INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT

 
Autres handicaps - dyspraxie
documents
Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page186.htm

 

Une page sur la dyspraxie

et notes sur la pédagogie, l'ergothérapie, la graphotherapie...

 
Cette page ne traite pas systématiquement de la scolarisation des enfants dyspraxiques comme telle. Elle s'est construit au fur et à mesure des rencontres et des questions.
 
Les associations de parents d'enfants dyspraxiques
  DMF (Dyspraxiques Mais Fantastiques)
Toute personne qui a un questionnement à propos de la dyspraxie doit connaître le site de l'association DMF (Dyspraxiques Mais Fantastiques) :
 
http://www.dyspraxie.info
Des parents qui proposent de mutualiser leurs expériences, leurs compétences et leurs énergies, afin de créer un véritable réseau d'entraide pour que la dyspraxie soit reconnue comme un handicap à part entière et pour que les enfants soient diagnostiqués de façon précoce et pris en charge de façon adaptée. De nombreux conseils pour les parents et les enseignants.
  ou le site de l'association plus récente
DFD (Dyspraxie France Dys)
  http://www.dyspraxies.fr
Association française oeuvrant en faveur des personnes dyspraxiques avec ou sans troubles associés
Lieux d'échanges et autres sites autour de la dyspraxie
  Une liste d'échanges entre parents et professionnels
  Il existe une liste d'échanges (appelée aussi liste de diffusion) entre parents et professionnels, la liste "dyspraxie". L'adhésion est gratuite.
Liste de diffusion : Dyspraxie - Entraide de parents d'enfants dyspraxiques.
Pour s'inscrire, envoyer un message à : dyspraxie-subscribe@yahoogroupes.fr
   
 

Le site de l'association départementale DMF77
http://dyspraxie77.info/


77
L’association départementale Dyspraxique Mais Fantastique de Seine et Marne a pour vocation de regrouper et de venir en aide aux dyspraxiques (personnes souffrant d’anomalies de la planification et de l’automatisation des gestes volontaires), à leur entourage. Elle a pour objectif de faciliter le dialogue avec les professionnels de santé (neuropédiatres, ergothérapeutes, orthoptistes, psychomotriciens, orthophonistes) et les enseignants sur ce département.
  Un groupe facebook, ouvert par une maman
Estelle R.

21-03-14

Je suis maman d'Alan, 12 ans, dyspraxique (...), je suis aussi prof d'EPS. J'ai créé il y a peu de temps un groupe facebook qui consiste à rassembler les parents et les professeurs d'enfants atteints de troubles de l'apprentissage. L'objectif étant que nous, souvent experts dans les troubles de nos enfants puissions conseiller les professeurs dans l'enseignement des enfants à besoins spécifiques. Estelle.

https://www.facebook.com/groups/438997862897403/
Note ISP


21-03-14
Une question
Avec les facilités d'internet, on voit se multiplier les lieux d'échanges et de réflexion, avec des intentions diverses : lien entre les adhérents d'une association, échanges d'informations, entraide face aux difficultés rencontrées, plaisir de raconter sa propre histoire... On peut, par certains côtés, se réjouir de cette vitalité.
Mais ma question serait : et après ? comment mobiliser toutes ces énergies sur des objectifs communs, ou en vue d’une action commune, ou tout au moins groupée ?
Ce qui m’inquiète, c'est le risque d'une dispersion. Je constate qu'avec tous ces échanges, et notamment avec facebook, les gens trouvent un lien social, qu’ils se sentent moins isolés, et cela est positif bien sûr ; mais du même coup, sans doute, ils voient moins l’intérêt d’adhérer à une association. C’est une question à laquelle les associations devraient réfléchir, ainsi que ceux qui lancent ces lieux d'échanges et qui prennent ainsi une réelle responsabilité. Pierre B.
Sandrine M.

21-03-14
Je suis d'accord avec vous... Personnellement ce qui commence à me géner c'est l'effritement des associations : on part d'une association nationale pour recréer un petit truc sans visibilité ni cohérence ni lien avec le reste du tissu associatif, que d'énergies perdues !
 
Terminologie
  Au Canada, la dyspraxie est inclue dans le Developmental Coordination Disorder (trouble de la coordination motrice d'origine développementale). (= TAC : Troubles de l'Acquisition de la Coordination).
Le diagnostic de dyspraxie/dysgraphie établi en France correspond aux troubles de l'acquisition de la coordination.

  Qu’est-ce que le trouble de l’acquisition de la coordination ?
 
Le trouble de l’acquisition de la coordination (DCD) se manifeste lors d’un retard dans le développement des habiletés motrices ou d’un trouble de coordination des mouvements se traduisant par une incapacité pour l’enfant de réaliser les tâches de la vie quotidienne.

 

Repérage et diagnostic
    Voir la page ; le diagnostic des troubles dys
 

A propos du repérage des troubles dyspraxiques

 
Dans l'éducation nationale "les troubles praxiques ne sont pas répertoriés en tant que tels, ils sont inclus dans les troubles moteurs. Il n'y a pas une vision claire des enfants qui ont des troubles praxiques parmi les élèves qui ont des troubles moteurs, puisqu'il n'y a pas la possibilité d'identifier les élèves avec un étiquetage, car ces remontées sont "anonymisées" " (Sandrine Lair, chef du bureau de la personnalisation des parcours et de la scolarisation des élèves handicapés, DGESCO, dans "Parole, Paroles", n°46, 2012, page17).
 
Pour un diagnostic précoce. Diagnostic et psychanalyse
    voir : diagnostic et psychanalyse
  A propos des diagnostics tardifs  
    voir : diagnostics tardis
 
Quelques documents
Un document Eduscol
Module de formation à distance pour les enseignants des classes ordinaires : scolarisation des élèves porésentant des troubles des apprentissages (TSA)
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Handicap/46/6/TSA_EDUSCOL_225466.pdf
Un livre de Caroline Huron "L'enfant dyspraxique". Voir compte-rendu

Un document du Dr Mazeau : Une présentation simple de la dyspraxie et de ses conséquences à l'école
> http://www.coridys.asso.fr/pages/Aide_enfants/dyspraxie.pdf
Ce document date d'avant la loi de 2005, il parle encore des CCPE et des CDES, mais la dyspraxie n'a pas changé depuis.
12 pages, faciles à imprimer et à donner à un enseignant...

Un document canadien : les enfants présentant un trouble de l'acquisition de la coordination, stratégies pour mieux réussir à la maison, en classe et dans la communauté.
http://dcd.canchild.ca/en/EducationalMaterials/resources/French_DCD_Booklet.pdf
Un document video du Dr Pouhet
http://dyspraxies.tumblr.com/post/57973513/les-dyspraxies-de-lenfant-une-maladresse
Le Dr Pouhet explique la dyspraxie. Dix minutes, un document facile à enregistrer sur son portable et à présenter (par exemple à un enseignant)
D'autres documents de présentation de la dysphasie, sur
http://www.cartablefantastique.fr/Dyspraxie/DesVid%e9os
Le site integrascol a mis à jour en sept.-oct. 2010 ses articles concernant les troubles "dys" (dyslexie, dysphasie, dyspraxie).
http://www.integrascol.fr/

Un site sur les troubles neurovisuels
http://www.troubleneurovisuel.com/

Dyspraxie : la page de Sylvie Castaing
Enseignante spécialisée Formateur IUFM d'Alsace-Université de Strasbourg Chargée de mission et coordonnateur pédagogique ASH 1er degré
Un site très riche, avec de nombreeujses références
http://sylviecastaing.chez.com/dyspraxies.htm

« Histoires inédites du p’tit maladroit »
Un livre de Katim utilisé par des enfants, des thérapeutes et des écoles afin de mieux comprendre et expliquer ce handicap.
http://katym.boutic.over-blog.com/ > LES LIVRES
Agnès (92)

03-07-13
Une note sur la lecture
Pour lire L ECOLE D AGATHE petits livres très sympas, colorés lignes sont espacées, mon fils qui n’aimait pas lire parce que problème visuo spacial depuis cette année, après de nombreuses années d’orthoptiste, il s’est passionné pour cette collection et il arrive à lire tout seul.
   
Adaptation des documents
  Rapport "Exception "Handicap" au droit d'auteur et développement de l'offre de publications accessibles à l'ère numérique"
Un documentr du Ministère de la culture - Rapport 2013-21 - Mai 2013
voir : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000604/0000.pdf
Dans ce rapport, Mme Meyer Lereculeur propose que les personnes dyspraxiques qui sont gênées pour lire en raison de leur trouble bénéficient de l'exception handicap au droit d'auteur. On y trouve entre autres le constat suivant : "Au vu des conséquences de la dyspraxie développementale sur la vie quotidienne en général et la vie scolaire en particulier, on a du mal à comprendre que ce trouble développemental de la coordination soit totalement absente du barème-guide de l'évaluation des incapacités de l'annexe 2-4 du CASF. Cette absence explique que certaines Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) refusent de la reconnaître comme un handicap." Et Mme Lereculeur conclut : "Il en résulte que tous les dyspraxiques souffrant de troubles du regard sont éligibles, ainsi que certains dyslexiques, au protocole européen. On imagine difficilement comment la législation française pourrait demeurer en retrait de ces évolutions."
Voir les propositions d'adaptation des documents scolaires de l'association Clairvoyants : Adaptation de documents
 
A propos de pédagogie
  Le cartable fantastique
http://www.cartablefantastique.fr/

Le site Le cartable Fantastique de Manon est né de la collaboration entre une enseignante de CE1 et une chercheuse en sciences cognitives, Caroline Huron. Il rassemble l'ensemble des documents qu'elles ont élaboré quotidiennement pour Manon, petite fille de 7 ans, dyspraxique, élève de CE1, scolarisée en classe ordinaire. Il se poursuit avec l'enseignante de CE2 de Manon.

A partir des supports proposés à l'ensemble de la classe, des adaptations sont mises en place pour permettre à Manon d'acquérir les mêmes compétences scolaires que ses camarades sans être gênée par ses difficultés visuelles et motrices.
Manon utilise en classe un ordinateur. Elle n'a pas d'auxilliaire de vie scolaire. Toutes les adaptations sont donc conçues pour qu'elle puisse faire les exercices de façon autonome sans aide spécifique.
   
A propos de l'ordinateur en classe
  L'attribution d'un ordinateur par la MDPH
Voir : attribution d'un ordinateur
  Quand faut-il introduire l'ordinateur en classe ?
Un document du Dr Pouhet, très clair
http://ww2.ac-poitiers.fr/ecoles/IMG/pdf/dysgraphie_et_ordinateur.pdf
  Non acceptation de l'ordinateur par l'enseignant
Valérie

20-07-10
En début d'année scolaire, malgré un certificat du centre de référence, l'ordinateur a été refusé (...). En début d'année civile l'ordinateur est toléré sous la condition d'une décharge écrite de ma part pour qu'en cas de vol je ne puisse pas attaquer l'école ce que j'ai fait, l'ordinateur est en classe mais pas utilisé car l'institutrice ne sait pas s'en servir... Or Hugo maitrise l'ordinateur et le but était de le rendre autonome et de soulager l'institutrice.
De plus ses difficulté ne sont pas expliquées à ses camarades. (L'ordinateur) est interprété par eux comme un favoritisme injuste à leurs yeux et donc ils lui ont fait savoir à leur façon, moqueries, violences, etc. Il est revenu très affecté psychologiquement. Après avoir pris avis des différents intervenants qui le suive j'ai pris la décision de passer par les cours par correspondance et la scolarisation à domicile, ce qui permettra de respecter son rythme et de favoriser son autonomie car écrire à sa place n'est pas un service à lui rendre, au contraire. Il faut qu'il utilise l'ordinateur pour palier sa dysgraphie sévère mais il faut qu'il fasse par lui même.
Hugo a eu la chance d'avoir en petite et grande section ainsi qu'en CP des institutrices formidables qui l'ont bien intégré malheureusement ça dépent de la bonne volonté de l'enseignant et comme dans chaque métier tout le monde n'est pas ausssi professionnel et passionné que certains.
Note ISP

03-08-10
L’usage de l’ordinateur en classe peut poser des problèmes quand l’instituteur n’est pas très branché sur la question. C'est pourquoi la plupart des Inspections ASH ont parmi les conseillers pédagogiques un instituteur spécialisé, dont la mission est précisément d’aider les enseignants et les enfants pour l’utilisation de l’ordinateur dans la classe. Normalement, c’est l’instituteur ou le directeur de l’école qui doit faire appel à ce conseiller pédagogique, mais les parents peuvent aussi le solliciter directement. Ses coordonnées sont le plus souvent sur le site de l’IEN-ASH (on en trouve un certain nombre à la page « adresses > départements) de ce site.
Il faut parfois chercher dans la rubrique TICE (techniques de l’information et de la communication), parfois dans « matériel technique », etc.
Et dans la situation que vous décrivez, il est important d'expliquer aux camarades. Ce peut être le rôle du médecin scolaire ou d'un sessad.
Valérie
13-08-10
L'ergothérapeute suivant mon fils intervenait chaque jeudi matin pour la séance hebdomadaire et avait indiqué à l'institutrice qu'elle serait ravie de l'aider si besoin... Il s'agissait bel et bien de mauvaise volonté et non pas de manque d'aide pour l'institutrice...
Claire
Le contact avec les professeurs se déroulent bien mieux qu'en primaire. Nous avons une réunion chaque début d'année, avec les enseignants qui n'ont encore jamais eu A. (12 ans), puis nous rencontrons les enseignants matières par matières pour voir comment adapter le travail.
A l'entrée en 6ème, l'arrivée de l'ordi leur a fait peur (ils pensaient que l'ordi serait une distraction pour la classe) mais dès le mois de décembre ils étaient convaincus du bien fondé de l'ordi. Pour l'entrée en 5ème, l'ordi n'a soulevé aucun problème (certains prof donnent même leurs cours à Arthur sur clef usb
Si je peux vous donner un petit conseil, pensez à contacter le CPE pour expliquer ce qu'est la dyspraxie et ses conséquences.
Roger K.



16-08-12
Pour L. en 5eme l'an dernier l'ordinateur a été introduit au mois de mai après un an et demi d'apprentissage à la maison avec l'ergo.
Rv a été pris avec la conseillère d'éducation. L'ergo et moi sommes allées à l'interclasse, la CPE a changé deux enfants de place, l. a été installé près d'une prise sur une table seule. Les enfants dans la classe étaient curieux et gentils "c'est fragile un ordinateur, il faudra faire attention si on chahute". Puis la prof est entrée et nous avons du sortir. J'étais un peu désarçonnée et l'ergo aussi car cela semblait très rapide et peu préparé.
Bilan dès le premier soir les cours étaient pris correctement et rangés dans les dossiers ad hoc, beaucoup de cours et de supports ont été fournis par les profs sur clef USB ou par mail, les contrôles ont tous été faits sur l'ordi. A part quelques petits cafouillages, liés au perfectionnisme de L. essentiellement , cela change la vie !!. L'AVS adaptera ses horaires (3h) l'an prochain pour gérer les documents et les impressions, aucun problème de la part des enfants, évolution très positive des professeurs. Malgré tout le travail d'explication fait en amont pour expliquer la dyspraxie et la bienveillance évidente des profs, le contraste entre les "torchons" rendus auparavant et des contrôles bien présentés et clairs avec l'ordinateur a été sidérant pour eux.
Je pense que tout le travail préparatoire avec l'ergo a été très payant car L. a été d'emblée autonome, depuis le début de l'année le travail à la maison était fait sur l'ordi, L. maîtrisait la frappe, le traitement de texte, géogébra, des logiciels de shémas pour la physique/chimie et le classement dans les dossiers.
Donc nous sommes très soulagés et confiants pour la 4ème l'an prochain. ( et la suite ... )
  Questions pratiques : photocopies, imprimante, scanner...
Nathalie
Ergo

14-02-14
En tant qu'ergothérapeute, travaillant dans les établissements scolaires, ce que je vois au sujet des photocopies, c'est que ça ne marche jamais, même quand l'établissement met à disposition une photocopieuse. C'est trop lourd point de vue organisation, pour les élèves. Je n'en ai jamais vu un seul y arriver correctement. Les récréations sont faites pour faire une pause, une vraie. Quand un élève veut faire ses photocop, comme par hasard le copain n'a pas le bon cahier. Ou bien c'est la cohue à la seule photocopieuse... Plein de raisons de ne pas y arriver.
Le mieux est d'acheter un scanner portable type Iriscan book 3. Ca ressemble à une réglette. Elle pèse 200 g et se range dans le sac (prendre aussi un étui en dur pour plus de sécurité). Pour la numérisation, il suffit de glisser l'appareil sur la page. Ca prend quelques secondes/page. Ca marche même pour les écritures manuscrites. La numérisation est stockée dans une carte mémoire. Le soir, on ouvre les documents sur l'ordinateur familial. On imprime si on préfère lire sur feuille papier plutôt qu'à l'écran, ou pour coller par dessus le cours mal noté. Un seul bémol : les cahiers 24 x 32 petits carreaux, qui n'ont pas de marges : il faut demander au copain de ne pas écrire sur toute la largeur, sinon le texte sera rogné.
Nath

14-02-14

Oui je sais mais il faut encore que l enfant puisse avoir des copains dans la classe!! c'est ca le hic aussi!!

Nathalie Le problème, surtout au collège, c'est que les élèves ne veulent pas "s'afficher".
Il y a tout un travail à faire là dessus. Dès le primaire, même.
 
A propos du PPS
  Aménagements pédagogiques : que mettre dans le PPS ?
Caroline

20-03-11
Donc si je comprends bien, tu as une petite puce avec un diagnostic posé de dyspraxie qui a effectivement des troubles de l'écriture et des troubles visuo-spatiaux (les quadrillages) et qui va à l'école sans adaptations. Non seulement ça mais la maîtresse la prend en plus pour lui faire faire des quadrillages. Elle ne l'entraine pas à l'écriture j'espère ! Faut pas s'étonner après ça qu'elle décroche attentionnellement hein: l'épuisement, ça s'appelle.
Effectivement, il y a vraiment urgence mais pas urgence à refaire tout le bilan, urgence à prendre en compte les difficultés présentes de façon adaptée.
Donc 1. REDUCTION DRASTIQUE de la QUANTITE d'écriture.
Tu écoutes soigneusement la vidéo de la conférence de Cergy et tu vas comprendre tout de suite que ta fille ne peut strictement rien apprendre en écrivant. Et oui, elle est consciente qu'elle écrit mal et donc elle repasse et re repasse, frénétiquement comme tu dis.
Mais c'est quand qu'on lui explique qu'effectivement elle a de grosses difficultés avec l'écriture et que ce n'est vraiment pas de sa faute ?
2. STOP pour les cours supplémentaires en quadrillage. Zut alors ! Le quadrillage pour une petite fantastique, ce n'est pas la priorité non de non. C'est pile dans son handicap. On ne fait pas sauter les enfants en chaise roulante au dessus de haies et ben idem pour les petits fantastiques qui ne se repèrent pas dans l'espace: pas de quadrillage ! Je t'assure qu'on peut faire des études supérieures sans faire de quadrillages.
  Un exemple de PPS
  Voir un jeune élève dyspraxique en classe de CE1/CE2
   
A propos de l'ergothérapie
  Voir notre page : ergothérapie
A propos de l'orthoptie
  La possibilité de travailler dans l'école
Code de la Santé publique - R4342-16
La profession d'orthoptiste ne peut s'exercer dans les locaux ou les dépendances des locaux commerciaux.
L'interdiction prévue à l'alinéa précédent ne fait pas obstacle à l'exercice de cette profession dans des locaux dépendant d'un établissement sanitaire, social ou médico-social ou d'éducation, ou dans des locaux aménagés par une entreprise pour les soins donnés à son personnel.
Katia

24-01-11
Ce n'est que l'an dernier, enCM2, (...) qu'une psychologue lui a fait passer un test et a diagnostiqué la DVS en 5 minutes ! pour 195€ tout de même ...
Aujourd'hui, il suit des ateliers de groupe, chaque mardi soir, où il fait des tangrams, des exercices sur ordinateurs, censés développer son raisonnement et l'automatisation de certaines réactions. Bref, je n'en sais pas trop et honnêtement je me demande souvent si c'est réellement utile. Cela ne fait que quelques mois, j'attends donc de voir, mais j'aimerais savoir quels sont les moyens mis en oeuvre pour vos enfants afin de voir des résultats ? et si quelqu'un a déjà suivi ce parcours psy ? si cela a aidé votre enfant ?
Sandrine

24-01-11
B. a eu deux suivis en orthoptie, le premier a consisté à l'entrainer à loucher, à entrainer ses muscles oculaires... il y a eu du mieux... un peu...
La deuxième lui a donné des méthodes de compensation visuelle, et là, ce n'est que du bonheur. On a prévu 20 séances, B. y va en courant... et les progrès sont notables, il gagne en efficacité pour repérer des infos importantes dans une page, il se perd moins dans les documents... elle nous a aidé pour les adaptations des supports, pour la configuration de l'ordinateur, une perle cette dame !!!
Donc, pour moi, ça peut changer d'un enfant à l'autre mais il faut voir surtout quels sont les objectifs poursuivis...
C'est comme la psychomotricité...
Troubles de la motricité oculaire et lecture
  Des parents ont recommandé, sur les listes de discussion, le mémoire d'une orthophoniste, Mme Annick DAVID-MILLOT. Ce mémoire se présente comme un outil de dépistage des troubles de la motricité oculaire conjuguée et de la vision binoculaire pour les patients ayant des troubles de la lecture. Il est destiné aux orthophonistes
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/33/85/55/pdf/Petit_livret_version_3-2.pdf
 
A propos de la graphothérapie
Un document de Fabienne LESNIAK, graphothérapeute
L’ELEVE DYSPRAXIQUE ET L’ECRITURE
La dyspraxie est un sous-groupe du Trouble d’Acquisition de la Coordination : TAC.
La dyspraxie s’associe de déficits moteurs, de troubles des praxies idéomotrices, de troubles de l’habillage ou visuoconstructifs.
En classe, un enfant dyspraxique va être plus lent que ses camarades et moins précis dans les activités qui sollicitent une réalisation motrice, comme l’écriture.…

Elève de fin CM2
10 ans
L’enfant dyspraxique est dysgraphique.
L’écriture est le problème majeur de l’enfant dyspraxique qui rencontrera des difficultés :
  1. A positionner ses doigts correctement sur le stylo
  2. A avoir une bonne tenue posturale
  3. Au niveau du déroulement du geste d’écriture
  4. A suivre la ligne d’écriture
  5. En vitesse d’écriture
  6. A  reproduire des formes graphiques
  7. A tracer, souligner, découper, dessiner, colorier
  8. A organiser l’espace feuille
Il en ressort une « grande fatigue » lors des productions écrites.
L’enfant dyspraxique ne va pas pouvoir travailler, de ce fait, en double tâche et sera donc incapable d’être attentif à l’orthographe par exemple. En copie, il fera fréquemment des erreurs, des sauts de lettres voire de mots. Les difficultés sont accentuées lorsqu’il s’agit d’une dyspraxie visuo-spatiale  puisque ces enfants  vont avoir des difficultés en géométrie pour apprendre les formes simples, pour tracer des figures géométriques, pour poser des opérations qui demandent l’alignement par colonne des chiffres.
 

Elève de 16 ans

 
 

Elève de CM1 - 10 ans

Elève de CP - 6 ans et demi
 
 
Pour l’aider et éviter la perte d’estime de soi, il faudra proposer une pédagogie différenciée en réduisant les productions écrites (textes à trous, réponses à entourer,…), conseiller les cahiers avec lignes de couleurs, aider à positionner les doigts et la posture,…
Fabienne LESNIAK - Décembre 2011

Liens utiles :
http://www.lesniak-brienne.com/Graphologie_graphotherapie/Accueil___Fabienne_LESNIAK_Graphologue_Graphotherapeute.html
Le site de Fabienne Lesniak
http://serpodile.com/ 
Cahiers à lignes de couleur
http://blog.serpodile.com/tag/ecriture-dyspraxie-cahier/ 
 Blog pour apprendre à écrire
http://lescahiersdejuju.over-blog.com/article-fiches-d-ecriture-cp-pour-eleve-dyspraxique-60696106.html  Fiches d’écriture pour élèves dyspraxiques « gauchers »
http://cp.lakanal.free.fr/ressources/ecriture.htm
Fiches d’écriture pour enfants dyspraxiques
http://sylviecastaing.chez.com/dyspraxies.htm Tome 1
http://sylviecastaing.chez.com/dysp2.pdf  tome 2
La dyspraxie par Sylvie Castaing Enseignante spécialisée et formatrice IUFM

ISP
et l'ordinateur?

L’enfant dyspraxique a réellement besoin du PC !
Un dyspraxique est toujours dysgraphique, s’il veut réussir sa scolarité il a tout intérêt à utiliser le PC pour ne pas « se fatiguer », ce qui nuirait à l’attention, travail de double tâche etc.

La démarche du graphothérapeute est de travailler dans la « globalité » de l’enfant. Le graphothérapeute peut aider ces enfants dysgraphiques pour se réconcilier avec l’écriture, et surtout l’utiliser ailleurs pour des besoins perso. Cette réconciliation est nécessaire pour ne pas faire un blocage complet.
Nous rencontrons aussi des enfants (notamment pré ados) qui refusent de « sentir différents » et donc refusent l’utilisation du PC. C’est arrivé au fils d'un ami mais je ne pense pas que ce refus fut une solution…. Il aurait été le seul à utiliser un PC dans tout son collège… Résultat, il écrit lorsque c’est obligatoire mais fait des réponses sommaires (pas de construction de phrases et explications  limitées) qui le pénalisent. L’autre grand souci du dyspraxique , c’est l’organisation….sur PC tout va nettement mieux ! A l’oral, aucun souci !
 

Mise à jour : 15/02/14


PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE