INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT


plan du site

INDEX
ALPHABETIQUE
et sigles

Trois entrées
dans le site

• par le plan du site
• par l'index alphabétique

• et par ECOLE et HANDICAP


 

Une question ?
Une observation ?
nous écrire

nous téléphoner
05 46 34 38 41

 

 


 

 
LES AUXILIAIRES DE VIE SCOLAIRE
présentation
Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page803.htm


La gestion des AESH

Conditions d'exercice

 

 
  Présentation de la Circulaire n° 2019-090 du 5 juin 2019 - Cadre de gestion des AESH (art. 2.7 à 4)
   
  En application des décrets du 27 juin 2014 et des arrêtés du 27 juin 2014
  - le décret du 27 juin 2014 - Conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap
- le décret 2018-666 du 27 juillet 2018 - modifiant le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014
- les 2 arrêtés du 27 juin 2014 qui l'accompagnent - rémunération des accompagnants des élèves en situation de handicap et entretien professionnel et reconnaissance de la valeur professionnelle des AESH
 
  Voir présentation de la circulaire art. 1à 2.6 "Le recrutement et la rémunération des AESH"
à la page le recrutement et la rémunération des AESH
   
  Cette présentation de la seconde partie de la circulaire suit de très près le plan de la circulaire elle-même.
 
Le cadre du contrat d'AESH (suite)
2.7 Appréciation de la valeur professionnelle
Les agents, qu'ils soient en CDD ou en CDI, bénéficient au moins tous les trois ans d'un entretien professionnel. (Arrêté du 27 juin 2014).
Circulaire n° 2019-090 2.7 Appréciation de la valeur professionnelle
En application du décret du 27 juin 2014 et de l'arrêté du 27 juin 2014 précités, les agents (qu'ils soient recrutés par contrat à durée déterminée ou par contrat à durée indéterminée) bénéficient au moins tous les trois ans d'un entretien professionnel.
(...) Conformément à l'arrêté du 27 juin 2014, l'entretien est conduit par le chef d'établissement ou l'IEN compétent lorsque l'agent exerce ses fonctions dans une école.
Il est préconisé de tenir un entretien à l'issue de la 1re année de contrat. Cet antretien peut donner lieu à un réexamen de la rémunération de l'agent.
Un modèle de compte rendu d'entretien annexé à la présente circulaire (annexe 5). L'IEN compétent ou le chef d'établissement peuvent prendre l'attache du ou des enseignants en charge du ou des élèves accompagné(s) par l'AESH sur la manière de servir. 
Le compte rendu de l'entretien professionnel peut donner lieu à une demande de révision auprès du recteur d'académie. En cas de réponse négative du recteur et si l'AESH le demande la commission consultative paritaire (CCP) peut également demander la révision du compte rendu.

Enfin, l'autorité hiérarchique communique à l'agent, qui en accuse réception, le compte rendu définitif de l'entretien professionnel

2.8 - CCP - Commissions Consultatives Paritaires des agents non titulaires de l'Etat
Des CCP (Commissions Consultatives Paritaires des agents non titulaires de l'Etat) ont été créées par l'Arrêté du 27 juin 2011-article 11. Elles sont obligatoirement consultées sur les décisions individuelles relatives aux licenciements et peuvent l'être sur toute question d'ordre individuel relative à la situation professionnelle
Arrêté du 27 juin 2011 - article 11
Les commissions consultatives paritaires sont obligatoirement consultées sur les décisions individuelles relatives aux licenciements intervenant postérieurement à la période d'essai et aux sanctions disciplinaires autres que l'avertissement et le blâme.
Elles peuvent en outre être consultées sur toute question d'ordre individuel relative à la situation professionnelle des agents non titulaires entrant dans leur champ de compétence.
 
2.9 Motifs et procédure de licenciement 

Sans préjudice des dispositions relatives au licenciement pour faute disciplinaire, pour insuffisance professionnelle ou pour inaptitude physique, le licenciement de l'AESH doit être justifié par l'un des motifs suivants :
1- la suppression du besoin ou de l'emploi qui a justifié le recrutement de l'agent ;
2- le refus par l'agent d'une modification d'un élément substantiel du contrat proposée dans les conditions prévus à l'article 45-4 du décret du 17 janvier 1986 ;
3- l'impossibilité de réemploi de l'agent, dans les conditions prévues à l'article 32 de ce même décret, à l'issue d'un congé sans rémunération.

Le licenciement de l'agent pour un des motifs prévus aux points 1 à 3 ne peut être prononcé que lorsque le reclassement de l'agent, dans un autre emploi, n'est pas possible, en application de l'article 45-5 du même décret.
  Sur le détail des dispositions du licenciement et des propositions de réemploi, voir la circulaire.
 
2.10 Certificat de travail
  Un modèle de certificat de travail figure à l'annexe 3 de la présente circulaire.
3. Les conditions d'exercice des fonctions d'AESH,
Les AESH participent au collectif de travail des écoles et établissements. Les AESH sont des membres à part entière de la communauté éducative au sein des écoles et établissements.
Les directeurs et chefs d'établissement doivent veiller à leur bonne intégration dans les équipes en leur garantissant notamment l'accès aux salles des personnels ainsi qu'aux outils nécessaires à l'exercice de leurs missions.
Circulaire n° 2019-090. 3 - Participation aux échanges et aux réunions
L'AESH doit également avoir la possibilité de participer aux échanges entre l'enseignant en charge de la classe et la famille de l'élève bénéficiant de l'accompagnement. Ils sont invités et peuvent participer, notamment, aux réunions des équipes pédagogiques et des équipes de suivi de scolarisation.
 
3.1 Fonctions exercées
Les missions que peuvent se voir confier les AESH sont précisées par la circulaire du 3 mai 2017 .
Circulaire n° 2019-090 - 3.1 Fonctions exercées
Les agents ne doivent pas se voir confier par les services académiques, par les écoles ou les établissements des tâches ne figurant pas dans les textes qui leur sont applicables.
Note ISP
Ce texte, évidemment, concerne en particulier les récréations.
  Des temps d'échanges
L'AESH participe aux stages qui concernent la mise en œuvre du projet personnalisé de scolarisation des élèves qu'il accompagne. Et de plus...
Circulaire n° 2019-090 - 3.1 Fonctions exercées
Des temps d'échanges de pratiques entre pairs, entre AESH et enseignants ou entre membres du Rased ou de l'Ulis et visant l'amélioration des modalités de prise en charge des situations de handicap peuvent également être organisés.
Des AESH référents
L'une des nouveautés de la circulaire est la nomination d'AESH référents
Circulaire n° 2019-090 - 3.1 Fonctions exercées
Les services départementaux peuvent identifier un ou plusieurs AESH référents dont la mission consiste à apporter un appui méthodologique aux AESH du territoire.
(...) L'avenant précisera la nouvelle répartition du temps de travail, et notamment le nombre d'heures consacrées aux missions de référent.
Ces référents AESH évoquent l:es conseillers ASH et les professeurs ressources qui interviennent égalementg auprès de leurs pairs.

3.2 Lieux d'exercice
Le contrat précise les établissements ou écoles dans lesquels exerce l'AESH ainsi que sa résidence administrative.
3.2.1 L'exercice des fonctions au sein d'un Pial
La zone d'intervention de l'AESH correspond aux différents établissements ou écoles compris dans le Pial. Son emploi du temps est défini par le responsable du PIAL.
L'emploi du temps ainsi définit prend en compte les temps de déplacement d'un établissement ou d'une école à un autre établissement ou école au sein desquels l'AESH est affecté.
3.2.2 L'exercice des fonctions en dehors d'un Pial
Le contrat de l'AESH précise le ou les établissement(s) et/ou école(s) au sein duquel, de laquelle ou desquel(le)s l'AESH peut être amené à exercer ses fonctions.
  Sur le fonctionnement des PIAL, voir : les PIAL
 
3.3 Rattachement hiérarchique et fonctionnel des AESH
Les AESH sont sous la direction des autorités chargées de l'organisation du service.
Dans l'EPLE, le chef d'établissement a autorité sur l'ensemble des personnels qui y sont affectés (article R. 421-10 du Code de l'éducation). Il est donc chargé de l'organisation de son service. Dans le 1er degré, cette responsabilité est exercée par l'IEN de circonscription.
Lorsque l'AESH exerce dans une école, le directeur de l'école est à son égard délégataire de l'autorité de l'employeur quant à la direction et l‘organisation de son travail (Décret n° 89-122 du 24 février 1989, art. 2, sur les responsabilités du directeur).
Dans l'établissement d'enseignement privé sous contrat, « le chef d'établissement assume la responsabilité de l'établissement et de la vie scolaire » (article R. 442-39 du Code de l'éducation) et a donc autorité sur l'AESH.
3.4 Temps et quotité de service
Circulaire n° 2019-090 -3.4 Temps et quotité de service
Les missions des AESH s'exercent dans le cadre de la durée annuelle de travail fixée en référence à la durée légale, soit 1 607 heures pour un temps complet. Les AESH peuvent être engagés à temps complet ou à temps incomplet.

Le temps de service est calculé en multipliant la durée de service d'accompagnement hebdomadaire attendue de l'AESH par 41 semaines. Ce temps de service inclut l'ensemble des activités réalisées par l'AESH au titre du plein exercice de ses missions :
- l'accompagnement du ou des élèves ;
- les activités préparatoires connexes pendant ou hors la période scolaire ;
- les réunions et formations suivies pendant et  hors temps scolaire.

(...) Les semaines en sus des 36 semaines de temps scolaire permettent de tenir compte des missions que l'AESH effectue en lien avec l'exercice de ses fonctions en dehors du temps scolaire.
Dès lors que l'AESH est amené à suivre des formations longues en dehors de la période scolaire, il est préconisé que l'employeur prévoit dans le contrat, pour la période concernée, un nombre de semaines supérieur à 41, dans la limite de 45 semaines.
Des temps de récupération ?
Les semaines en sus des 36 semaines de temps scolaire permettent de tenir compte des missions que l'AESH effectue en lien avec l'exercice de ses fonctions en dehors du temps d'accompagnement des élèves. Le temps d'accompagnement de ou des élèves ne peut être lissé sur la période de référence des 41 semaines.
  Annualisation du temps de travail
Dès lors, le temps de service hebdomadaire d'accompagnement du ou des élèves sert de référence pour la détermination du temps de service.

Comme précisé à la section 2.6.1. de la présente circulaire, la quotité travaillée de l'agent est calculée selon la formule suivante :
Quotité travaillée = (temps de service hebdomadaire d'accompagnement x nombre de semaines compris en 41 et 45) / 1 607 heures

Ainsi, pour exercer à temps plein (1 607 heures annuelles), un AESH dont le contrat prévoirait une période de 45 semaines, devra effectuer un temps de service hebdomadaire de 35 heures 40 minutes. Sur une période de 41 semaines, ce temps de service hebdomadaire devra être de 39 heures 10 minutes.
   

Sarah I

29-08-19

Je reviens sur ce fameux temps de travail. J'ai un doute. Sur mon contrat est noté "820h sur 41 semaines" j' ai bien compris que ça équivaut à 20h. Mais il est précisé : "incluant la durée du service en présence de l'élève fixé à 720 heures". Du coup je ne sais plus car si je calcule 720÷41 = 17,5. Est ce que ce n' est pas ça mon temps de travail avec l'élève ?

Isabelle A

29-08-19
Vous avez 720h avec votre élève et les 100h en plus c’est le temps de travail invisible (réunions, préparation d’outils, ESS,...)

Note ISP

29-08-19

C'est donc assez simple : Vous avez un contrat de 820 heures sur 41 semaines, pour exercer comme AESH, auprès des élèves, soit 20 heures par semaine (820/21). Et vous êtes rémunérée sur cette base. Mais en fait, les élèves ne seront présents que les 36 semaines de classe et vous ne ferez auprès d'eux que 20x36 = 720 heures. Il reste donc un surplus de 100 heures, que l'Education nationale peut utiliser à sa guise, comme il est dit dans la circulaire 2019-090 ci-dessus : activités préparatoires connexes pendant ou hors la période scolaire, réunions et formations suivies pendant et  hors temps scolaire. Et j'ajoute : éventuellement accompagnement des élèves durant les sorties scolaires, etc.
  Note :Cumul des contrats et travail complémentaire. Voir ci-dessous cumul
 
3.5 Absence et congés
Conformément aux dispositions de l'article 10 du décret n° 86-83 du 17 janvier 1986, les AESH ont droit, en tant que contractuels de droit public et compte tenu de la durée de service effectué, à un congé annuel dont la durée et les conditions d'attribution sont identiques à celles du congé annuel des fonctionnaires titulaires prévu par le décret n° 84-972 du 26 octobre 1984.
En outre, ils bénéficient, au même titre que les agents titulaires, d'une à deux journées de fractionnement. (Voir la circulaire).
3.6 Frais de déplacement
La prise en charge des frais de déplacements des agents est obligatoire, (...) dès lors qu'ils interviennent en dehors de leur résidence administrative ou personnelle.
Toutefois, constitue une seule et même commune, toute commune ainsi que celles limitrophes, desservies par des moyens de transports publics de voyageurs.
 
4. Le droit à la formation
Circulaire n° 2019-090 -3.4 Temps et quotité de service
Les AESH bénéficient d'actions de formation sur le temps de service, mises en œuvre par les services académiques, en dehors du temps d'accompagnement de l'élève.
Ces formations comprennent :
  - une formation d'adaptation à l'emploi (décret du 27 juin 2014 - art. 8).
Cette formation de 60 heures est comprise dans le temps de travail
  - des actions de formation continue tendant au développement professionnel des agents.
Les AESH doivent avoir accès à la formation continue et, en particulier, aux modules de formation spécifique à l'accompagnement des élèves en situation de handicap prévus par les plans académiques et départementaux de formation. Ils ont accès à la plateforme numérique nationale Cap École inclusive. Ils peuvent également accéder aux modules de formation d'initiative nationale dans le domaine de la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers
Il est également encouragé d'organiser des formations communes aux enseignants et aux AESH.
En outre, les personnels peuvent également s'engager dans une démarche de validation des acquis de l'expérience (VAE) et, dans le cadre des dispositifs de droit commun de formation continue, accéder à des modules d'accompagnement à la VAE.

Note ISP

A propos de VAE
La Circ. 2014-083 du 8 juillet 2014 - 5 se montrait plus précise :

Dans l'objectif de professionnalisation des accompagnants, les AESH doivent également être mis en situation d'obtenir le diplôme professionnel, éventuellement par une démarche de VAE. À cette fin, ils bénéficient d'autorisations d'absence sans récupération pour suivre la formation et se présenter aux épreuves.
Voir : validation des acquis

Enfin, les dispositions relatives au compte personnel de formation prévues par le décret n° 2017-928 du 6 mai 2017 relatif à la mise en œuvre du compte personnel d'activité dans la fonction publique et à la formation professionnelle tout au long de la vie sont applicables aux AESH, quelle que soit la durée de leur contrat. 

 
 
COMPLEMENTS
Note ISP
Au 1er février 2017, le montant du point d'indice majoré s'élevait à 4,6860 Euros
http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/37942-point-d-indice-2016-du-salaire-des-fonctionnaires
L'évolution de la rémunération ne peut excéder six points d'indices majorés tous les trois ans.
 
  Une disposition particulière du décret : suspension provisoire pour enseigner
Décret du 27 juin 2014 - art 13
Le contrat de l'assistant d'éducation peut être suspendu avec son accord pour lui permettre d'être recruté temporairement en qualité de professeur ou de personnel d'éducation contractuel (...). A l'issue de son engagement en qualité de professeur ou de personnel d'éducation contractuel, l'agent est réemployé sur son précédent emploi jusqu'au terme de son contrat d'assistant d'éducation.
Cumul des contrats - Travail complémentaire
Les AESH peuvent, comme les AVS/CUI, cumuler une autre activité professionnelle. Ils doivent en principe demander l’autorisation à la DSDEN, mais cela ne pose pas de problème..
Sur le site du Collectif AESH en Action : AESH et cumul d'emploi : que dit la loi ?
https://handicapetscolariteblogdesaccompagnants.wordpress.com/2017/04/10/aesh-et-cumul-demploi-que-dit-la-loi/
AVS - AESH



octobre 2016
Sophie M.
Je fais des missions intérims en EHPAD. Je surveille bien les heures que je fais car je ne dois pas gagner plus dans mon second boulot qu'en tant qu'AESH. Ce mois ci j'ai dû faire 90h...
Marie C.
Les sociétés d'aide à domicile recrutent sans cesse, après il faut aimer..
Fifine A.
Moi suis nounou avec l'entreprise N. pour un 12h par semaine je m'occupe des enfants après l'école
Celine.D
Moi je suis animatrice je fais 64h par mois
Cyndie C.
Je fais les temps périscolaires cantine + Nap soit 3h de plus par jour
Armelle A.
Garde d'enfants à domicile 13h00 par semaine employée par la famille et rémunérée via pajemploi
Nanou L.
Moi 10h en périscolaire dans deux familles
Blinemargo M.
Moi ménage 4h semaine et garde d'enfants le mercredi et samedi 10h ça me fait 34h semaine
Edwige F.
Je travaille dans un accueil de loisirs/periscolaire . J'ai un cdi modulable (17h50 mais je fais 13h les semaines scolaires et 40h pendant les vacances scolaires...sachant qu'à Noël j'ai 15jours de vacances. Février et avril je ne ferai qu' une semaine. ...je gagne environ 580€ et les horaires sont tout à fait compatibles avec aesh collège
Amélie R.
Garde d'enfants a domicile avec pajemploi. J ai 11€ brut de l'heure. Je fais 10h semaine environ. Et je fais les TAP a partir de janvier 3h semaine.
Dans son Guide "Projet éducatif territorial. Des temps d’activités accessibles aux enfants en situation de handicap" (octobre 2016) le Ministère rappelle que les AESH peuvent aussi être recrutés par les communes pour l'accompagnement des enfants sur les temps périscolaires, en dehors de leur temps d'AESH et dans le cadre d’un cumul d’activités.
"Les collectivités peuvent recruter des personnels accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) dans le cadre d’un cumul d’activités. (page 7)"
Voir le guide
Mais le ministère oublie de rappeler que les AESH peuvent aussi participer à l'accompagnement d'un élève handicapé sur les temps périscolaires dans le cadre du PPS, et que dans ce cas l'AESH est rétribué par l'éducation nationale.
Cette disposition est rappelée par la circulaire 2017-084 du 3 mai 2017 (4. Les activités périscolaires) en référence à l'article 1 du décret n° 2017-105 du 27 janvier 2017 relatif à l'exercice d'activités privées par des agents publics et certains agents contractuels de droit privé ayant cessé leurs fonctions, aux cumuls d'activités (...).
https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/1/27/RDFF1633447D/jo/texte
 
D'autres choix !
Séverine M.
(93)

09-06-18
Après 6 années en tant qu' AESH co, j'ai obtenu mon diplome de moniteur educateur, j'ai donc décidé de ne pas renouveler mon contrat et de me lancer en liberal en tant qu'intervenante psycho éducative.
J'ai passé mon diplôme d'État de moniteur éducateur par le biais d'une VAE c'était pas simple mais j'ai réussi.
Peut être une nouvelle idée d'avenir pour les AESH!
 
Documentation
Signalons un "Guide de CUI, des AESH et des AED" du SNUipp, rentrée 2014
http://07.snuipp.fr/IMG/pdf/Guide_CUI_AED_version_sept_14.pdf
L'INS-HEA publie :
L’aide humaine à l’École. Le livre des AESH
Ouvrage collectif dirigé par Corinne Gallet et José Puig
Cet ouvrage s’adresse d’abord aux AESH (...) mais sa lecture peut également être profitable aux enseignants qui ont à coopérer quotidiennement avec un AESH...
http://www.inshea.fr/fr/content/l-aide-humaine-a-l-ecole-le-livre-des-aesh
 
 
Un peu d'histoire
La question de la professionnalisation des AVS est posée depuis presque leur création !
Le Ministère de M. Peillon s'était montré toutefois plus décidé que ses prédécesseurs à faire progresser ce dossier, en mettant d'abord en place un groupe de travail
présidé par Mme Pénélope Komitès. Ce groupe a remis son rapport le 25 juin 2013. Voir : rapport Komitès
Le ministre a annoncé une première série de mesures le 22 août 2013 : Des CDI pour les AVS/Assistants d'Education.

Et, depuis, le décret 2014-724 du 27 juin 2014 et la circulaire 2014-083 du 8 juillet 2014 ont fixé les conditions de recrutement et d'emploi des accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) et ont annoncé notamment la création d'un diplôme d'accompagnant.

Cette circulaire précisait aussi le sort réservé aux AVS/CUI (ou AVS en contrat aidé)
Le nouveau diplôme d'accompagnant annoncé a été créé le 29 janvier 2016. Il s'agit du DEAES : Diplôme d'État d'Accompagnant Éducatif et Social.
Autour du rapport Komitès
Un groupe de travail, présidé par Mme Pénélope Komitès, qui qui avait présidé la MDPH de Paris, avait préparé les nouveaux textes
Son rapport - couramment appelé "Rapport Komitès" - préconisait la création d'un nouveau métier d'Accompagnants des Jeunes Handicapés (Juin 20103). http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-pkomites-2013.pdf
  Vers un métier d'accompagnant. Premières mesures : des CDI pour les AVS/Assistants d'Education

Jean Marc Ayrault
Premier Ministre
Les premières mesures avaient été annoncées par le 1er Ministre Jean-Marc Ayrault le 22 août 2013 : le Gouvernement propose un contrat à durée indéterminée (CDI) aux auxiliaires de vie scolaire (AVS) sous le statut d’assistant d’éducation.
Communiqué de presse du Premier Ministre - 22 août 2013
Avec ce nouveau cadre professionnel, le gouvernement s'engage pour la reconnaissance du métier d'accompagnant.

Ces dispositions sont confirmées par Benoit Hamon, Ministre de l'Education Nationale, dans sa présentation décret n° 2014-724 du 27 juin 2014. Conformément aux engagements pris par le Président de la République, le métier qu’accomplissent ces personnels est désormais reconnu et valorisé pour leur offrir de véritables perspectives professionnelles.
http://www.education.gouv.fr/cid81000/accompagnants-des-eleves-en-situation-de-handicap.html

 
  Commentaire du décret 2018-666 du 27 juillet 2018 modifiant les conditions de recrutement des AESH

Note ISP



10-018-18

Les AESH – Le retour du bac
Le nouveau décret sur le recrutement des AESH (décret 2018-666 du 27 juillet 2018) ne fait peut-être guère, finalement,  que reprendre, mais avec raison, une disposition ancienne que la création des AESH avait fait passer aux oubliettes.

Les premiers accompagnants : des Assistants d’Education
Les premiers accompagnants des élèves handicapés avaient été des emplois jeunes, créés à l’initiative des associations. Puis ils avaient été repris officiellement par l’Education nationale sous le nom d’Auxiliaires de Vie Scolaire, avec le statut d’ Assistants d’Education. La circulaire du 11 juin 2003 faisait d’eux une catégorie spécifique d’Assistants d’Education, en la complétant par quelques dispositions particulières..
La circulaire rappelait que les Assistant d’Education (ordinaires) sont recrutés pour exercer des fonctions d’assistance à l’équipe éducative notamment pour l’encadrement et la surveillance des élèves, y compris en dehors du temps scolaire, et que le dispositif des assistants d’éducation s’inscrit dans l’objectif social d’aide à des étudiants dans la poursuite de leurs études. C’est pourquoi ils sont en principe recrutés à temps incomplet. Ils doivent être titulaires du baccalauréat, ou d’un titre ou diplôme de niveau égal ou supérieur. Tel était donc le statut des premiers Auxiliaires de Vie Scolaire.
Une dérogation était toutefois prévu en faveur des emplois jeunes non titulaires du baccalauréat mais justifiant d’une expérience de trois ans de services accomplis dans le cadre du dispositif “emplois-jeunes”. (Circ. n° 2003-092 du 11 juin 2003 relative aux Auxiliaires d’Education)

L’arrivée des jeunes en contrat aidé
Quelques années plus tard, et sans remettre en cause les AVS/Assistants d’éducation, la loi de 2005 remettait en question la nécessite du baccalauréat : « Art.  L 351-IV – (...) 3° Si l'aide individuelle nécessaire à l'enfant handicapé ne comporte pas de soutien pédagogique, (les assistants d'éducation) peuvent être recrutés sans condition de diplôme. Ils reçoivent une formation adaptée. »
Cette décision avait suscité des réactions parfois violentes, par exemple celle de la FNASEPH : « Nous déplorons encore une fois cette forme de mépris des élèves en situation de handicap, en ne leur reconnaissant pas le droit d'avoir un accompagnement humain professionnalisé (…). »
Les nouveaux assistants d’éducation non diplômés firent bientôt une entrée plus ou moins subreptice dans l‘Education nationale avec la circulaire 2005-129 du 19 août 2005 qui donnait la possibilité aux Inspecteurs d’Académie d’embaucher des jeunes en Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi (CAE) pour exercer des fonctions d’aides aux équipes pédagogiques pour l’accueil des élèves handicapés. Puis  au fur et à mesure des années les tâches des AVS/CAE se sont rapprochées de fait de celles des AVS et leurs missions se sont alignées sur celles des AVS (circulaire 2008-100 du 24 juillet 2008). Le CUI est entré en vigueur le 1er février 2010.

La situation actuelle après le décret du 27 juillet 2018
La circulaire sur les AESH (du 8 juillet 2014) avait l’intérêt d’aller dans le sens d’une professionnalisation de la profession. Mais en mettant fin au statut d’AVS/Assistants d’Education (tous les AVS recrutés avec le statut d’Assistants d'Education étaient réputés AESH), elle mettait fin du même coup à une possibilité d’embauche avec simplement  le baccalauréat. Elle instaurait en effet une nouvelle condition d'embauche, il fallait être titulaire du DEAES ! La circulaire du 27 juillet 2018 rétablit tout simplement la disposition ancienne : " Les accompagnants des élèves en situation de handicap sont recrutés (aussi) parmi (...) les candidats justifiant d'un titre ou diplôme classé au moins au niveau IV (= baccalauréat), ou d'une qualification reconnue au moins équivalente à l'un de ces titres ou diplôme." )
Quant à l’embauche des AVS en contrat aidé (CAE puis CUI), tout en ouvrant l’embauche à des personnels parfois très motivés  elle avait peut-être parfois pour conséquence le recrutement d’un personnel n’ayant pas un niveau suffisant pour l'accompagnement scolaire de certains, d'autant que l'inclusion scolaire se développe d'année en année en collège en lycée. Et par ailleurs, des menaces semblent planer sur le recrutement des AVS en CUI.  Mais avec le DEAES, diplôme plus facilement accessible, les personnes non titulaires du baccalauréat et pourtant  intéressées auront encore la possibilité de postuler pour un emploi d’AESH. Pour elles, donc, le DEAES conserve tout son intérêt.
Le public des enfants et des jeunes en situation de handicap n’est pas homogène et il est très vaste. Et puis il va de la maternelle au lycée. Les besoins en accompagnement sont variés, la demande  est parfois plus sociale, parfois plus scolaire. Il y a place pour plusieurs entrées dans métier d’AESH.
Mise à jour : 06/07/2017

PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE