INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE
et sigles

Trois entrées
dans le site

• par le plan du site
• par l'index alphabétique

• et par ECOLE et HANDICAP


 

Une question ?
Une observation ?
nous écrire

nous téléphoner
05 46 34 38 41

 

 


 
LES AUXILIAIRES DE VIE SCOLAIRE
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page812.htm



La concertation "Ensemble pour une École Inclusive"

2. Le métier d'accompagnant

 

 

 

La concertation "Ensemble pour l'école inclusive" comprend une Présentation générale et trois axes thématiques :
Présentation générale
1.
Attendus des familles et des associations pour une scolarisation de qualité des élèves en situation de handicap
2.
Le métier d'enseignant

3. Les Pôles Inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL)

 
 
En conclusion de sa longue déclaration du 18 juillet 2018, sur le projet "Ensemble pour une école inclusive", le Ministre annonçait quelques "grands axes de progrès" et parmi ceux-ci une concertation pour un métier d'accompagnant attractif avec des perspectives d'avenir
  http://www.education.gouv.fr/cid132935/ensemble-pour-l-ecole-inclusive.html
  Voir la plaquette : "Ensemble pour l'école inclusive"
http://cache.media.education.gouv.fr/file/07_-_Juillet/80/0/DP_Ensemble_pour_l_ecole_inclusive_complet_984800.pdf
Le Ministère lançait les concertations annoncées le 22 octobre 2018
 
Voir dans ce site Ensemble pour l'école inclusive. Présentation générale
1. Attendus des familles et des associations
2. Le métier d'accompagnant (ci-dessous)
3. Le PIAL
 
  Premières concertations sur : 2. le métier d'accompagnant
   
Un diagnostic et des propositions du Ministère
  La plaquette : "Ensemble pour l'école inclusive" propose un diagnostic des difficultés et ajoute quelques propositions
Diagnostic

Accompagnant d’élèves en situation de handicap : un métier peu attractif
- Faibles revenus en raison d’emplois à temps partiels ;
- CDD successifs (6 à 8 ans) avant d’obtenir un CDI ;
- Emplois aidés non pérennisés de manière systématique ;
- Manque de formation initiale avant la prise de poste insécurisant dans l’exercice du métier ;
- Peu de prise en compte de l’ancienneté, de la qualification, du temps de travail informel.

Propositions
Un dispositif d’accompagnement organisé en pôle au niveau des établissements scolaires La gestion du dispositif en pôle inclusif d’accompagnement intégrant les accompagnants et les appuis médico-sociaux en proximité des établissements scolaires offrira :
- Aux élèves en situation de handicap et à leur famille, des interventions ajustées à l’intensité des besoins, une mise en synergie de tous les moyens concourant à une scolarisation de qualité et une diminution des délais d’affectation des accompagnants ;
- Aux accompagnants, des conditions d’exercice structurantes (reconnaissance professionnelle, encadrement et formation de proximité, accès au temps plein favorisé dans le second degré). Un accès au périscolaire (ou extra-scolaire) rendu systématiquement possible L’accès à ces activités notamment dans le cadre du Plan mercredi doit permettre :
- Aux parents d’enfants en situation de handicap de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle ;
- Aux accompagnants de compléter leur temps de travail dans la limite de leur référentiel d’activité.
 
Le document de lancement de la concertation ajoute : cet axe vise à améliorer les conditions d'exercices des accompagnants et à leur permettre d'intervenir comme accompagnants sur les activités éducatives péri et extra scolaires des élèves (Plan mercredi) ; création d’un groupe expert pour étudier la faisabilité de l’accompagnement sur les temps péri et extrascolaires.
 
Première réunion de concertation - 19 décembre 2018 - organisée par le Ministère
  Qui est invité ?
D'après les documents lus sur Facebook, il semble, et c'est assez remarquable, et même un peu étonnant, que le Ministère a invité à cette première réunion presque exclusivement les groupes Facebook, qui lui paraissent sans doute être aujourd'hui les meilleurs représentants des AESH et des AVS ! Jadis, sans doute, on aurait invité les syndicats !
Mais comment dire en effet qui peut être considéré comme les "représentant" des AESH ???
Le Collectif AESH-AVS en action, qui figure parmi les invités, avait informé ses adhérents de cette invitation, en précisant qu'il avait bien "'intention de défendre les revendications des AESH, à savoir la création d’un vrai métier statutaire au sein de l’Education Nationale". D'autres groupes, par contre, sont restés beaucoup plus discrets.
  Compte-rendu de la réunion de concertation du 19 décembre 2018 au Ministère de l'Education nationale
  Nous publions ce compte-rendu à partir des CR publiés par le collectif AESH en action et par "Dessine-moi un enfant

Finalement nous n’étions que 11 participants. 8 têtes de liste de collectifs d’AESH et 4 AESH « francs tireurs ».
Les Collectifs présents : AESH Ile de France, AESH-AVS en action, AESH Loi 2005, AESH tous ensemble, AESH France, AESH/AVS/enseignants/parents en action, Coordination nationale des collectifs.
Nous avons été choisis arbitrairement pour notre implication (contributions par écrit, témoignage pour ma part), nous avions tous demandé à participer à cette concertation.

Nous étions reçus par Monsieur Patrice Fondin, conseiller éducation, formation et enseignement supérieur auprès du secrétariat d’état de Sophie Cluzel, et Isabelle Bryon, déléguée ministérielle à l’inclusion scolaire.

Il convient de préciser que ce « focus groupe » est le premier de trois échanges prévus dans cette concertation.

Ordre du jour

Notre ordre du jour était :
Premier temps : l'installation du groupe ;
Second temps : les conditions d’exercice du métier d'AESH autour de 3 axes :
1. Le métier, la formation et sa reconnaissance comme appartenant à la communauté éducatives
2. Les conditions matérielles de l’exercice de votre métier.
3. Les trajectoires professionnelles
Troisième temps : la question des compléments d’activités sur les temps péri et extra-scolaires.
Nous n’avons pu traiter ce troisième point faute de temps, mais il semble acquis que le péri et l’extrascolaire n’est pas une chose que nous envisageons, nous voulons que le métier d’AESH se suffise à lui même.
Déroulement

Nous avons évoqué d’une même voix la souffrance engendrée par notre précarité, qui rejaillit sur les enfants fragiles qui nous sont confiés, leurs parents, les enseignants, et notre image-même, souvent déplorable. Nous avons répété qu’une solide formation doit précéder la prise de fonction, qu'il est intolérable qu’une personne démunie soit ainsi bombardée auprès d’un enfant fragile. Que les enseignants subissent également cet état de fait. L’image de l’AESH sera mauvaise aussi longtemps que ce métier n’en sera pas un.

Premier constat : il y aura de plus en plus d’enfants en situation de handicap à accompagner, les besoins en personnel AESH sont désormais un besoin permanent. Pour autant il ne faut pas non plus que la seule réponse soit de faire de l’accompagnement (...), il y a d’autres options, parfois complémentaires, à mettre en place pour faire une réelle inclusion. Parmi elles l’inclusion dans les établissements scolaires des unités médico-sociale et de rééducation, les UE
Nous avons listé plus ou moins les différents problèmes que nous rencontrons sur le terrain, difficultés de communication, difficultés d’intégration dans l’équipe, non respect de nos statuts, non connaissance de nos statuts par nous mêmes, difficultés matérielles etc. etc.… vous savez déjà tous ça, c’est noter quotidien à toutes et tous, nous l’avons exposé au Ministère.
Nous avons ensuite parlé de l’expérimentation des PIAL, qui ne sont pour l’instant que des tests faits ça et là, malgré la communication affirmant qu’ils sont déjà en place
Pour résumer, cette réunion n’était finalement qu’une intro pour les deux prochaines. Affaire à suivre.
  Rédigé à partir des CR de Sébastien, pour le collectif AESH en action, et de Sabine, pour "Dessine moi un enfant pas comme les autres".
  Voir aussi le compte-rendu du CCAF - Coordination de Collectifs AESH de France - plus critique !


 
 
  Les annonces du Ministre à l'Assemblée Nationale - Communiqué de presse du 1er février 2015
 
 
 
 
Débats autour de l'intervention des AESH sur les temps périscolaires
  Un article d'Ecole et handicap : le métier d'AESH est-il menacé ?
Cet article, publié le 15/01/2018 sur le site Ecole et handicap, insiste sur la relation étroite entre temps scolaires et temps périscolaires. Il est souhaitable et normal que les AESH accompagnent les enfants sur les temps scolaires et sur les temps périscolaires. Mais il faut veiller à maintenir l'unité du métier d'AESH.
L'article a entraîné des débats sur facebook.
Des débats sur facebook : contribution à la réflexion sur le métier d'AESH
Maintenir la spécificité du métier d'AESH, quelle que soit l'activité accompagnée.
Pati Ball

16-01-18
Si j'ai décidé d'être dans l'accompagnement scolaire et non péri scolaire c'est parce que hors de l'école on ne fait pas du tout le même travail. Il faut arrêter de vouloir nous mettre partout car après ça dévalorise notre vrai travail. À Toulouse il y a bien des AVL (Auxiliaire de Vie de Loisirs) donc chacun son métier et ses compétences.
Réponse ISP

17-01-18
Quand vous accompagnez un enfant à l'école, vous ne devenez pas enseignante, vous restez accompagnante. Quand vous accompagnez un enfant dans une activité de loisir (par exemple dans le cadre du Plan mercredi) vous ne devenez pas animatrice de loisir ou AVL, vous restez accompagnante.
Je ne comprends pas bien votre raisonnement !
En outre, quand vous avez choisi de devenir AESH, vous deviez savoir que les missions de l'AESH comprenaient l'accompagnement sur les temps scolaires et sur les temps périscolaires.
Certains enfants doivent être accompagnés sur les temps périscolaires
Valérie C.

16-01-18
Pourquoi des élève en situation de handicap auraient-ils besoin d'AESH sur des temps périscolaires ? (hors handicap moteur). Quelles seraient leurs missions ?
En classe, on travaille en fonction de ce que propose le prof , mais en péri ???
Jean-Marc Roosz
16-01-18
Que faites-vous des élèves qui ont des troubles du neuro-développement, les élèves avec autisme, par exemple, sur le temps péri-scolaire ?
Anne S.

16-01-18
C'est de l'accompagnement pour les habiletés sociales comment se faire des copains, prévenir les situations à risque de violences à cause des troubles sensoriels pour les enfants TSA par exemple
Réponse ISP

17-01-18
Et pour le handicap moteur, vous avez tout à fait raison. Allez par exemple sur le site de l'APEEIMC (Association Parentale d'Entraide aux Enfants atteints d'une Infirmité Motrice Cérébrale) et vous comprendrez
http://www.apeeimc.com
Valérie C.

16-01-18
Jean-Marc Roosz je pose justement la question pour avoir des témoignages car je n'ai jamais été dans ce cas .
Et surtout pour définir les missions et donc la valorisation de notre métier.
On est bien d'accord : on a une responsabilité plus importante que celle de travailler sous la direction de l'instit...
Txiki P.

16-01-18
Mon fils, autiste, n'a pas pu participer aux TAP car, sans son AESH pour canaliser les crises d'angoisse ou des comportements que des intervenants non formés ne savaient ni ne pouvaient comprendre ni gérer, ces activités se sont révélées bien trop difficiles à mener pour lui. Idem pour la cantine. Pourtant sa scolarité se passe plutôt bien et il est performant.. Les AESH, en fonction des profils des enfants et des handicaps, ne sont pas là que pour apporter une aide dans le travail purement scolaire.
Réponse ISP

17-01-18
Aviez-vous demandé que l'AESH intervienne sur ces temps périscolaires ?

Célia D.



16-01-18

Tout à fait d'accord.
Ici par exemple mon bonhomme part en sortie scolaire demain la journée, seul sans son aesh, il est en angoisse totale car déjà il sort du cadre scolaire, on ressent son angoisse, via son comportement à la maison. S'il était accompagné se serai bien moins angoissant et il pourrait davantage profiter du moment.
J'ai une amie qui doit être présente pour gérer son enfant lors des sorties scolaire car pas du tout autonome. Là ils partent 4 jours au ski, sinon cet enfant représente un poids et il n'est pas autorisé à participer à ces sorties...
C'est honteux !
Réponse ISP

17-01-18
Il est possible que les AESH accompagnent les enfants durant les sorties scolaires.
Valérie C.

16-01-18
Je n 'ai pas de TAP dans l'école de mes enfants donc je ne sais pas trop comment ça se passe.
Réponse ISP

16-01-18
Le premier accompagnement périscolaire, c'est l'accompagnement à la cantine ou à la garderie.
 
Mise à jour :23/12/2018

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE