INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE
et sigles

Trois entrées
dans le site

• par le plan du site
• par l'index alphabétique

• et par ECOLE et HANDICAP


 

Une question ?
Une observation ?
nous écrire

nous téléphoner
05 46 34 38 41

 

 


 
L'INCLUSION INDIVIDUELLE
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page810.htm


La concertation "Ensemble pour une École Inclusive"

3. Les PIAL - Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés

 

 

La concertation "Ensemble pour l'école inclusive" comprend une Présentation générale et trois axes thématiques :
Présentation générale
1.
Attendus des familles et des associations pour une scolarisation de qualité des élèves en situation de handicap
2.
Le métier d'enseignant

3. Les Pôles Inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL)

 
Présentation générale
Les PIAL (Pôles Inclusifs d'Accompagnement Localisés) ont donc fait leur apparition dans la déclaration ministérielle "Ensemble pour l'école inclusive" du 18 juillet 2018.
  http://www.education.gouv.fr/cid132935/ensemble-pour-l-ecole-inclusive.html
C'est en conclusion de la longue déclaration du 18 juillet 2018 que le Ministre annonçait quelques "grands axes de progrès" et parmi ceux-ci la création d'"un dispositif d’accompagnement organisé en pôle au niveau des établissements scolaires." Ce dispositif aurait pour but d'unifier ("de mettre en synergie") les moyens concourants à la scolarisation (interventions médico-sociales, AESH, actions des enseignants...) et notamment d'améliorer les conditions de travail des accompagnants.
Le Ministère souhaite en effet "rénover le dispositif d’accompagnement des élèves en situation de handicap à partir de la rentrée 2019."
Après avoir expérimenté ces pôles inclusifs sur deux territoires (Alpes-Maritimes et Vaucluse), le but de la concertation sera de partager l’intérêt de cette organisation dans la perspective d’une extension progressive.
  Dans la plaquette : "Ensemble pour l'école inclusive"
voir : "Expérimentation de pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) dans chaque académie"
http://cache.media.education.gouv.fr/file/07_-_Juillet/80/0/DP_Ensemble_pour_l_ecole_inclusive_complet_984800.pdf
 

Pour une expérimentation de pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) dans chaque académie

  La déclaration du Ministre "Ensemble pour l'école inclusive"

"Ensemble pour l'école inclusive"

Des pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) seront expérimentés dans chaque académie à partir de la rentrée 2018.
L’objectif de l’expérimentation est d’améliorer l’accompagnement des élèves en situation de handicap dans un projet collectif où s’élaborent et s’articulent :
  • Évaluation des besoins éducatifs particuliers ; 
  • Diversité de l’offre de formation ; 
  • Différenciation pédagogique ; 
  • Organisation de l’aide humaine ; 
  • Projet d'établissement. 
L’organisation des moyens d’accompagnement au niveau des établissements ou des circonscriptions apparaît comme une modalité d’action intéressante qui engage toute la communauté éducative au service du processus inclusif.
Dans le cadre de cette expérimentation, le focus de la compensation est déplacé vers celui de l’organisation pédagogique : 
  • Coordination des moyens d’accompagnement en pôle, dans une organisation plus globale des aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques ;
  • Mobilisation de tous les enseignants pour identifier les besoins des élèves et mettre en œuvre les réponses adéquates au niveau de la classe, mais aussi de l’établissement (personnes ressources expertes, dispositifs spéciaux, groupes d’aides, unités d’inclusion, environnement humain, environnement technique, etc.).

Mise en œuvre de l’expérimentation

Cette expérimentation s’inscrit dans une démarche plus générale d'auto-évaluation et d'amélioration continue de la qualité, au niveau de l’établissement scolaire, du premier et du second degré. À cet effet, un outil d’auto-évaluation -  Qualinclus - est mis à disposition des établissements engagés. 
Dans chaque académie, une dizaine d’établissements (écoles, collèges, LGT, LP) pourront participer à l’expérimentation. Les établissements avec ULIS ou UE seront privilégiés, ainsi que ceux déjà engagés dans la démarche Qualéduc.
Une personne ressource itinérante pourra être sollicitée par les équipes pour la mise en place et le suivi de l’expérimentation, le conseiller technique ASH et le référent Qualéduc seront également mobilisés à cet effet.
  Qu'est-ce que Qualéduc ?
Qualéduc est un outil mis à disposition des établissements et des corps d'inspection pour développer une démarche d'assurance qualité fondée sur l'amélioration continue.

Dans le cadre d'un pilotage partagé entre personnels de direction et inspecteurs, Qualéduc se révèle un outil efficient au profit d'une démarche participative et collaborative de l'ensemble des équipes, éducative, enseignante et d'encadrement.

  Qu'est-ce que Qualinclus ?
  Dans ce but, Qualinclus est un outil d’auto-évaluation mis à disposition des établissements engagés pour une éducation inclusive de qualité. Il n’est ni un dispositif supplémentaire, ni un nouveau label à obtenir, mais une aide pour partager un diagnostic, formaliser des objectifs, expliciter la manière de les atteindre et mesurer leur progression.
  Le PIAL : combien d'élèves ?
Dans sa présentation des PIAL, la FNASEPH apporte la précision suivante :
Le pôle est pensé dans une logique d’organisation pour faire face plus efficacement au nombre de demandes en augmentation. Dans les premières projections, il pourrait y avoir à terme un PIAL pour un établissement ou territoire à partir de 250 élèves.
https://www.fnaseph.fr/lettres-d-information#lettre-n-13
 
Et ensuite ?
Il semble que le PIAL soit appelé à fonctionner à deux degrés. Le PIAL doit premièrement permettre, au niveau d'un établissement scolaire ou d'une école, une meilleure cohérence et une meilleure organisation des aides apportées à l'élève en situation de handicap. Il vise, dit le texte, "une organisation plus globale des aides humaines, pédagogiques, éducatives et thérapeutiques". Et secondement il a pour but, au niveau du département, de favoriser et d'unifier le fonctionnement des PIAL par la nomination d'une "personne ressource" itinérante, qui pourra être sollicitée par les équipes pour la mise en place et le suivi de l’expérimentation.
  Quels sont les problèmes et les dysfonctionnements ?
Le document du Ministère ne précise malheureusement quels sont les problèmes qui ont conduit à la création des PIAL. Il semble que fondamentalement il s'agit de la cohérence des accompagnements et de la collaboration entre les intervenants.
Donnons à titre d'exemple les difficultés dans le rapport AESH/enseignants que nous signale un correspondant dans un commentaire qu'il apporte à notre article "la formation des maîtres pour une école inclusive : miser sur le partenariat"
DIDI



05-12-18

Exemple : des difficultés dans les rapports AESH / enseignants

La formation apportée aux AESH est dans certains domaines plus pointue et technique (ABA, PECS…) que celle que les enseignants reçoivent.
Les accompagnateurs à la scolarité sont alors bien souvent ensuite dans une position délicate vis à vis des enseignants avec lesquels ils travaillent. Ils détiennent un savoir et une pratique que les enseignants ne maîtrisent pas. Ce qui mets les AESH dans une position peu confortable puisqu’ils disposent d’une marge de manoeuvre et de prise d’initiative très faible. Certains enseignants tiennent à rester « LE MAITRE » dans leur classe et ne sont pas prêts à recevoir conseils et remarques.
Les AESH peuvent constater des manques d’ajustements et d’adaptation et ne vont pas toujours pouvoir apporter une aide efficace à l’élève.
  Le fonctionnement du coordonnateur
Tout est loin d'être clair !
T.S. (19)

05-12-18
Mon PIAL c est mon école. Mais le coordonnateur du PIAL académique ne pourra pas être sur les 3 départements de l'académie.
Du coup chaque PIAL ( chez nous 2 écoles et 1 collège) devra avoir son coordonnateur qui se coordonnera avec le coordonnateur académique ....avec appui de l Ulis qui n a rien à voir dans la gestion des AVS. Qu'est ce qui est innovant ici? Quel est le pas pour une meilleure inclusion ? Mon école ( avec mon Ulis + unité externalisée de l' IME) sera un PIAL mais au final on est toujours les mêmes dans l école et qui va coordonner notre PIAL ?
Nous sommes un PIAL expérimental mais personne ne nous a rien expliqué encore officiellement.


   
Premières concertations dans le cadre du PIAL
On commence à en parler dans certains établissements
Sophie P. (61)

17-12-18
Toutes les AESH de l établissent ou je suis sont convoqués pour assister à ce PIAL . A voir ce qu'ils vont nous dire .....

Sabrina A

18-12-18

En ce temps là (celui des CCPE et des CCSD) l’éducation nationale avait les pleins pouvoirs y compris pour les orientations en ulis. Et, j’ai bien peur que le PIAL ne soit que le début d’un retour à ces anciennes pratiques.
Cathy W

19-12-18

Moi de ce que je sais c est sur il y aura un nombre d AESH attribué a une école en fonction de ses besoins .les AESH ne seront plus affectées a l enfant mais a l école .ensuite nous seront répartis dans l' école suivants les besoins des enseignants qui ont des enfants en situations de handicap .
Nous ne aurons pas les mêmes enfants chaque semaine voir chaque jour
Commentaires
Un article d'Ecole et handicap :
Les PIAL arrivent ! – Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés
 
N.



17-12-18
Commentaire d'un AESH
Mon enseignante référente n'a pas plus d'infos que nous. Elle pense qu'en tout cas ça ne peut qu'améliorer notre gestion locale, car le service académique en charge des AESH n'a jamais été à la hauteur de ses missions. et c'est même de pire en pire au fil des ans.
Concernant la gestion par PIAL, elle se doute que ça va rajouter une charge de travail aux chefs d'établissement, en particulier en primaire.
Elle croit savoir que la volonté marquée serait de détacher les AVS et les AESH des MDPH, au point de les rendre inutiles (pour l'attribution des AVS et des AESH). Il reviendrait aux chefs d'établissement de répartir les AESH en fonction du nombre d'AESH disponibles et du nombre d'élèves à accompagner.
Jean-Marc
Roosz

17-12-18

Ce projet, c'est la généralisation des AVS partagées (plus juste que "mutualisées"), sauf notification très exceptionnelle de la MDPH, et qui plus est AVS partagés et temps d'affectation décidé par le directeur, lequel devra lui-même négocier âprement avec l'académie pour tenter d'obtenir une dotation "suffisante" de temps global d'AVS.
Connaissant le peu d'adéquation des dotations en ressources humaines à l'EN avec les besoins du terrain, on peut être plus que dubitatif sur ce projet typiquement "Énarquien" !
 
Mise à jour :20/02/2019

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE