INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE

Une question ?
nous écrire

nous téléphoner
05 46 34 38 41


 
LES DÉCISIONS DE LA CDAPH
présentation

Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page298.htm

Présentation du PPS (Projet personnalisé de scolarisation)

4. La mise en oeuvre du PPS :

par les enseignants

la circulaire 2016-117 du 8 août 2016

   
  Nous présentons le PPS en 5 chapitres :
  1. Les étapes du PPS. Présentation générale
2 L'élaboration du PPS
3. Le contenu du PPS
4. La mise en oeuvre du PPS par les enseignants
5. La mise en oeuvre et le suivi du PPS par l'ESS
Cette présentation du PPS utilise notamment la circulaire 2016-117 du 8 août 2016 relative au parcours de formation des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires.
   
  Plan de la page 1. La mise en oeuvre du PPS : les enseignants et l'équipe éducative
2. Un (nouveau) "document de mise en œuvre" du PPS
3. Les tâches de l'AVS. Qui en décide ?
 
Le PPS s'impose à l'établissement qui accueille l'enfant pour sa scolarité, quel que soit le lieu et les modalités de la scolarisation.
Le PPS validé et notifié par la CDAPH doit être mis en oeuvre par l'équipe éducative de l'école ou de l'établissement où l'élève en situation de handicap effectue sa scolarité... L'équipe de suivi de la scolarisation (ESS) peut apporter son concours à cette mise en oeuvre, sa mission spécifique étant d'assurer une fonction de veille et d'évaluation sur le déroulement du parcours scolaire de l’élève handicapé (voir chapitre suivant).
On notera que dans l'attente du PPS l'équipe éducative peut (et doit ?) prendre les mesures pédagogiques utiles sans attendre la notification du PPS par la MDPH...
Christine

03-05-14
Nous avons fait une demande mdph...
Pour nous les instituteurs n'ont pas attendu la prise en charge mdph, ils ont aménagé les cours de G. (il est en ce1), agrandi ses lectures, donné moins de devoirs, moins d'écrit etc..,  et en plus nous prenions une à deux fois par semaines nos rendez-vous sur le temps scolaire. La reconnaissance par la mdph a juste donné un caractère officiel à ce qui était déjà mis en place par nous parents et les instituteurs avec lesquels nous avons une super entente...
ISP
Excellent ! Voilà une équipe qui fait bien son travail !
 
1. La mise en oeuvre du PPS : les enseignants et l'équipe éducative
La scolarisation des élèves handicapés est l'affaire des enseignants, - dans le cadre du PPS.
La circulaire du 8 août 2016 relative au parcours de formation affirme d'emblée, comme les textes précédents, que la mise en oeuvre du PPS est la mission des enseignants, sous la responsabilité des directeurs d'école et des chefs d'établissement.
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016. 4
Le projet personnalisé de scolarisation est mis en œuvre par le ou les enseignants de l'élève.
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 3
Le directeur d'école ou le chef d'établissement est garant de la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation (PPS). De plus le projet d'école ou d'établissement prend en compte les projets personnalisés de scolarisation et les aménagements et adaptations nécessaires pour la scolarisation de ces élèves.
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 4
Dans le second degré, le professeur principal est chargé de coordonner la rédaction du document de mise en œuvre du PPS, sous la responsabilité du chef d'établissement.
 
  La notification de la CDAPH
Les enseignants sont destinataires du PPS
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 2.1
(Le document de la notification de la CDAPH) est communiqué aux membres de l'équipe éducative chargés de le mettre en œuvre, dans la limite de leurs attributions respectives.

Note ISP
Note à propos de la notification du PPS par la MDPH
Les textes demandent que la notification de la CDAPH soit motivée (voir : la motivation des décisions). La notification devrait fournir des informations de nature à guider l'enseignant. On s'attendrait par exemple à ce que la notification fasse état des besoins de l'enfant, puisque la commission pluridisciplinaire est essentiellement une commission d'évaluation des besoins ! Mais si les notifications apparaissent souvent décevantes, on observe tout de même une amélioration sensible au cours des années, suite notamment aux allers-retours entre l'équipe pluridisciplinaire et les ESS.
Dans le but d'améliorer les PPS, le Ministère a proposé un document de formalisation du PPS, qui doit être rempli par la CDAPH. Ce document figure en annexe 1 de l'arrêté du 6 février 2015.
  Qu'apporte à l'enseignant la notification de la CDAPH ?
- Premièrement elle règle un certain nombre de problèmes : les décisions prises (par exemple l'orientation de l'élève ou l'interventions de professionnels auprès de l'élève) ne sont plus à prendre !
- La CDAPH peut avoir accordé à l'élève des aides humaines ou matérielles, la principale étant l'attribution d'un AVS : aide à l'élève mais aussi, de fait, aide à l'enseignant pour l'accueil et le suivi de l'élève accompagné.
- La notification peut évoquer aussi des adaptations des objectifs pédagogiques ou des aménagements des apprentissages. Mais ces préconisations apparaissent comme des orientations générales, qui font appel à l'initiative des enseignants et leur apportent un surcroît de travail !
 
  Mettre en oeuvre le PPS
Mettre en œuvre le PPS, ce n'est pas simplement exécuter les décisions de la CDAPH, c'est aussi prendre les dispositions et les initiatives pour mettre en place les aménagements et les adaptations pédagogiques induits par le PPS initial et devenus nécessaires précisément pour exécuter les décisions de la CDAPH.
Cette seconde étape est fondamentale et complexe : à la fois appliquer les décisions d’aménagements matériels, de rythme, définir les adaptations pédagogiques des apprentissages scolaires, préciser les tâches imparties à l’AVS… et analyser les effets des mesures prises pour définir des ajustements et adéquations utiles. Le PPS ne dédouane pas les enseignants de prendre les dispositions utiles, il fait appel au contraire à leur créativité et à leur responsabilité.
 
  Les enseignants au travail !
La circulaire du 8 août 2016 souligne plus fortement que les textes précédents qu'en fait ce sont les enseignants qui mettent en oeuvre le PPS.
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 4
Le projet personnalisé de scolarisation est mis en œuvre par le ou les enseignants de l'élève. Dans le second degré, le professeur principal est chargé de coordonner la rédaction du document de mise en œuvre du PPS, sous la responsabilité du chef d'établissement.
Afin de favoriser la mise en œuvre du PPS, la coordination opérationnelle entre les différents professionnels est nécessaire.
Les équipes des établissements scolaires, sanitaires et médico-sociaux et, le cas échéant, les professionnels libéraux mettent en œuvre le projet personnalisé de scolarisation des élèves en situation de handicap et participent à l'équipe de suivi de la scolarisation. Elles réunissent les conditions pour organiser la scolarisation de l'élève parmi ses pairs ; elles construisent le projet de l'élève en adéquation avec ses compétences et potentialités.
2. Un (nouveau) "document de mise en œuvre" du PPS
Pour donner des repères aux équipes, la circulaire du 8 août 2016 propose un nouveau document "de mise en oeuvre du PPS".
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 4
(...) Afin d'accompagner les équipes, un document de mise en œuvre du PPS est proposé en annexe. Ce document a vocation à formaliser la mise en œuvre des décisions, préconisations, priorités et objectifs inscrits dans le PPS dont il reprend la trame. Il est renseigné par l'enseignant ou l'équipe enseignante de l'élève et traduit les décisions et préconisations du PPS en aménagements et adaptations pédagogiques. Ce document est conçu pour répondre aux différents points qui sont évoqués lors de l'ESS notamment sur l'évaluation de l'efficacité des moyens mis en œuvre.
Ce document de mise en oeuvre du PPS est présenté en annexe de la circulaire en trois versions correspondant respectivement à l'école maternelle, à l'école élémentaire et au second degré
Une question : qui a la responsabilité de ce document ?
Le modèle de document fourni en annexe de la circulaire n'indique pas qui signe le document. Le document est-il établi sous la responsabilité de l'enseignant, qui doit le renseigner, ou sous la responsabilité du directeur de l'école ou du chef d'établissement, présentés comme les "garants de la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation" ? (Ci-dessus : Circulaire 2016-117 du 8 août 2016 - 3)
Une difficulté
Le document "accompagne" certes les équipes mais ce sont les équipes qui sont d'abord appelées à l'élaborer et donc à réfléchir aux aménagements et adaptations pédagogiques qui correspondent aux préconisations plus ou moins imprécises de la CDAH et qui répondent aux besoins de l'élève.
Note ISP

10-09-16
On notera que le document doit être rempli par l'enseignant. Or c'est un document qui paraît assez exhaustif et assez lourd. Les enseignants y trouveront-ils une aide ou le considéreront-ils comme une corvée administrative supplémentaire ?
Le ministère se montre prudent. Il n'est pas dit explicitement que ce document serait obligatoire. Il est consécutif aux préconisations de l'ESS, il n'est pas dit qu'il doit être soumis en retour à l'ESS...
Nous avons noté ci-dessous une réaction syndicale à l'annonce du document
  D'un autre c ôté, on peut dire que compléter le PPS de la MDPH par une réflexion sur les aménagements complémentaires pour la mise en oeuvre du PPS, c'est ce que les enseignants font depuis longtemps, même si ce n'est pas formalisé dans un document spécifique...
Car c'est bien l'enseignant qui doit mettre en place les adaptations pédagogiques.
  Circulaire 2016-117 du 8 août 2016.4.2
Afin d'accompagner au mieux la scolarisation des élèves en situation de handicap, des aménagements et adaptations pédagogiques sont mis en place au sein de la classe. La prise en compte des spécificités de l'élève nécessite une réponse construite et organisée pour faciliter l'accès aux apprentissages. Les pratiques pédagogiques à mettre en œuvre relèvent des gestes professionnels à mobiliser plus particulièrement et des adaptations pédagogiques spécifiques (voir document de mise en œuvre en annexe).
Alors certes le PPS peut aider l'enseignant, mais il lui rappelle que c'est lui qui doit faire l'essentiel du travail, et en lui donnant même quelques tâches supplémentaires... Ceci est encore plus vrai avec le PAOA : Programmation adaptée des objectifs pédagogiques
Echanges : le document de "mise en oeuvre" du PPS et le PAP .
Note ISP

10-10-16
Ce document de "mise en oeuvre" du PPS apparaît donc comme un document rédigé au niveau de l'école ou de l'établissement scolaire, qui prolonge le PPS de la MDPH et qui traite des questions pédagogiques qui sont de la compétence des enseignants et des équipes pédagogiques. De ce point de vue il est donc assez logique de considérer qu'il se rapproche du PAP...
Céline M.

20-10-16

En novembre, je vais participer à une ESS pour mon fils en 6eme pour faire appliquer le pps donc je ne refais pas de gevasco mais j'utilise le nouveau document de mise en place du pps qui reprend le pps validé par la mdph ? c'est bien cela?

Carole R.

20-10-16
Je suis tombée sur ce document et j'ai l'impression que c'est à l'équipe pédagogique de le remplir mais à quel moment et dans quel but, car pour moi l'équipe pédagogique devait simplement suivre le pps élaboré par la mdph...
Alexandra R.

20-10-16
Le pps doit etre rédigé par la mdph, c'est la notification qu'on reçoit, mais dans les faits la mdph n'a pas les moyens de rédiger le pps... Lors d'une journée sur les dys, une association conseillait de reprendre le document du pap, de retirer pap et de mettre à la place pps et de remplir ce document qui est parait-il bien fait, il suffit de cocher les cases des aménagements souhaités
Estelle R.

21-10-16
Ce que je comprends, c'est que l'epe rédige un PPS qui détermine les préconisations fondamentale. C'est ensuite à l'équipe éducative de se réunir pour remplir cette annexe au PPS en se basant sur le PPS.
Carole R.

21-10-16
Estelle, oui c'est ce que je comprends aussi... au final ça fait omme un.pap avec obligation d'application... Mais pourquoi faire si compliqué lorsque le pps est rédigé par l'EPE ? Déjà que pour les.pap c'est compliqué...
Note ISP

24-10-16
C'est assez simple dans le principe, il s'agit de compléter le PPS par un PPS annexe pédagogique, mais ça risque d'être plus compliqué dans la mise en oeuvre...
Et à propos d'un éventuel rapprochement avec le PAP, nous avions précisément évoqué, dans notre présentation du PAP, qu'il y aurait sans aucun doute des équipes de suivi qui s'inspireraient des items de l'annexe du PAP pour la mise en oeuvre des PPS ! Voir PAP
Note ISP

05-11-16
L'arrêté du 10 octobre 2016 relatif au DNB précise explicitement, ce qui est assez nouveau, qu'il est destiné aux élèves présentant un handicap et aux élèves bénéficiaires d'un PAP.
 
  Une ambiguïté à propos du "document de mise en oeuvre" du PPS

Note ISP
En fait, les deux missions de l'ESS sont évidemment liées.
La circulaire du 8 août 2016 dit clairement que l'élaboration du "document de mise en oeuvre" du PPS (présenté ci-dessus) est l'oeuvre des enseignants. Et cela est compréhensible puisqu'il s'agit d'un document pédagogique et que ce sont les enseignants qui l'appliqueront.
Mais ce document pourra être aussi largement alimenté par les réflexions échangées lors de l'ESS, même si au terme il est présenté comme venant en contrepoint des questions posées par l'ESS dans le prolongement des préconisations du PPS.
D'où une question qui se posera peut-être : l'ESS sera-t-elle en droit d'exiger que les enseignants lui présentent ce document ?
 
La Programmation adaptée des objectifs d'apprentissage - PAOA. Une mesure réaliste !
La définition des objectifs pédagogique est d'ordre réglementaire, il n'appartient pas aux équipes pédagogiques de les modifier. Cette compétence appartient à la CDAPH. Mais si elle a la compétence administrative, la CDAPH n'a pas la compétence pédagogique pour définir une nouvelle programmation de ces objectifs. Elle propose donc, avec le PAOA, une sorte de délégation de pouvoir aux équipes pédagogiques et à l'ESS.
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016. 4.3 - Le PAOA
(...) lorsque les objectifs d'apprentissage visés sont très éloignés du programme suivi par un élève du même âge, l'équipe pluridisciplinaire peut inclure dans le projet personnalisé de scolarisation le besoin d'une programmation adaptée des objectifs d'apprentissage.
Dans ce cas, il appartient aux enseignants qui ont en charge l'élève en situation de handicap, dans le cadre du conseil de cycle dans le premier degré, du conseil de classe dans le second degré, de construire au minimum pour une année scolaire cette programmation et de la formaliser en référence aux programmes scolaires en vigueur et au socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
L'équipe de suivi de la scolarisation prend alors connaissance de cette programmation et s'assure qu'elle est conforme au projet personnalisé de scolarisation.
Ainsi le Ministère reconnaît que ce sont les acteurs du terrain qui sont les mieux placés pour définir des objectifs adaptés, dont la CDAPH a seulement indiqué de manière très générale la nécessité. Cette mesure nous paraît donc réaliste.
Difficultés et recours
Christelle V.
(54)

30-12-16
Mon fils est scolarisé au collège en classe de 5ème. Il souffre de dyspraxie seulement diagnostiquée l’année dernière.
Donc cette année nous entamons des séances chez l’orthophoniste et l’ergothérapeute.
Seulement voilà, je n’ai aucun soutien de la part des enseignants.
En effet, mon fils ne peut pas prendre ses cours et écouter à la fois. Il est reconnu handicapé avec un taux entre 50 et 78 %. Les professeurs devraient lui fournir les photocopies des cours pour que je puisse le faire travailler à la maison mais cela ne se fait pas.
Après plusieurs rappels à l’ordre auprès du principal du collège, je m’adresse à vous pour savoir quels recours je pouvais mettre en place pour me faire entendre.
J’ai un enfant qui en début d’année a fait des efforts maintenant que l’on avait trouvé pourquoi il ne suivait pas en cours mais qui malheureusement à baisser les bras depuis, car les professeurs au lieu de l’aider, le laissent seul face à ses difficultés.
Réponse ISP

30-12-16
la situation que vous décrivez est malheureusement assez fréquente.
Je suppose que votre" fils bénéficie d'un PPS. Le PPS se’accompagne de réunions de l’Equipe de Suivi de la Scolarisation (ESS) où en principe parents, enseignants et professionnels se mettent d’accord sur les aménagements de la scolarité.
Mais c’est sans doute ce que vous avez fait et votre problème est que les enseignants n’appliquent pas les aménagements décidés en ESS. Alors, que faire ?
Dans un premier temps, je vous recommande de prendre contact avec une association de parents d’enfants dyspraxiques. Il en existe deux. Voyez associations
Je ne sais pas comment elles fonctionnent dans votre département. Mais vous pourriez peut-être échanger avec des parents qui ont rencontré les mêmes difficultés que vous.
Dans un second temps, vous pouvez vous tourner vers les autorités gestionnaires. Je vous suggère par exemple d’écrire à l’Inspecteur d’académie de votre département, pour lui signaler que les enseignants du collège semblent dans l’incapacité de mettre en oeuvre les aménagements de la scolarité prévus dans le PPS et que vous lui demandez donc s’il ne pourrait pas envoyer auprès d’eux un conseiller pédagogique susceptible de les aider ?
Vous mettez une copie de votre courrier à l’IEN-ASH du département (et aussi au principal, par courtoisie…).
Quelques départements disposent d'un petit potentiel de conseillers. Voyez : des conseillers ash
Vous pouvez aussi lui demander de vous indiquer éventuellement un autre collège où les enseignants seraient plus compétents et plus accueillants vis-à-vis des élèves souffrant de dyspraxie... Si l’Inspecteur d’Académie ne bouge pas, vous pourrez alors vous tourner vers le recteur et lui adresser  les mêmes demandes…
Je peux vous suggérer aussi d'appeler la n° du ministère d'Aide Handicap Ecole 08 10 55 55 00 ; ils interviennent parfois directement auprès des établissements.
3. Les tâches de l'AVS. Qui en décide ?
Ceci est un exemple des tâches qui peuvent attendre l'ESS
C'est la CDAPH qui attribue l'AVS et elle doit en principe définir les activités principales de celui-ci. Les textes, en tout cas, vont en ce sens :
Décret. n° 2012-903 du 23 juillet 2012 - Art. D. 351-16-4
Lorsqu'elle accorde une aide individuelle, dont elle détermine la quotité horaire, (la CDAPH) définit les activités principales de l'accompagnant.
Décret. n° 2012-903 du 23 juillet 2012 - Art. D. 351-16-2
Lorsqu'elle accorde une aide mutualisée, (la CDAPH) définit les activités principales de l'accompagnant
Mais dans les faits la MDPH n'indique souvent que d'une manière très générale quelles seront ces activités principales de l'accompagnant et elle laisse aux acteurs du terrain le soin de les préciser.
Qui sont les acteurs du terrain ? Ce sont d'abord les enseignants, comme le rappelle la circulaire du 8 août 2016 relative au parcours de formation
Circulaire 2016-117 du 8 août 2016. 4
Le projet personnalisé de scolarisation est mis en œuvre par le ou les enseignants de l'élève.
Et comme nous l'avons vu, cette mise en oeuvre s'effectue sous la responsabilité des directeurs d'école et des chefs d'établissement.
Qui décide alors des tâches de l'AVS ?
Durant les temps d'activités strictement scolaires, l'AVS est placé sous l'autorité de l'IEN-ASH et du directeur de l'école pour le premier degré ou du chef d'établissement pour le second degré. Pendant la durée de son service en milieu scolaire, il intervient sous la responsabilité pédagogique de l'enseignant.
La circulaire n° 2003-092 du 11 juin 2003 relative aux Assistants d'éducation précisait déjà, dans son titre 1, que
Circ. n° 2003-093 du 11 juin 2003 - II
(Les activités des AVS peuvent comprendre) des interventions dans la classe définies en concertation avec l'enseignant
Les modalités d'intervention de l'AVS seront présentées en ESS, en concertation et en collaboration avec l'enseignant, l'AVS lui-même, l'équipe pédagogique, la famille, l'enseignant référent et les autres partenaires du PPS, puisque l'ESS a une missison de veille sutr la mise en eouvre du PPS. Elles seront inscrites dans le PPS.
En cas de désaccord ou de divergences, il appartient à l'ESS de donner son avis ; et si le désaccord perdure, un recours peut être adressé à l'équipe pluridisciplinaire. On rappellera que l'AVS participe aux réunions de l'ESS.
Exemple : le désaccord peut porter par exemple sur la présence ou l'absence de l'AVS durant les récréations.
  Voir page suivante : mise en oeuvre du PPS par l'ESS
Qu'en est-il des temps d'activités périscolaires ?
L'une des décisions à prendre peut concerner alors le partage éventuel du temps de l'AVS entre activités scolaires (ce qui se passe dans la classe et dans l'école, sous la responsabilité de l'enseignant) et activités périscolaires. Cette répartition peut faire l'objet d'un accord, voir de négociations, entre les responsables des écoles et établissements scolaires d'une part et les responsables des collectivités locales d'autre part. Cet accord peut être décidé dans le cadre de l'ESS et il doit en tout cas être entériné par l'ESS, chargée de veiller à la bonne mise en oeuvre du PPS. afin d'être inscrit dans le PPS.
  Voir à ce sujet : des AVS sur les temps périscolaires
 
Conclusion 1 : le PPS, un processus qui se construit par étapes
Il convient de reconnaître que cette seconde étape est également constitutive du PPS. Elle exige une concertation entre les enseignants, qui connaissent  les objectifs pédagogiques de la classe et les méthodes d’apprentissage, et les partenaires, qui connaissent bien le handicap de l’enfant. C'est aussi prendre en compte la compétence propre des équipes du terrain. Le PPS ne se réduit pas à la notification initiale de la CDAPH. Un bon projet ne se construit pas de l’extérieur, sans faire appel à la participation de ceux qui le vivront.
 
Conclusion 2 : à propos de la formation des acteurs
La circulaire du 8 août 2016 s'achève par un rappel des dispositifs de formation des maîtres. A la fin d'un document qui insiste tant sur les responsabilités des enseignants pour la scolarisation des élèves en situation de handicap, c'est la moindre des choses.
Note ISP

15-09-16
Mais ce chapitre ("8. La formation et l'accompagnement des acteurs") n'apporte rien de nouveau et reste assez décevant. Il nous semble qu'il y aurait autre chose à dire ! Voir : "Penser l'inclusion scolaire et la formation/accompagnement des enseignants".
 
Echanges
On n'attendra pas la réunion de l'ESS en milieu ou en fin d'année pour mettre en oeuvre le PPS !
Sandrine
mère d'Alix, dyspraxique
(77)


21-02-11
Ne pas perdre de temps !
De notre côté, nous avons eu la chance d'avoir des instits réceptifs, les adaptations ont été mises en place avant même la réunion de l'équipe éducative (soit 2 mois de gagnés). Il ne faut pas tarder à mettre les choses en place.
Précisons que nous avions rencontré directement l'enseignante dès septembre, que nous lui avions demandé oralement d'adapter certains points, ce à quoi elle avait répondu favorablement ; elle avait même fait le nécessaire pour disposer d'un ordinateur en classe...
Quant à la directrice, elle m'a dit :" "C'est le 1er enfant pour lequel il y a une reconnaissance handicap dans mon établissement depuis la loi de 2005... et en plus Alix est vraiment intelligent"... En clair, si on fait ça pour un élève très intelligent, que va-t-on devoir mettre en place pour les enfants vraiment en difficultés scolaires...
Ajoutons encore que cette année Alix a eu 2 enseignants remplaçants, l'institutrice titulaire étant en congé maternité... et malgré cela les adaptations ont été suivies... moyennant des rencontres régulières entre nous et elles, possibles grâce à nos employeurs compréhensifs pour nos horaires...
Une réaction syndicale
Note sur le document de mise en oeuvre du PPS : un nouveau PAP ?
Certains en viennent aujourd'hui à considérer que ce document de mise en oeuvre du PPS comme une sorte de PAP, puisque le PAP est précisément un projet d'ordre pédagogique !
Lu dans SNUIPPINFOS N°119 Supplément n°1 | Mai-Juin-Juillet 2016 : la nouvelle vie du PAP
MISE EN ŒUVRE DU PPS - Nouveau document
Le SNUipp-FSU a rencontré Isabelle Bryon, nouvelle cheffe du bureau de la personnalisation des parcours des élèves à besoins éducatif particulier à la DGESCO. La mise en place d’un nouveau document permettant d’opérationnaliser pédagogiquement le PPS de l’élève a été annoncé. Ce document en cours de conception s’inspirerait sur la forme et le fond du document PAP et serait rempli par les équipes à partir du PPS. Alors que des MDPH ne sont toujours pas prêtes pour rédiger les PPS (cf rapport CNSA 12/2015 : les MDPH face à de nouveaux enjeux), on va demander aux équipes des documents de mise en œuvre…! Encore une fois la barque est pleine et les enseignants réclament de l’accompagnement et de la formation, pas des documents à remplir.
http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/SNUInfos119-sup_ASH1er_OK.pdf
   
Mise à jour : 15/10/16

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

RETOUR AU
PLAN DU SITE
 
-