INTEGRATION
SCOLAIRE
& PARTENARIAT
   
TROUBLES DU LANGAGE ET SCOLARISATION
échanges
Adresse de cette page : http://scolaritepartenariat.chez-alice.fr/page185.htm
 

 

Une page sur la dysphasie
 
  Plan de la page Les différentes dysphasies
Renseignements pratiques - associations:
A propos du diagnostic
A propos de la terminologie
Données statistiques
Quelques documents de présentation de la dysphasie
A propos des aménagements pédagogiques
Insertion professioonnelle... et permis de conduire
Des dispositifs spécifiques
Un peu d'histoire

 
Les différentes dysphasies
  • la dysphasie expressive : c'est le langage que parle l'enfant
  • la dysphasie réceptive : l'enfant ne comprend pas ce qu'il entend (plus grave et plus rare que la dysphasie expressive)
  • la dysphasie syntaxique/sémantique : l'enfant comprend ce qu'il entend, mais problème d'ajustement du discours (proche des troubles de la relation)
  • la dysphasie pragmatique : on ne dit pas n'importe quoi à n'importe qui, n'importe quand...
Renseignements pratiques
Les associations
La principale association de parents d'enfants dysphasiques est l'association AAD-France (Association Avenir Dysphasie)
AAD FRANCE, 85 rue La Fayette 75009 PARIS - tél 01 42 06 56 92 - avenir.dysphasie@wanadoo.fr
http://www.dysphasie.org
AAD France est une association de parents, d'adultes dysphasiques et de professionnels ayant pour but de venir en aide aux enfants et aux adultes touchés par une dysphasie ou des troubles complexes du langage
Une permanence
Dans le cadre d'un partenariat, AAD tient une permanence mensuelle pour accompagner les familles d'enfants DYS et les adultes DYS dans leur parcours scolaire et professionnel.
Le lundi après-midi
uniquement sur rendez-vous au 01-41-23-82-82.
à l'espace Andrée-Chedid, Issy-les-Moulineaux (92130)
60, rue Général-Leclerc. M° Mairie-d'Issy
  Divers
le 114 : un numéro d'urgence au service des personnes ayant des difficultés à entendre ou à parler.
Ce numéro est gratuit pour les sourds, malentendants, aphasiques, dysphasiques, et permet de contacter, par SMS ou fax, les services d’urgence : SAMU, Police, Gendarmerie et Sapeurs-Pompiers.
A propos du diagnostic
Un orthophoniste peut établir un bilan des troubles du langage (et non pas un diagnostic, car il n'est pas médecin). Ce bilan pourra être utile par la suite auprès de la MDPH, qui en reconnaît la valeur, ou auprès des médecins appelés à établir un diagnostic. Le bilan de l'orthophoniste constitue souvent une base solide en vue d'un diagnostic de dysphasie.
Les Centre référents pour les troubles du langage ont été mis en place précisément pour réliser des diagnostics. Ils deviennent progressivement des Contres référents pour les troubles des apprentissages. Les diagnostics sont établis par des équipes pluridiscipinaires. Il y en a au moins un par région. Ils sont attachés à des équipes hospitalières universitaires..
  Voir : liste et adresses des Centres référents
D'autres professionnels peuvent aussi établir ces diagnostics, essentiellement les neuropédiatres.
  Sur le diagnostic des troubles "dys", voir la page le diagnostic
et notamment : diagnostics tardifs

A propos de la terminologie
  Echos des assises des Centres Référents (18 novembre 2011).
Edwige
AAD 77

15-03-12
(AAD se bat) actuellement pour que le mot “dysphasie” ne soit pas effacé des comptes rendus des centres référents et substitué par trouble spécifique...
Personne n’est d’accord sur le nombre de dysphasies, leur classification etc... La littérature anglo-saxonne n’utilise plus le terme de développemental dysphasia mais celui de Specific developmental disorders of speech or language ou SLI (Specific language impairment) et on constate de plus en plus de bilans de centres référents qui volontairement ne mentionnent plus le terme. Pratique confirmée lors de la rencontre “ Assises des Centres Référents” le 18/11/11 à laquelle j’ai assisté. D’où un problème de visibilité !

J’ai posé la question lors de ces assises si nous devions nous attendre à voir le terme dysphasie dis paraitre des bilans. La réponse fut sans surprise : ce terme recouvre trop de troubles différents et les centres veulent être précis. J’ai répondu qu’ils n’oublient pas que les principaux destinataires de ces bilans étaient les familles et qu’au moins le terme dysphasie, même s’il recouvre des troubles différents (mais il en va de même pour la dyslexie et surtout la dyspraxie) permet aux parents de “mettre un nom sur ...”. Après il leur appartient dans leurs bilans de détailler le trouble pour adapter les rééducations adéquates.

Une neuro du centre référent de Lyon (je crois) a précisé qu’ils mentionnaient dysphasie entre parenthèses...
Le DSM-V va dans le même sens
Je pense (...) qu’il y a une avancée importante en matière de troubles d’apprentissage entre le DSM-IV et le DSM-V. Je vous rappelle rapidement le contenu du DSM-IV : sont évoqués des troubles d’apprentissage avec des critères diagnostiques pour chacun des troubles (...). Cela était valable pour les troubles de la lecture, du calcul et de l’expression écrite. (...) En parallèle figuraient le TDH, les troubles de la communication ainsi que ceux de la coordination motrice. Cela n’existe plus dans le DSM-V. En fait, ce dernier évoque des troubles spécifiques d’apprentissage, ce qui induit un changement de vocable général, et la grande différence réside dans le fait qu’il n’existe plus de séries de critères, mais une série unique qui correspond à l’entité « troubles d’apprentissage ».
Dr Habib - 2ème journée des Assises Nationales des Centres de Référence TSLA (juin 2013) - page 59
  A propos du DSM
Note ISP

22-03-12

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (titre original anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders ; DSM), publié par l'Association américaine de psychiatrie (APA), est un manuel de référence classifiant et catégorisant des critères diagnostiques et recherches statistiques de troubles mentaux spécifiques. Il est utilisé aux États-Unis, et internationalement à travers le monde.
https://psychiatrieweb.files.wordpress.com/.../manuel...

  Note sur troubles dys et troubles des apprentissages
"A l'école, les élèves dys sont des élèves divers pour lesquels il est difficile d'avoir une dénomination unique. Ils sont nommés "élèves ayant des Troubles des Apprentissages", dont font partie les troubles du langage et on dit aussi "élèves ayant des troubles du langage oral et/ou écrit et/ou de la parole". Mais la plupart du temps, les enseignants appellent ces élèves « dyslexiques, dysphasiques, dyspraxiques ». Ce qui pose un problème, car cette appellation montre en même temps que c'est quelque chose qui s'est banalisé et que ce n'est pas à l'école de poser un diagnostic et d'appeler l'élève par une étiquette…"  
Sandrine LAIR, chef du bureau de la Chef du bureau de la personnalisation des parcours scolaires et de la scolarisation des élèves handicapés. DGESCO.
dans "Parole, Paroles", journal de l'association AAD-France, n° 46, 2012
   
Données statistiques (année 2015-2016) - Troubles du langage et de la parole - Population concernée
Ces statistiques ne comprennent pas que la dysphasie mais l'ensemble des troubles du langage.
  Statistiques nationales*
Année
2015-2016
Population
scolaire totale
(public + privé)
Elèves handicapés Troubles du langage et de la parole
    Effectifs
scolaires
en % de la
population totale
Effectifs
scolarisés
en % de la
population
handicapée
en % de la
population
totale
1er degré 6 805 200 160 044 2,23 % 20 450 12,78 % 0,30 %
2d degré 5 536 400 118 935 2,15 % 26 162 22,00 % 0,47 %
total 12 341 600 278 979 2,26 % 46 612 16,70 % 0,38 %
  L'exemple de la Charente Maritime**
Exemple de la Chartente Maritime (rentrée 2015)**
Année
2015-2016
Population
scolaire totale
(public + privé)
Elèves handicapés* Troubles du langage et de la parole
    Effectifs
scolaires
en % de la
population totale
Effectifs
scolarisés
en % de la
population
handicapée
en % de la
population
totale
1er degré 54 341 1 335 2,46 % 179 13,41 % 0,33%
2d degré 47 054 1 353 2,88 % 393 29,04 % 0,84 %
total 101 395 2 688 2,65 % 572 21,28 % 0,56 %
  Les "effectifs scolarisés" comprennent inclusions individuelles et inclusions collectives
  * Voir "Repères et références statistiques", du Ministère de l'EN, édition de 2016 (année 2015-2016) :
http://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html
notammen page 3.6.
Pour les années précédentes, voir les éditions des années précédentes.
Et dans ce site : répartition des élèves handicapés
  ** Pour la Charente Maritime, voir le site de l'IEN-ASH 17 : http://web17.ac-poitiers.fr/ASH/> panorama de la circonscription > scolarisation des élèves handicapés
http://web17.ac-poitiers.fr/ASH/IMG/pdf/ash17_rentree2015.pdf
Nous donnons l'exemple de la Charente Maritime, mais d'autres départements publient des chiffres très voisins.
Dans le 1er degré, on observe une augmentation sensible au cours des dernières années, le nombre des enfants présentant des troubles du langage était de 0, 21 % en 2011-2012, il est de 0,30 % en 2015-2016. Et ce nombre est certainement sous-estimé dans la mesure où seuls sont comptabilisés ici les élèves faisant l'objet d'un PPS (et peut-êttre parfois aussi d'un PAP) et où, notamment, les enfants de maternelle souffrant de troubles du langage ne sont pas tous recensés, certains ne font pas encore l'objet d'un diagnostic fiable ni d'un PPS notifié par la CDAPH.
Dans le second degré, le nombre des élèves souffrant de troubles du langage et de la parole est passé dans le même temps de de 0,29 % à 0,47 %.
Ces augmentations s'expliquent sans doute par le fait que depuis quelques années les troubles du langage et de la parole sont mieux identifiés comme tels et que les parsx scolaires dans le second degré se sont allongés.
Une note du ministère du 5 février 2015 apporte quelques précisions : "(...) Les troubles du langage et de la parole, potentiellement révélés au cours des apprentissages, sont un peu plus courants à douze ans qu’à huit. Huit enfants sur dix présentant des troubles du langage et de la parole sont scolarisés en classe ordinaire (...) " Voir Note d'information n° 4 - février 2015
 
Quelques documents de présentation de la dysphasie
  Une présdentation simple des trouibles dys sur le site de la FFDys : http://www.ffdys.com/troubles-dys/nature-des-troubles/introduction.htm?p1
  Présentation de la dysphasie - documents divers
Un témoignage sur le parcours d'un jeune dysphasique. Voir parcours
Des documents sur la dysphasie et sur les autres troubles dys, produits essentiellement par le Dr Mazeau et le Dr Pouhet
http://ww2.ac-poitiers.fr/chercher.php?recherche=dys&button=Rechercher
Le site integrascol a mis à jour en sept.-oct. 2010 ses articles concernant les troubles "dys" (dyslexie, dysphasie, dyspraxie).
http://www.integrascol.fr/
 
Un livre pour les parents :
Olivier Scheibling « Les parents, le trouble et l’enfant », éd. Tom Pousse, mars 2015, 100 pages, 11 Euros.
C’est le parcours des parents d’un jeune dysphasique qui est présenté ici, dans une réflexion au plus près du vécu. Leur garçon a aujourd’hui 18 ans. Au fil de ce témoignage lucide, mesuré, sans pathos inutile, d’autres parents retrouveront leurs questions, confronteront leurs réponses : la prise de conscience du handicap et ses répercussions sur la vie familiale et sociale ; les regards et les implications différentes de la mère et du père ; l’école : une bonne volonté réelle et le rôle déterminant d’un psychologue scolaire ; le collège et ses difficultés, la recherche d’un « bon collège » et les choix à faire ; les prises en charge rééducative et psychologique : des points de vue incompatibles et pourtant complémentaires.
Une centaine de pages sans concessions mais finalement toniques. Un brin d’humour. Un livre qui sait trouver les mots justes. PB
   
Un livre du Docteur Michèle Mazeau
Le syndrome dys exécutif chez l'enfant et l'adolescent
Répercussion scolaires et comportementales,
par Alain-Clément Moret, professeur en IUFM
et Michèle Mazeau, médecin de rééducation et pratique la neuropsychologie
La première partie fait un point synthétique sur les aspects médicaux du syndrome dys-attentionnel (TDA/H) et dys-exécutif.
La seconde partie est consacrée au jeune dys-exécutif à l'école
.
 
A propos des aménagements pédagogiques
Isabelle B.

19-05-15

Ma fille a 8 ans et elle est dysphasique. Elle arrive à suivre normalement les cours mais là où les difficultés surgissent c'est quand ça devient abstrait : lecture, rédaction, énoncé des problèmes mathématiques...; elle a une AVS depuis le CP et un  Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) a été mis en place depuis cette classe.

A l'issue de la réunion de l'équipe de suivi de la scolarisation, il a été décidé qu'elle passe au CM1 avec aménagements. Pouvez-vous me faire part d'avis ou vécus précisant quels aménagements peuvent être mis en place pour de tels enfants ? Reformulation des consignes par l'AVS, plus de temps laissés à l'enfant pour faire un exercice ? ....
Réponse ISP

19-05-15
Il n’existe pas de liste toute faite des aménagements de la scolarité à mettre en place. Je peux toutefois vous suggérer de consulter la liste des aménagements éventuels proposés pour les enfants souffrant de troubles des apprentissages dans l’annexe de la circulaire sur le PAP.
Voir : annexes- aménagements
(Remarque :il ne faut pas multiplier les items, il est préférable d’en retenir trois ou quatre qui vous paraissent particulièrement pertinents) ;
Des outils informatiques  
A propos de l'ordinateur en classe
  voir : l'ordinateur en classe
Un logiciel de correction de texte : antidote

J.

23-02-13

J'ai découvert dans mes recherches le logiciel Antidote. Ce logiciel m'aide énormément. Il me permet de corriger mes fautes d'orthographe et de localiser mes erreurs de syntaxe.
Cependant, je pense que ce logiciel n'est pas approprié aux enfants. Il corrige correctement les fautes d'orthographe. Mais la correction des structures de phrase demandent à effectuer de la recherche. (...) Le logiciel ne peut pas se mettre au niveau de l'enfant pour expliquer ses fautes.
Une liste de logiciels proposés par HandicapEcole, de Poitiers
Logiciels utiles aux enfants dys
Voir : version imprimable
Louise F.

14-12-12
Ma fille est en 2nde, les besoins sont différents, mais je crois que pour les dysphasiques il n'y a pas abondance de logiciels.
C'est l'ergo qui nous a conseillé les logiciels. Mais attention pour que cela soit efficace il faut beaucoup le travailler, savoir taper, gérer les dossiers... Si l'ordi est mal maîtrise c'est rajouter un problème aux problèmes.
Ceux que nous utilisons
1/ Dragon Naturally Speaking Premium avec enregistreur numérique.
Les ergo le conseille systématiquement mais pour l'instant, je suis plus que mitigée par la pertinence de cette utilisation par un dysphasique.
2/ Antidote HD c'est bien
il offre une aide lexicale et une aide syntaxique ( correcteur orthographique). Je le trouve utile.
3/ Ma fillea installé aussi scribdico, c'est un logiciel de prédiction comme aide à l'écriture. Gratuit on le trouve sur internet.
4/ Géogébra ( logiciel de géométrie) pour l'instant elle ne sait pas l'utiliser.
Nath (27)

31-01-12
Le centre de l'ADAPT 76, à Caudebec les Elbeuf est vraiment très bien ! Ils font une prise en charge pour les enfants avec des troubles cognitifs. L'enfant a une journée avec des tests ; à partir de là, ils peuvent vous proposer une formation aux logiciels et matériels informatiques afin de l'aider dans son parcours scolaire!
(L'ADAPT : Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées)
Nous avons surtout parlé de logiciels faciles en classe. Balabolka est un logiciel de synthèse vocale (Text-To-Speech) qui permet à votre ordinateur de lire un texte importé aux formats TXT, DOC, RTF, PDF, etc

http://www.01net.com/telecharger/windows/Bureautique/editeur_de_texte/fiches/37706.html

  Documents divers
Un document technique du CNSA - Décembre 2014
Troubles dys - Guide d'appui pour l'élaboration de réponses aux besoins des personnes présentant des troubles spécifiques du langage, des praxies, de l'attention et des apprentissages
Un document de synthèse, très riche, qui a notamment pour but d'harmoniser les pratiques des MDPH.
http://www.cnsa.fr/IMG/pdf/cnsa-DT-DYS-20-11-2014-WEB-1.pdf
Un document EDUSCOL
Scolariser les enfants présentant des troubles des apprentissages (TSA)
4. Les aménagements pédagogiques : page 8 et suivantes
Voir http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Handicap/46/6/TSA_EDUSCOL_225466.pdf
  Le guide de survie du professeur confronté à des élèves dys
  http://mathix.org/linux/wp-content/uploads/2012/08/guide-de-survie-pour-les-profs.pdf
Videos
Sur Yootube
Emission c'est pas sorcier
https://www.youtube.com/watch?v=XS8aLZNync8
Témoignage sur la dysphasie et dyslexie - Sophie - publié 4 mars 2013 - 14mn
Une vidéo qui s'adresse aux parents pour les aider à mieux comprendre les difficultés rencontrées au quotidien par l'enfant dysphasique. Le trouble est abordé ici de façon générale et des outils sont présentés pour mieux communiquer avec l'enfant.
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=tXB-Ntt3bP8
Isabelle J.

05-12-13
Deux petites vidéo de deux minutes, type dessin animés, qui présentent de manière pédagogique la dyspraxie et la dysphasie
http://vimeo.com/12800677   (sur la dysphasie)
http://vimeo.com/12801116    (sur la dyspraxie) d'Adrien Honnons.
Association
AAD44
"Je slame la dysphasie"
Publiée le 13 déc. 2012
Quand parler est si compliqué, quand les mots sont des maux...alors "slamer la dysphasie" c'est pour vous expliquer en moins de 3 minutes ce qu'est cet handicap, certes invisible, mais pourtant si réel. Avec les jeunes de l'association Avenir Dysphasie 44, la dysphasie parlons-en!
http://avenirdysphasie44.e-monsite.com/
Des livres
Un livre pour les enseignants et les parents
LES TROUBLES SPECIFIQUES DES APPRENTISSAGES
A l'école et au collège

Coordonné par Isabelle Poulet (*)
Edition Chronique Sociale
Ce livre rassemble des pratiques d’enseignants qui ont travaillé depuis de nombreuses années auprès d’enfants présentant des Troubles spécifiques des apprentissages, de tous âges et scolarisés dans différents types de structures. Il propose des outils et des pistes pour soutenir la scolarité d’élèves dont les troubles sont invisibles mais très invalidant à l’école.
Leurs expériences doivent pouvoir éclairer collègues, accompagnants et parents.
260 p - 14,90 €
Ouvrage disponible en librairie
ou par correspondance à Chronique sociale - 1, rue Vaubecour 69002 Lyon - tél 04 78 37 22 12 - Fax 04 78 42 03 18
secrétariat@chroniquesociale.com
14,90 € - Forfait port 2,70 € - Port gratuit à partir de 35,00 €
100 idées pour venir en aide aux enfants dysphasiques.

La collections « 100 idées » aux éditions Tom Pousse, propose des exemples concrets de pratiques pédagogiques pour répondre de manière claire aux questions que se posent les parents et les enseignants d’enfants rencontrant des difficultés d’apprentissage. Les auteurs ont une longue expérience d’une pédagogie attentive aux élèves en difficulté.
Editions Tom Pousse( tarif préférentiel si adhérent AAD et commande auprès d’AAD France ou l’antenne la plus proche de chez vous si celle ci en possède en stock

Et encore...
Edwige de B. (77)

12-02-12
- S’adapter en classe à tous les élèves dys. Dr. Alain Pouhet. Editions Sceren (plutôt destiné aux enseignants, très facile à lire)
- L’intervention dans les troubles graves de l’acquisition du langage et les dysphasies développementales. Marc Monfort. Editions Ortho édition. Très “technique”.
Pour “illustrer” :
1) Vincent et les pommes de Brigitte Marleau . Editions Boomerang
2) Les victoires de Grégoire. Danielle Noreau. Editions Dominique et Compagnie
3) Gros sur la tomate . Dominique Brisson. Editions Syros.
Insertion professionnelle... et permis de conduire
R.

30-03-14

Je me suis battu pour mon fils (dysphasique, 23 ans) et je suis fier du résultat. Ortho a partir de 2ans 1/2 jusqu’a 18 ans (le primaire 3 fois par semaine), un seffis a partir de 4eme jusqu’au BEP.
BP peintre avec notre aide. Iil a son permis de conduire. Maintenant il travaille dans une boite de céréale bio et vient de s’installer dans un petit appartement.
Jamais je n’avais imaginer ce résultat.
Bien sur il y a plein de choses  compliquées, papiers, communication avec les autres, et si un gros problème de la vie arrive (licenciement, etc) comment va t-il réagir???
Mais quand je vois des parents avec leur petits enfants qui ont eux aussi envie de se battre cela me parait plus difficile qu’il y a quelques années, cela devrait être le contraire ?

Sur l'insertion professionnelle, voir le site d'AAD-France http://www.dysphasie.org
et sur le permis de conduire, voir permis
Comment et que faire pour obtenir son code de la route (ETG : épreuve théorique générale) quand on est « Dys » ?
Voir : AAD - Lettre Flash n° 1 - Mars 2017
Des dispositifs spécifiques
Les élèves dysphasiques bénéficient le plus souvent d'un PPS, parfois d'un PAP 'Plan d'Accompagnement Personnalisé). Voir : le PAP
Dans l'Education nationale, les dispositifs d'accueil collectif sont les ulis, du 1er ou de 2d degré. Voir ulis. Parmi celles-ci les ulis TSLA (Troubles Spécifiques du Langage et des Apprentissages) sont plus spécialement destinées aux élèves présentant des troubles du langage. Voir liste des ulis tsla
Il existe des SESSAD qui ont l'agrément "troubles du langage", voire "dysphasie". Voir par exemple le SESSAD Dyspaphasie des PEP de Rochefort (17) http://pep17.com/images/deficiences/SESSADdysphasie2.pdf
Il y a aussi des Réseaux santé consacrés aux troubles du langage (voir : réseaus santé ) ou d'autres dispositifs relativement proches mis en place dans certains départements, par exemple le Reta 27, à Evreux (27).
  Le Réta 27 - Réseau des Troubles des Apprentissages de l’Eure
http://www.reta27.fr/

Contact Réta 27
Tél : 02 32 37 08 08
E-mail : contact@reta27.fr
Adresse :
28 bis, rue d’Harrouard
27000 Evreux

  Mission : La mission du réseau RETA 27 est de coordonner et d’améliorer la prise en charge des enfants et adolescents du département souffrant de Troubles Spécifiques des Apprentissages (TSA) (dysphasies, dyslexies, dyspraxies, troubles exécutifs attentionnels avec ou sans hyperactivité).
Son équipe comprend deux médecins coordonnateurs des soins, une coordinatrice, une enseignante spécialisée.
Un peu d'histoire

Premières prises en charge
Francine Verstraeten
neuropsychologue




07-02-14
Pour revenir à la dysphasie,  ce terme est né pour différencier étiologiquement ce tableau clinique ...de l'aphasie !
En effet, chez l'enfant, le trouble grave du langage n'est pas apparu suite à un accident (AVC, trauma etc....) donc A-phasie était inadéquat même si il y a eu pendant quelques années l'utilisation d'aphasie de développement..... le tableau clinique de l'enfant faisant fort penser à celui chez un jeune enfant (devenu aphasique suite à un incident neurologique), le neurologue et moi l'avions repéré chez d'autres enfants sans passé neurologique connu.
Je sais qu'à l'époque d'un groupe de travail né d'une solide collaboration entre des médecins scolaires et neurologues du Nord de la France (Linselles, Coudekerque, ...) et le CHU St Pierre, service de Neurologie pédiatrique (où je travaillais), nous avions émis l'idée "collégiale" d'adopter non seulement la nomenclature de Dysphasie mais aussi d'utiliser la classification de I. Rapin.  (...) MAIS, j'insiste, les grandes lignes des traitements (orthophonie, ergothérapie, psychomotricité-kinésithérapie, revalidation neuropsychologique, programme scolaire individualisé et adapté....etc.....), ces grandes lignes étaient tracées et des centres avec classes de Langage, tant en Belgique qu'en France étaient nés et ils les appliquaient et les affinaient......les développaient....!

Là, nous sommes en 2014 et un certain "saucissonnage" s'est effectué au détriment des enfants.  Nous possédons tous 2 hémisphères cérébraux, le droit (spécialisé dans tous les domaines non verbaux sauf quelques infimes zones.....) et le gauche (spécialisé dans toutes les activités "verbales"). Les hémisphères communiquent entre eux (corps calleux)  et chaque hémisphère développe et  traite avec ses spécificités les fonctions corticales supérieures (gnosies, phasie, mnésies, praxies etc....). 
Le "saucissonnage" en parlant d'un tableau dyspraxique, par exemple, chez un enfant qui a une dysphasie révèle une négligence de ces aspects spécifiques et c'est dommageable car des programmes de rééducation de l'un (dysphasie) et de l'autre (dyspraxie)  sont en contradiction.
Egalement, il existe une progression (maturation du SNC) et certaines praxies se manifestent vers 10 ans et jamais avant .... donc, constater leur absence en bas âge est doublement dommageable.

Francine Verstraeten,
Neuropsychologue en pédiatrie, retraitée.....

   
  Pour mémoire : Un projet pour la scolarisation des enfants dysphasiques (et autres dys)
C'est un projet qui avait été élaboré en Charente Maritime par AAD17. Voir : le projet de pôle école pour élèves dysphasiques
Ce projet partait du constat que la principale difficulté à laquelle se heurtent les familles est celle du manque de formation des maîtres
Il reposait sur quelques principes simples :
  - cibler la formation des enseignants sur les enseignants qui reçoivent effectivement dans leur classe des enfants dysphasiques ;
- faciliter un travail en réseau des écoles et collèges concernés ;
- Identifier les écoles ou collèges concernées et favoriser l'orientation des enfants dysphasiques vers ces établissements.
Ce projet avait reçu au départ un bon accueil de la part de l'Inspection académique, mais il n'a pas été mis en oeuvre. Dommage !
 
  Les troubles dys et la psychanalyse
Dr B.F.

25 - 02 -12
L’évolution vers une suppression progressive de la prise en charge des enfants Dys par les “thérapeutes” à vocation psychiatrique ou psychanalytique est fondamentale. Nous l’avions déjà signalé en Charente-Maritime.
On ne peut pas systématiquement critiquer le travail de certains pédopsychiatres à une époque où ils étaient les seuls à s’investir auprès des enfants Dys. (Exp. Pr DUGAS Paris). Mais on sait maintenant que nos enfants devraient être pris en charge médicalement, en cas de besoin, par les neuropédiatres. Malheureusement, les moyens humains et financiers disponibles et alloués au repérage, au diagnostic, à la prise en charge et la la recherche sont insuffisants.
Il est difficile de diagnostiquer une dysphasie chez un enfants de 3 ans. Par contre la possibilité de faire un repérage précoce est possible. Une fois repéré, l’enfant devrait pouvoir bénéficier d’un bilan neuropédiatrique et d’une prise en charge orthophonique immédiate et rapide. La démarche diagnostique est secondaire. Elle sera faite ultérieurement. Les troubles éventuels psycho-sociaux sont souvent consécutifs au retard d’apprentissage ou à l’inadéquation du monde scolaire.
La prise en charge psychanalytique n’a pas sa place dans la thérapie. Il a fallu plus de 40 ans pour s’en rendre compte.
 

Mise à jour 25/02/2017


PAGE
PRÉCÉDENTE

SOMMET
DE LA PAGE
PAGE
SUIVANTE

 
RETOUR AU
PLAN DU SITE