante spécialisée et par une équipe de soin, notamment par un orthophoniste du centre Rabelais (sessad Langage et Intégration)... 5 à 6 jeunes seront pris en charge cette première année d'ouverture". (Odile Fourneau, Présidente AAD Picardie).
Ces réalisations peuvent donner des idées aux départements qui n'ont pas encore de clis ou de dispositifs spécifiques.

Françoise
Institutrice


31-08-09
Je suis tout à fait d'accord avec vous ; ayant rencontré des élèves dysphasiques en classe ordinaire puis en clis, j'ai pu remarquer leur évolution. Les élèves de la Clis dysphasie sont très bien intégrés dans l'école. Grâce à la structure et au fait d'être plusieurs dans le même cas ils se sentent soutenus et en confiance. Je me souviens d'un élève suivi par moi dans le cadre du RASED dans son école de référence : il était renfermé et ne travaillait pas malgré les efforts sincères de l'enseignante attentive. Il est arrivé dans la clis deux ans plus tard avec un repli sur soi très important. J'ai consacré les premiers mois à sa "reconstruction" puis enfin nous avons pu aborder le scolaire et préparer l'entrée au collège. A présent il est en UPI dysphasie et cela se passe très très bien : ses résultats sont très satisfaisants et il est ...épanoui. Ma collègue d'UPI signale toujours une meilleure adaptation au collège de la part des élèves qui viennent de la clis : ils ont des outils d'aide , ils savent les utiliser et ils sont autonomes.
Avec l'expérience de quelques années en clis dysphasie je souhaiterais simplement un aménagement de ces clis spécifiques avec un enseignant spécialisé dans l'école. Ce serait plus un dispositif qu'une classe. Les élèves seraient inscrits dans leur classe de niveau ou d'âge mais avec le français et les mathématiques en clis. L'enseignant de la clis les accompagnerait dans les classes pour les aider. En fait une clis dysphasie devrait déjà fonctionner comme les UPI dysphasie au collège. Un enseignant itinérant avec le sessad qui ne dispense que 1 ou 2 heures d'aide par semaine me semble très insuffisant (cela commence à se développe au détriment de l'ouverture des clis).
Actuellement dans une école, il faut négocier les intégrations car nous rencontrons souvent, enseignants de clis, des collègues réticents à accueillir des élèves "en plus" dans leur classe quand ils sont déjà chargés. (...) Il y a des équipes où c'est assez difficile et une clis "fermée" ne fait pas progresser les élèves.
   
Un autre exemple d'école "pôle-ressources" dans l'Oise (60)
Odile F.
AAD 60


13/03/08
Un autre exemple d'école "pôle-ressources" dans l'Oise (60) à Beauvais, école Georges Dartois
Dans l'Oise , vient d'être mis en place en septembre 2007 par l'ASH un dispositif expérimental "DYS" à Beauvais dans une école primaire publique  (école Georges Dartois) : cinq élèves de 7-9 ans (3 dysphasiques, 1 dyslexique et 1 dyspraxique) restés en classe ordinaire  sont pris  en charge par ce dispositif  (soutien scolaire et rééducations assurés par une équipe de sessad et une enseignante spécialisée). Malheureusement il manque un orthophoniste (impossible à trouver dans notre département). Les enfants ont donc gardé leur orthophoniste libéral.
Classes concernées : cycle 2 en principe. Pour l'instant, on manque de recul, le dispositif est très complexe et difficile à comprendre, il y a beaucpoup d'intervenants (plus de six : psychomotricien, orthophoniste,   ergothérapeute, psychologue, 2 enseignants, intervenants, ...) autour de l'enfant ce qui risque de nuire à l'efficacité de ce dispositif.
Un dispositif analogue doit se mettre en place à Creil et un autre à Compiègne
Cela nous  fait penser à un "super RASED" spécialisé troubles du langage.
Note ISP
En tout cas, ce partenariat école/sessad, qui par certains côtés se rapproche de celui des clis/sessad, est intéressant.
Odile F.
AAD 60

On annonce l'ouverture d'un "dispositif scolaire TSL" analogue à celui de Beauvais à Nogent-sur-Oise, dans le groupe scolaire des Coteaux, à la rentrée de septembre 2009
"Il est prévu d'accueillir des enfants ayant un trouble spécifique du langage reconnu par la MDPH de l'Oise. Ces enfants seront intégrés dans des classes ordinaires, mais seront suivis également une partie de la semaine par une enseignante spécialisée et par une équipe de soin, notamment par un orthophoniste du centre Rabelais (sessad Langage et Intégration)… 5 à 6 jeunes seront pris en charge cette première année d'ouverture". (Odile Fourneau, Présidente AAD Picardie).
Note ISP

26/08/09
J'ai souvent défendu les clis spécifiques TSL, car je crois opportun de regrouper des enfants qui ont des besoins éducatifs voisins, ce qui favorise la mise  en place auprès d'eux de moyens adaptés (enseignant spécialisé, partenariat avec sessad, etc.). Mais ces nouvelles formes de regroupements, plus légères et moins marquées qu'une clis et sans doute mieux incluses ou mieux fondues dans le paysage scolaire ordinaire, sont d'un grand intérêt et constituent certainement une voie d'avenir.
Ces réalisations peuvent donner des idées aux départements qui n'ont pas encore de clis ou de dispositifs spécifiques.
  Et un second exemple dans l'Oise : ouverture d'une clis tsl à mi-temps
Cet exemple vient du Val d'Oise (95). Le Val d'Oise vient d'ouvrir une seconde clis TSL pour enfants dysphasiques. La première clis, qui avait été ouverte en 95, recevra des enfants de 6 à 9 ans, mais la seconde, pour les 9-12 ans, ne fonctionnera qu'à mi-temps, les enfants y seront scolarisés le matin et ils retourneront dans une classe ordinaire l'après-midi, tandis que l'enseignante spécialisée se transformera en itinérante TSL (Ecoles Les Longues Rayes, d'Eragny, et Le Hazay, de Cergy)..
Note ISP
Ces réalisations peuvent donner des idées. On voit comment on peut s'appuyer au départ sur une prise en charge plus spécialisée et permettant des rééducations plus soutenues, pour tendre progressivement vers une intégration croissante.
 
Un dispositif de prise en charge précoce et intensive facilitateur de l'inclusion scolaire à Flavigny sur Moselle en Meurthe et Moselle (54) (CMPRE)
Sigrun F.

14-01-11
Victor est allé, pendant 3 ans, au centre de réadaptation fonctionnelle (CMPRE) pour enfants de Flavigny sur Moselle (à côté de Nancy). Il y existe, depuis une quinzaine d'années, une unité d'enseignement où sont accueilli entre 12 et 15 enfants dysphasiques. Ils sont pris en charge à la journée et sont suivis, à côté de leur scolarité, par des orthophonistes (environ 1 séance par jour), ergothérapeutes (plusieurs fois par semaine, selon les besoins), psychologues (selon les besoins), psychomotriciens (selon les besoins, en général 1 séance par semaine). L'enseignement scolaire se fait par très petits groupes, ce qui fait que les enfants bénéficient d'un accompagnement individualisé idéal. Ils aiment bien prendre les enfants à partir de 5-6-7 ans, pour une durée de 3 années maximum. Pour mon fils Victor, c'était une réussite totale. Il a été "mis sur de bons rails" pour suivre une scolarité normale. Par ailleurs, le fait de se retrouver avec d'autres enfants dysphasiques l'a aidé pour accepter son handicap et la nécessité d'aller voir des orthophinstes régulièrement. Et puis, ayant été un peu protégé du regard et des remarques des autres pendant un temps donné, cela lui a redonné confiance en lui. Il est aujourd'hui très sociable et apprécié des camarades d'école, ce qui n'était pas évident lorsqu'il était en grande section de maternelle. Il retourne là bas pour un suivi orthophonique tous les ans. 
Pour mon fils Victor, c'était une réussite totale. Il a été "mis sur de bons rails" pour suivre une scolarité normale. Par ailleurs, le fait de se retrouver avec d'autres enfants dysphasiques l'a aidé pour accepter son handicap et la nécessité d'aller voir des orthophinstes régulièrement. Et puis, ayant été un peu protégé du regard et des remarques des autres pendant un temps donné, cela lui a redonné confiance en lui. Il est aujourd'hui très sociable et apprécié des camarades d'école, ce qui n'était pas évident lorsqu'il était en grande section de maternelle. Il retourne là bas pour un suivi orthophonique tous les ans. 
 
Mise à jour : 07/11/13

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE